jeudi 10 avril 2014

Réforme des régions : à quand la Gascogne ?

Bon, je sais ce que tout le monde va dire sur cette réforme des régions et la suppression des conseils généraux, en terme de constitution des futures régions européennes censées remplacer les États démantelés...

Je ne suis pas convaincu que ce soit le projet... Il n'y a qu'à voir ce qui se passe sur les projet d'indépendance de certaines régions, comme la Catalogne en Espagne...

En attendant, tailler dans la gabegie décentralisatrice serait un bon moyen de réduire fortement la dépense publique dans réduire le service public.

Quant aux régions actuelles, rappelons qu'elles ne datent que des années 50, et sont largement artificielles et faites contre toute logique de terroir.

Typiquement, le Gers a été séparé de l'Aquitaine. Le Limousin, écarté du Périgord...



Perso, ce que je verrais bien, c'est l'abandon de l'Aquitaine (terme trop lié à l'anglais et à Aliénor) pour retrouver la Gascogne (la tout de suite, on pense D'Artagnan, Cyrano)... Idéalement, on récupèrerait le Gers, les Hautes Pyrénées, la Charente, la Charente maritime et les 3 départements du Limousin... Avec possiblement le Lot et le Tarn et Garonne...



Ça aurait de la gueule...



Quant à Toulouse, ils peuvent fusionner avec le Languedoc Roussillon pour reformer la Navarre... Le vrai problème étant alors que Toulouse se retrouve au bord de sa région...

14 commentaires:

  1. Tu tombes dans le piège Tonio.

    Cette histoire est un "red herring" : le chiffon rouge qu'on agite devant nos yeux pour nous distraire, nous faire rêver, nous faire parler.

    Dans le grand ordre des choses, que l'on revienne à la "Gascogne"... ça changera quoi concrètement ?

    Rien.

    Des économies ? Nulles bien entendu. Le mamouth ne peut pas maigrir... juste enfler, enfler, enfler... jusqu'à son explosion.

    Valls est très malin avec ce "projet". Il a été retenu dans la presse, et dans l'esprit des gens.

    "Valls veut supprimer les régions".

    Cela n'arrivera pas. En tout cas pas pendant que Valls est PM.

    C'est une diversion.

    Revenons aux vrais sujets :
    -chômage
    -soviétisation de l'économie française
    -croissance incontrôlable de l'état
    -explosion de la dette
    -perte de souveraineté
    -sida mental collectif
    -immigration incontrôlable
    -balkanisation, communautarisme, conflits religieux, ethniques

    Ca c'est du dur.

    Le reste c'est de la diversion.

    RépondreSupprimer
  2. ca ne va pas réduire le service public, ca va carrément l'améliorer !!!
    Faut bien se dire que tout ces doublons et ces échelons ca ne fait qu'empirer les choses.
    Je suis allé a une réunion du conseil général une fois, ils parlent "en sigle", c'est du chinois, j'ai halluciné total, j'ai eu envie de m'enfuir du pays tellement je me serais cru dans Brazil ou une autre dystopie du style ...

    RépondreSupprimer
  3. On fait quoi des ces immenses mammouth que sont les Hôtels de Regions construit dans chaque région ?
    Dans les entreprises, fusionner veut aussi dire licencier les doublons.
    On fait quoi ? on licencie et loue ces mastodontes au privée ? où on se retrouve avec des éléphants blancs ?

    Voici quelques exemples d' Hôtels de régions qui sont presque toutes atteintes par la mégalomanie:

    http://nord-pas-de-calais.france3.fr/2013/11/22/lille-le-siege-de-region-351681.html

    http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Les-vignerons-independants-a-Eurexpo/Region-rhone-alpes/Le-vrai-prix-de-l-hotel-de-region

    http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2013/04/24/auvergne-polemique-sur-le-cout-du-futur-hotel-de-region_1527353.html

    RépondreSupprimer
  4. vous oubliez l'Ariège et la Haute Garonne
    la Gascogne:
    soit celle du gascon : la Vasconie ou ancienne Novempopulanie romaine : de Toulouse à Bordeaux, et au sud de la garonne (sous les wisigoths :capitales Toulouse et Eauze)
    soit celle du début du VIII ème siècle : comprenant aussi Tours, Bourges, Clermont jusqu'aux portes d'Orléans
    la Navarre: en France, c'est la basse navarre : saint Jean Pied de Port, Baïgorry,......
    la Navarre en Espagne, c'est l'ancien Royaume de Pampelune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, il ne faut pas confondre la Navarre avec le concept moderne d'Euzkadi.
      En France le reliquat de l'ancien Royaume de Navarre se résume à la sixième "Merindad" C'était d'ailleurs celle qui fournissait le plus de cavaliers et d'hommes en armes lors des grandes batailles entreprises par ce royaume. Notamment la bataille de Belin-Beliet, perdue par nos braves montagnards que de longs débats démocratiques pour décider dans les vallées de l'opportunité ou non de s'opposer aux armées des Francs menaçant la Gascogne du sud de la Garonne avaient trop retardés.
      Il y a une logique dans l'assemblage Poitou-Charente --- Aquitaine, c'est celle de la façade Atlantique, plutôt celle de l'Arc Atlantique réunissant les grands ports allant de Bilbao jusqu'à Saint-Nazaire en passant par Fontarabia, Bayonne et Bordeaux . Cabotage des containers centres multi-modaux etc.. par voies maritimes.
      Ce que je crains, peut-être à tord, c'est un affaiblissement paradoxal des transferts de compétences à l'égard de ces grandes régions. Sans oublier son corollaire budgétaire. Le budget d'Euzkadi (2.15 millions d'habitants) pèse près de 11 fois celui de l'Aquitaine (3.3 millions d'habitants) !!

      Supprimer
  5. L'E.U détruit l'histoire et même nos fondement sociétales . Et toi, tu te mets à rêver que Valls reforme les entités territoriales "anté-républicaine".

    ...T'es fou!

    Ps: 0n est le 10 pas le 1er...

    Haro sur la base.

    RépondreSupprimer
  6. Quel beau pays le Gers, je suis en phase de recherche de grand terrain pour m'y installer. Assez grand pour installer un verger, quelques poules, mouton et faire mon potager pour de la quasi autarcie alimentaire. C'est pas leur dessin , uen découpe qui ressemble à celle du temps du royaume.

    RépondreSupprimer
  7. Analyser le présent nécessite parfois de se souvenir du passé.
    Les départements sont nés de l'idée qu'il fallait rapprocher l'administration des administrés, et chaque circonscription était calculée pour qu'à cheval, n'importe qui puisse atteindre une administration/tribunal en moins d'une journée.

    A l'heure d'Internet, quelle utilité à tout ça ?

    Un pays comme le nôtre, plus petit qu'une province chinoise, serait incapable de tout décider par voie centralisée avec les moyens d'aujourd'hui en traitement de l'information et en communications dématérialisées ?

    Quelle blague : il s'agit de proroger la survie d'une caste de fourmis laborieuses et plus ou moins utiles mais, soyons indulgents, toute société en possède une.
    Voyagez donc dans les pays dits émergents : ils possèdent tous une classe pléthorique de fonctionnaires ou de militaires à la productivité ridicule.

    Pour les USA c'est caricatural : l'armée pèse une part invraisemblable du PIB mais, comme le note Dmitri ORLOV, elle est un bastion du socialisme américain. Sans elle, plus d'ascenseur social !

    Sans ce bastion du socialisme français, des tas de femmes retourneront à la maison (après tout, elles y sont en Allemagne, et surtout elles sont sorties des statistiques du chômage!).

    Ca, c'est le miracle de la décroissance non choisie et non organisée : c'est la récession subie et improvisée.
    On l'avait longtemps annoncé sur ce blog !

    RépondreSupprimer
  8. Ce que vous montrez, c'est à peu près la Guyenne (prononcé aussi l'Aquitaine) de l'Ancien Régime.

    De Toulouse au Rhône, c'est le comté de Toulouse ou le Languedoc.

    La Navarre, c'est le Pays Basque !

    La plupart des "provinces" d'AR avaient une cohérence géographiques et/ou en terme de populations depuis les tribus celtiques.

    La frontière dessinée au nord de la future "Gascogne" correspond à la limite Nord de la zone occupée par les Wisigoths puis à 1000 ans de droit romain alors qu'au delà des charentes, le droit coutumier oral s'imposait.

    RépondreSupprimer
  9. "En attendant, tailler dans la gabegie décentralisatrice serait un bon moyen de réduire fortement la dépense publique dans réduire le service public."
    Mais également éliminer quelques étais dans une charpente est un bon moyen de diminuer sa solidité.
    Pour moi c'est présenté pour faire des économies mais en fait augmenter la taille des régions est un argument pour diminuer l'influence des états et donc justifier une Europe fédérale composée de grosses régions et enterrer ainsi une Europe confédérale composée de nations souveraines. On nous fait miroiter une plus grande autonomie des régions pour mieux affaiblir les nations; l'inusable diviser pour régner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Bon, je sais ce que tout le monde va dire sur cette réforme des régions et la suppression des conseils généraux, en terme de constitution des futures régions européennes censées remplacer les États démantelés..."

      Je n'avais lu que le titre du billet!

      Supprimer
  10. Personnellement, ils peuvent supprimer toutes les régions, je m’en talque. Cela ne changera rien dans ma vie. Ils peuvent supprimer le gouvernement pendant qu’ils y sont !

    RépondreSupprimer
  11. Voici la carte qui circule : http://www.challenges.fr/economie/20140411.CHA2681/regions-la-carte-secrete-du-gouvernement.html

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.