dimanche 6 avril 2014

Pourquoi le Québec veut en finir avec le multiculturalisme

Pourquoi le Québec veut en finir avec le multiculturalisme
Le Figaro, 04/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Mathieu Bock-Côté, explique le débat animé que connaît le Québec sur le multiculturalisme et les « accommodements raisonnables

Le Québec a connu un immense débat ces derniers mois. Le gouvernement de la province veut désormais rompre avec le multiculturalisme.

Le multiculturalisme repose sur l'inversion du devoir d'intégration: ce n'est plus à l'immigrant de prendre le pli de la société d'accueil, mais à celle-ci de transformer ses institutions pour les accorder aux exigences de la «diversité».

Car à l'exigence traditionnelle d'hospitalité à l'endroit des immigrants, à laquelle répondait leur inévitable intégration nationale à leur pays d'accueil, s'est substitué un projet très radical, fondé sur la déconstruction de ce dernier. Le multiculturalisme repose sur un procès systématique de la nation.

La souveraineté populaire serait à congédier. Elle masquerait la simple tyrannie de la majorité.

Le multiculturalisme entraine ainsi un changement de régime politique qui relève de la logique du «despotisme éclairé».

Il pousse aussi à la rééducation de la nation d'accueil, comme en témoignent les nombreux programmes scolaires qui cherchent à lui inculquer ses préceptes idéologiques.

Le multiculturalisme canadien, au-delà de la question du Québec, pratique une forme de «fondamentalisme dans le relativisme».

Comment assurer l'existence d'un corps politique si on lui dénie la possibilité d'assumer son histoire? De quelle manière lier les individus en profondeur et éviter l'assèchement du politique dans la seule logique des «droits»? De quelle manière recomposer la souveraineté populaire alors qu'on conteste de plus en plus l'existence même de la nation? La Charte des valeurs ne survivra peut-être pas aux élections provinciales qui se dérouleront le 7 avril au Québec. Mais la question «identitaire», au Québec comme ailleurs, modifie en profondeur la vie politique. Elle révèle «l'impensé» de la démocratie: c'est-à-dire le caractère indispensable de la nation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.