dimanche 27 avril 2014

Plus une région est urbanisée, plus elle consomme sans payer

On nous bassine tout le temps comme quoi Paris génère une part énorme du PIB français à proportion de sa population... En effet, si vous empilez des légions de tamponne papier payés 2000€ par mois, si vous importez des millions d'immigrés à qui vous donnez de l'argent gratuit pour qu'ils consomment bien plus qu'ils ne produisent, si vous faites une économie urbaine de service qui produit du vent, vous faites du PIB...

Sauf que voila, le PIB c'est du vent, un artifice. Si vous embauchez quelqu'un 2000€ à creuser un trou le matin et à le reboucher l'après-midi, vous créez 2000€ de PIB. La seule vraie loi d'airain économique, c'est la balance importations/exportations...

Et voici une carte hallucinante où l'on découvre que 90% du déficit commercial français est généré par Tiers-Monde sur Seine Paris et la région PACA...
Découvrez la carte des régions françaises qui exportent le plus
Challenges, 26/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Cette carte est primordiale. Elle dit tout...

Voyez comment les régions rurales sont équilibrées. Et surtout, ce que ça dit, c'est que leur grande théorie de la ville monde, de la mégalopole branchée sur la mondialisation quand les campagnes sont abandonnées et sont un boulet, est une escroquerie.

Les mégalopoles agissent comme des suce-sang de l'économie réelle produite par la terre. Les villes ne sont pas riches de ce qu'elles produisent, elles sont riches de ce qu'elles pillent.

Ce que cette carte dit explicitement, c'est que les campagnes se font piller, elles versent le tribut et subissent une économie urbaine totalement non viable. Le niveau de vie urbain est volé politiquement et les campagnes, forcément loin des lieux de pouvoir, ont été oubliées.

Quand on pense campagne, on pense voiture, essence. Mais les gens à la campagne ne roulent pas forcément beaucoup plus qu'en ville. Et typiquement, quand à la campagne, le samedi, on coupe son bois ou on s'occupe du potager, en ville, ces étrons d'Humanité, vivant avec des ersatz de racines, de culture et de famille, d'hommes nouveaux empilés dans leurs T3 de 60m² en béton plastique, utilisent leur fausse fiche de paye pour aller au nouveau temple qu'est l'usine à déficit commercial, et y acheter des trucs importés (et non payés) pour combler le vide de leurs existences misérables et aliénantes, ou voyagent d'un bout à l'autre de la France (voire de la planète) pour oublier l'inutilité de leur vie...

Et si vous équilibriez l'économie pour que le déficit commercial (c'est à dire la consommation de bien tangibles importés non payés) soit équitablement réparti sur la population, le niveau de vie des campagnes exploserait et celui des villes s'effondrerait...

Et dernière chose, c'est difficile de ne pas faire le lien entre cette carte et celle du grand remplacement et de l'immigration-la-chance-qui-nous-enrichit...

22 commentaires:

  1. Excellent, merci pour cette carte.
    Ce que tu dis, c'est ce qu'a dit François Quesnay, le fondateurs des physiocrates, père du libéralisme en France. Il fut médecin de carrière auprès de Louis XV, il découvre à 50 ans passés l’économie, soit dans les années 1750. Il l’imagine, à la façon dont Hobbes imagine l’Etat, comme un grand et unique corps (malade ?) au sein duquel circulent les flux économiques. Il dessine et placarde aux murs son « tableau économique ». Il fait, contrairement à ses descendants libéraux dégénérés par la vénalité, preuve tout de même d’une certaine sagesse, en concevant un état idéal économique caractérisé par la stabilité, et donc affranchi de la croissance. Ses connaissances avant tout médicales lui rappellent en effet que dans la nature il n’est aucun corps qui ne doive cesser de croître à un moment donné. Simple question de survie. On appelle cet état « maturité ».
    Et donc, autre preuve de discernement perdu dans nos modernités, il note que parmi les 3 classes d’agents économiques qu’il discerne, une seule est vraiment productive : les travailleurs terriens. Quant aux marchands, industriels, et propriétaires ils ne viennent qu’en aval ruer sur le travail qui tombe à leurs pieds. Tout est tiré de la terre : c’est une vérité qui est encore connue à l’époque, une vérité que l’asphalte étouffant et les champs de buildings n’avaient pas encore recouverte comme si elle fût honteuse.

    RépondreSupprimer
  2. Ton analyse ets idiote Tonio.
    Quand on lit l'article sur challenges on voit que soit tu transformes la réalité (tu ne prends qu'une carte alors qu'il y en a trois) ou alors tu ne comprends simplement rien...
    L'article complet donne un autre son de cloche que le tien, ton "analyse" est simpliste (comme toujours)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si on te dit que c'est un complot des vilains "tamponne-papier" et "pour la chance" improductifs des villes contre les gentils super-producteurs "pousseurs de légumes" de la campagne !

      Supprimer
    2. C'est vrai. Tonio déforme totalement la réalité...
      Il aurait pu rajouter que si la région midi-pyrénné n'avait pas l'aéronautique, la région tomberait à 8 Milliard d'exporation totale ce qui exploserait littéralement sa balance commerciale de +15%... Ca représente 80% des exports quand même pour cette région.
      Se spécialiser sur un secteur, c'est bien, mais ça comporte de gros risques...
      A noter également Poitou Charente et le Centre qui sont à +30% de dépendances sur les boissons et les médicaments.
      Des secteurs fortement préssurisés par la mondialisation actuellement, ça va sans dire.

      Supprimer
    3. La carte est juste et le raisonnement du nain pas forcement faux, l'article de challenge est lui biaisé, je retiens cet extrait:
      "Du fait de leur positionnement géographique (avec un port de marchandises important par exemple) ou de leurs infrastructures (aéroports, grands axes routiers), certaines régions ont naturellement tendance à accueillir la plupart des importations"
      On peut retourner très facilementl'argument, étant donné les infrastructures, l'ille de France, la région paca et le Nord pas de calais drainent les exportation de toute la France et devraient être dans une situation avantageuse face aux autres régions. Or ce n'est pas le cas. Il serait intéressant d'y inclure d'autres données ceci dit (tourisme, service, cout sociaux).

      Supprimer
    4. tonio, sur ce coup tu t'es un peu, voir beaucoup, emballé! Si les importations se font majoritairement par l'I.D.F il est logique alors que la balance commerciale soit négative.
      Il eut fallu soustraire ce qui est reellement consommé et exporté par les régions.
      Maintenant, on entre de plus en plus durement dans le concret d'une déflation et la courbe de laffer a été franchie, la percolation fiscale pour irriguer les couches sociales les plus défavorisées et endiguer par la meme le flot étouffé de la contestation sociale (prix de la paix sociale) sont entrain gentiment de se retourner.... les couches sociales de la classe moyenne paient un lourd tribut et ce n'est pas encore finis.
      Les banlieues vont petit à petit se transformer en favelas et les émeutes de 2005 nous apparaitront alors comme une simple répétition avant le grand show pyrotechnique.
      Le Limousin, par exemple, si peu attractif pour le commun des citoyens aura tous les atouts pour plaire à des familles qui voudraient changer de vie radicalement: maraichage, élevage... et immobilier bien pourvus de terre arables avec nappes phréatiques à volonté pour un investissement initial tres attractif. Je sais, rien avoir avec la ville et ses nombreuses commodités mais au moins ce qui est produis n'est pas spolié par le systeme et le rapport à la nature est total et véridique, de plus l'entraide existe et constitue un facteur d'intégration, mais aussi un amortisseur dans les difficultés qu'on rencontre. L'idéal est quand meme d'avoir un job... mais les années qui s'annoncent vont etre des plus douloureuses... autant tendre à maximiser son indépendance.

      Supprimer
    5. Anonyme de 27 avril 2014 18:03 -> Rungis.

      Supprimer
  3. Le mec de paris bouffe des tomates venus d'espagne et il produit des jeux sur Facebook. Le mec de Champagne-Ardennes bouffe des jeux sur Facebook et produit du champagne pour les espagnols. Les espagnols boivent du champagne et produisent des tomates.

    Il est où le problème ? C'est la version moderne des avantages comparatifs de Ricardo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essayes de les manger, les jeux sur Fesse-bouc, et tu verra où est le problème et quelle est la différence entre le jeu et les tomates...
      Entre la réalité et le virtuel.

      Supprimer
    2. et le spécialiste de facebook il sert à quoi ? la région spécialiste en déficit elle sert à quoi ?

      Supprimer
    3. Le transfert des tomates et du champagne a un coût en énergie, en ressource et en pollution. La tomate est de plus en plus de mauvaise qualité et détruit la santé. Fb..... rend con. L'espagnol se retrouve au chômage et manifeste mais les médias n'en parlent pas. Mais ils font l'éloge de la mondialisation en parlant seulement de l'intermédiaire qui se gave en vendant de la tomate, du champagne et des action fb.
      Ce système ne tiendra pas.

      Supprimer
    4. bonjour,

      "Il est où le problème ? C'est la version moderne des avantages comparatifs de Ricardo. "

      bof , comme toute théorie , la pertinence des resultats est sous conditions d'un tas d'hypothèses explicites ou non , et dans le cas précis des avantages comparatifs ,dans le contexte actuel , les volumes d'échanges , ainsi que la stabilité dépendent d'un tas de facteurs limitants , notamment l'energie ,et certaines ressources , qui entraine la chute du chateau de carte . Ajoutons , comme le système a été poussé jusqu'à son extrême au détriment d'autres pilliers , comme le niveau de résilience , le rappel de l'elastique se fait avec beaucoup de dégats .

      Supprimer
    5. bonsoir
      Je doute que les mec de champagne-ardennes achètent tant que cela de jeux facebook.
      Je doute que les espagnols dont le salaire moyen avoisine les 600e/mois achète beaucoup de champagne.
      Par conséquent, je crois que la balance des ces 3 choses montrent que le parisien consomme énormément

      cordialement

      Supprimer
    6. A en lire certains, seuls le pétrole et les pommes de terre seraient des productions dignes de valeur. J'imagine que ces gens vivent à la bougie, sans électricité, sans internet, sans télé, sans cinéma, sans musique, sans jeu vidéo, sans livre, sans être allé à l'école....

      Supprimer
    7. Arrête avec Ricardo, sur le papier c'est génial mais dans la réalité ça l'est moins. En plus ça ne prend pas en compte l'énergie de transport.

      Supprimer
  4. C'est vieux comme Rome.
    La cité a toujours été le lieu de concentration des richesses et de rassemblement des dominants, le lieu où on goûte aux privilèges et où on consomme ce qui est produit ailleurs.

    Quand on considère ensuite que la politique est l'art de gouverner la cité, on en vient vite à l'idée qu'il n'y rien à attendre d'aucune alternative puisqu'il s'agit toujours de faire gagner sa faction au détriment d'une autre.


    La démocratie doit être sociale et pas politique.

    Mais pour que cela fonctionne, il faut relocaliser afin que les mêmes personnes puissent être impliquées à la fois dans les fonctions de production, consommation et d'administration.
    Le niveau municipal paraît idéal pour ça.
    Pas sûr que ça soit compatible avec le niveau de vie actuel...

    Une autre option est le projet (abandonné?) de Jorion : une constitution économique; l'équivalent de la garantie des droits et de la limitation des pouvoirs mais appliquée à l'économie.
    Bien rédigée, une telle constitution pourrait éviter ce genre de situation en la rendant précisémment inconstitutionnelle.

    Un problème quand même avec les physiocrates : même si cette vision paraît bien plus pertinente que celle des théories économiques "hors sol", ne pas oublier que la révolution industrielle est aussi une révolution dans l'exploitation de la lithosphère, i.e. la société moderne n'est possible que par l'extraction massive de matériaux minéraux, ce qui revient à consommer un capital naturel impossible à reconstituer.

    RépondreSupprimer
  5. C'est sur que Rhone Alpes, avec l'agglomération lyonnais, grenobloise et stéphanoise c'est très rurale.

    Qu'est ce qui faut pas lire comme conneries et trucs manichéens...

    RépondreSupprimer
  6. Petit bémol à tes commentaires, Tonio : pour la région parisienne le déséquilibre vient de la concentration des administrations de notre Etat hypertrophié et sur-concentré. Si on ventilait l'impact de ces administrations centrales (qui "profitent" à tous) dans les régions au pro-rata de la population, la carte en serait modifiée.

    RépondreSupprimer
  7. Carte super intéressante, mais il faut pas s'emballer ...
    Je trouve ces -55% enormes
    il y a effectivement de la consommation importée mais je pense aussi bcp de tamponne papiers inutiles.

    RépondreSupprimer
  8. Le seul critère de l'urbanisation pour analyser les facteurs liés au signe positif ou négatif d'une balance, déjà à la base, c'est trop étroit.
    La petite région autonome d'Euzkadi constitue un des principaux moteurs économiques de l'Etat espagnol. Fortement urbanisée et industrielle. Mais c'est la qualité de ses dirigeants liée à un réseau international de sa diaspora qui en constitue un socle indiscutable. Leurs entreprises sont dans des secteurs-clefs tant en Argentine qu'au Chili ou encore au Brésil et au Mexique. Elles sont majoritairement intégrées dans des clusters qui leur permettent de réaliser des économies d'échelle non négligeables dans les domaines des recherches fondamentale et appliquée. La société SENER, par exemple emploie 5000 ingénieurs dans les secteurs de l'énergie, du solaire à la marémotrice en passant par l'éolien et les niches en sur-unitaire ainsi que dans ceux de l'aérospatial et de l'aéronautique.... Dirigée et capitalisée par des navarrais et des biscayiens.
    Ils n'ont peut-être pas d'Etat, c'est une nation sans Etat, mais, par exemple il y a plus de cadres basques à Shangaï que de cadres français. Une affaire comme celle d'Alstom, ils auraient certainement su composer intelligemment avec le cédant, en l'occurrence Bouygues, pour placer leurs pions chez d'éventuels acquéreurs. Chose que les français ne savent plus faire, surtout quand le cédant est un ami à un ancien chef d'Etat , celui dont le profil paraît être plus mafieux que patriotique.

    RépondreSupprimer
  9. C'est la même chose que de dire que pour marcher, on a pas besoin de la tête parce que ce sont les jambes qui font le boulot.
    Scusez du peu, mais c'est encore un article de rageux qui refuse de comprendre (ou qui fait exprès pour provoquer) que si les centres de production sont en majorité en régions, les centres stratégiques, de décision, de conception, et de support sont localisés dans les zones urbaines. Ce n'est pas de la production, et pourtant ils sont indispensables.
    Un centre de production, c'est souvent gourmand en foncier : quoi de plus logique que de le placer en région où le prix du foncier est moins cher ?
    Libre à l'auteur de continuer à s'exciter sur des cartes qui ne veulent pas dire grand chose, râler semble le soulager dans sa frustration.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.