mardi 1 avril 2014

Quand la gôche n'a plus rien à proposer comme projet d'avenir que de revenir aux temps de Dickens

A mon avis, il est très important d'écouter Guillemin ou Michéa, pour comprendre les "indignations" légitimes à l'origine de la naissance du socialisme, avant que Marx ne récupère tout ça.

Tout part de Rousseau qui voulait une société pas trop inégalitaire où chacun aurait été propriétaire de son petit bout de terrain.

Suite à la prise de pouvoir par la bourgeoisie mobilière des "Lumières" et l'aliénation généralisée des petites gens qui s'en suit, l'indignation se confirme alors que de plus en plus de gens travaillent très dur, en gagnant à peine de quoi survivre, et sans jamais pouvoir épargner, c'est à dire avoir accès au capital. Cette révolution a instauré la création d'une classe de nouveaux esclaves économiques, par l'argent.

Léon Tolstoï : L'argent est une nouvelle forme d'esclavage, il se distingue de l'ancienne simplement par le fait qu'il est impersonnel, il n'y a pas de relation humaine entre le maître et l'esclave.

Ces hommes n'ont pas accès à l'histoire, dans la mesure où ils n'ont pas accès au capital, ne peuvent rien construire à léguer à leurs enfants. Ils ne sont que des engrenages de la grosse machine à consommer de manière marchande/produire de manière salariée.

Cette généralisation de la sortie de l'histoire de 99% des hommes, c'est en gros le meilleur des mondes.

Et c'est aussi la société du "care" d'Aubry.

La gôche d'aujourd'hui a totalement renié son indignation originelle. Et dans le même temps qu'elle appelle de ses vœux le genre de politique style QE qui visent à distribuer de l'argent gratuit aux ultra riches illégitimes, qu'elle ne remet absolument pas en cause la politique de mise en place de la démocrature mondiale, elle ne cherche plus qu'à ramener toute la population dans une situation, remise au goût du jour, de sortie de l'histoire. Où chacun n'est plus qu'un simple producteur salarié/consommateur marchand, sans jamais pouvoir accéder au capital réel, à l'épargne, c'est à dire à l'histoire.

Là dessus, vous rajoutez une politique de chômage de masse, dont l'outil principal est le SMIC, afin de terroriser et de faire taire la grosse masse du bétail salarié. Le subventionnement de cette classe fabriquée de chômeurs est financé par la surponction de ceux qui travaillent, afin de désinciter quiconque d'avoir l'idée de s'élever par son travail, et de venir disputer la place à l'élite en place. Et pour s'assurer que le peuple ne sorte jamais la tête de l'eau, on pratique massivement l'immigrationnisme zhumaniste de peuplement, ce qui a en plus le mérite de briser le peuple moralement et culturellement.

Cette politique de chômage de masse (contre lequel ils prétendent lutter) est financée par la sur ponction des travailleurs, mais aussi par la dette. Cette dette est financée par la planche à billets. Le chômage de masse garantit que cette planche à billets n'aille pas dans les salaires et le prix du paquet de spaghetti (ce qui aurait le mauvais goût de réduire par l'inflation les patrimoines financiers bidons de la kleptocratie, et de générer des troubles sociaux), mais uniquement dans le capital, dont le prix, en terme d'heures de travail, ne cesse de monter. Ça assure ainsi que les travailleurs puissent de moins en moins mettre leurs sales pattes sur le sacro saint capital, qui il faut bien le comprendre, n'est pas fait pour eux...

Là dessus, vous me tartinez une bonne couche de mesures sociétales afin de s'assurer que vous complétiez la précarisation économique par une précarisation affective intégrale. Le tout soupoudré d'un laxisme sécuritaire généralisé afin que le lumpen prolétariat se développe et terrorise les petites gens honnêtes.

Enfin, autre roue essentielle du carrosse, la destruction de l'école républicaine élitiste, qui permettait à des enfants de gens de peu, doués et travailleurs, d'accéder à l'élite. Le collège unique, le bac pour tous (et donc pour personne), la carte scolaire qui assure que seuls les enfants des CSP+ (dont on s'assure désormais par le noyautage et la promotion que seuls les soumis à l'idéologie mondialiste y accèdent, avant toute notion de compétence) puissent accéder aux bonnes écoles des quartiers de riches... A peine arrivée au pouvoir, la gôche s'est d'ailleurs empressée de supprimer les internats d'excellence. Et là dessus, pour l'élite de l'élite, il faut voir également comment fonctionnent ces écoles privées parisiennes à 10 000€ par an, où l'élite de l'oligarchie parisienne place ses gamins des 5 ans (notamment la petite clique de petits riches gôchistes sociétaux de Canal +). Mais comme la sélection par l'argent n'y suffit pas, ils font aussi passer aux parents, ainsi qu'aux gamins de 5 ans, des entretiens poussés, afin de s'assurer que ces derniers soient bien élevés dans la religion de la maçonnerie mondialiste, et qu'aucun gamin dont les parents ne seraient pas soumis à l'idéologie de domination intégrale, ne puisse accéder à la formation de l'élite.

Rarement on a vu dans l'histoire classe politique aussi menteuse, perverse, qui arrive à se faire élire par le petit peuple en lui promettant la liberté alors que son projet consiste dans son asservissement intégral.

La promesse de la gauche, c'était de donner une dignité à toute personne travaillant dur, promettre qu'elle puisse gagner plus que les moyens de sa simple survie, c'est à dire, plus profondément, un accès à l'histoire, à l'épargne et au capital, à la possibilité d'améliorer le sort de ses propres enfants.

Tout a été retourné... Et aujourd'hui, jusqu'à aboutir à cette gôche de socialistes fabiens qui nous cultivent comme des tomates hors-sol, pour réaliser les rêves humides de l'ultra kleptocratie, et dont le rôle assigné consiste à accompagner la pénurie croissante pour faire tenir tranquille le peuple le temps qu'on finisse d'instaurer la grande démocrature mondiale des "éclairés"...

10 commentaires:

  1. Adieu Jeanne d'Arc, bienvenu Zlatan Ibrahimovic, tout ca parce que le FN vient faire un discours le 1er mai ?!
    Et les autres, qui ne votent pas FN mais qui aiment l'Histoire de France, on s'en fout ? C'est quand même un peu énervant de basarder un peu plus notre histoire pour un joueur de foot, aussi doué soit-il.

    RépondreSupprimer
  2. Toutes mes confuses pour le commentaire précédent, il s'agit d'un poisson d'avril de yahoo. Ca m'apprendra à démarrer au quart de tour.

    RépondreSupprimer
  3. Ravi de voir que Michea et guillemin vous intéressent plus que Soral & Co. C'est quand même un peu plus charpenté comme critique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune concurrence entre-eux.
      ...Sauf pour les êtres supérieurs en l'esprit. Ou plutôt, se le pensant!

      Supprimer
    2. Personnellement j'ai découvert Michea et Guillemin via Soral & Co.........

      Supprimer
  4. La gauche a perdu toute tête pensante.
    Parties les idées, place aux opportunistes, aux affairistes.
    Franc-maçonnerie + French American Foundation = travail de sape de toute contestation, instauration de l'UMPS pour que l'Europe devienne un flotteur des USA.
    Tout cela était annoncé depuis 1995 dans Le Grand Echiquier de Brzezinski.

    Pour mémoire, le petit clip du créateur de Télé bien, toujours d'actualité : https://www.youtube.com/watch?v=aHs919zYjJw

    RépondreSupprimer
  5. Honnêtement hier j ai regarder un reportage sur Staline et ça fait pas rêver non plus

    RépondreSupprimer
  6. http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/good-morning-business/societe-nous-sommes-rentres-une-inquietude-collective-jean-paul-delevoye-gmb-01-04-187695/

    RépondreSupprimer
  7. "Le gouvernement représentatif est une tyrannie des parleurs. Les parleurs gouvernent le monde; ils nous étourdissent , ils nous assomment, ils nous pillent, ils nous sucent le sang et ils se moquent de nous". Pierre-Joseph Proudhon

    RépondreSupprimer
  8. Puisqu'on vous le dit : "Il y aune droite masquée, c'est celle qui se drape en rose".
    Une gauche authentique ?
    A repenser !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.