mardi 20 mai 2014

[autarcie] Réflexions sur la rentabilité d'un potager bio sans travail du sol

Ce post va s'essayer à quantifier le temps, l'investissement et les recettes fournies par un potager bio. Il s'agit d'estimations à la grosse louche qui demandent à être précisées.

Je pars de l'idée que vous avez déjà un jardin, que vous avez une brouette, un râteau, un soleil, une tondeuse, un rotofil, un sécateur, un coupe branches, et un tuyau d'arrosage.

Tout d'abord, l'investissement : le matériel indispensable nécessaire quelque soit la surface, autour de 170€, autrement dit, négligeable. A renouveler disons tous les 10 ans, ça fait 17€ par an.
- fourche bêche : 40€
- bêche : 40€
- binette : 15€
- mini outils : 30€
- seau : 4€
- gants : 4€
- protège genous : 3€
- sabots : 16€
- douchette de tuyau d'arrosage multi fonctions : 16€
- pulvérisateur à pression préalable pour arrosage des semis : 3€ chez Leroy Merlin

Ensuite, vous aurez besoin de matériel dont la quantité dépendra de la taille effective de votre potager (sans les allées). 140€ / 50m², là encore, un renouvellement sur 10 ans, soit 14€ par an. Pour 50m² de potager, compter grosso modo :
- étiquettes à semis : 4€
- godets à semis : 10€
- tuteurs : 30€ (chez jardiland, il y a notamment des tuteurs à tomates gainés à 1€ pièce, c'est idéal)
- tomatoclips : 4€ (le tuteurage réutilisable pour fainéants)
- filets : 5€
- composteurs : 2000L, 90€

Et sur ce poste ci, vous pouvez réduire la facture en fabriquant pas mal de choses vous même (tuteurs, étiquettes, godets à semis, composteurs...). En revanche, notez que selon la région et le climat (tout le monde n'habite pas le bordelais), comment votre maison est faite, vous pourriez avoir besoin de serres, idem si vous n'avez pas une grande baie vitrée au sud pour faire vos semis en intérieur et que vous avez besoin d'une installation avec lampe horticole, etc etc...

Ensuite viennent les consommables, 25€ par an, toujours pour 50m² :
- ferramol contre les baveuses : une boite tous les deux ans : 4€ par an
- bouillie bordelaise : une boite tous les quatre ans : 3€ par an
- graines : 10€ par an (un paquet faisant 3 à 4 ans)
- un sac de terreau à semis : 8€ par an
- fumier/compost : 10L à 30L par m² par an, selon votre sol, ce que vous cultivez, et ce que vous fournissez à l'année en paillage. On va compter 20L.

Ce dernier post du fumier/compost est essentiel, et je ne le chiffre pas. Tout dépend de ce que vous êtes capables de produire déjà par vous-même.

Un m² de potager produit grosso modo 10€ de légumes bio par an, si vous comptez en non bio. Comptez 17€ par m² par an si vous avez déjà l'habitude d'acheter du bio. Surtout que sur chaque m², vous pouvez généralement produire deux cultures par an (je viens d'arracher mes petits pois plantés en novembre dernier qui ont donné 3 kilos de pois frais sur 2m² et de repiquer des poireaux d'été à la place).

On peut être tenté de se concentrer sur les cultures les plus rentables comme les tomates, quitte à troquer ensuite, c'est à chacun de voir. Mais pour la rotation des cultures, pour la logistique minimale pour tout ce que l'on consomme soi même, pour la beauté et l'intérêt, pour la dilution du risque sur différentes cultures (vous faites quoi par exemple si le mildiou ravage votre monoculture de tomates ?), je conseillerais plutôt de faire dans la variété.

Chaque m², bien paillé (et donc sans trop de travail de désherbage) va vous prendre 1 heure 30 par an (fumier, paillage, semis, plantation, récolte, désherbage, récolte, arrosage...).

On voit donc vite que faire son potager est un boulot payé à un peu moins du SMIC, voire bien plus, comptabilisé en bio.

Ainsi, hors fumier/compost, un potager de 200m² produira 2000€ de légumes (compté en non bio) pour 17€ + (14€ + 25€) x 4 = 173€ annuel d'équipement. On est à 6€00 de l'heure. Comptabilisé en bio, la production vaut 3600€, et votre potager rapporte 11€ de l'heure travaillée.

Là où se trouve la clé, c'est quand j'explique qu'il vous faut 20L de compost/fumier par m². Si vous devez l'acheter, 20L de fumier vous couteront en gros 3€ par m² par an. Ça plombe immédiatement la rentabilité de votre potager.

C'est là que la surface non cultivée de votre jardin intervient. De ma mini expérience personnelle, en gros, 200m² de jardin non cultivé fournit de quoi pailler généreusement 50m² de potager toute l'année, et produire 400L de compost. Avec un tel paillage, 10L par an par m² suffisent à mon sens. Là ça se discute.

Toute cette récolte des déchets compostables prend du temps, mais de toutes façons, potager ou non, vous le faites déjà. Et sans potager, vous devez emmener ça à la déchetterie. Donc le temps passé à aller à la déchetterie, autant le passer à composter et cultiver...

Pour être autosuffisant en compost, il faut donc compter 1 m² de potager pour grosso modo 4 m² de terrain non cultivé fournissant des déchets verts. Vous pouvez aussi récupérer les déchets verts compostables (pas de haies de cyprès, de lauriers, etc etc !) de votre entourage immédiat, la plupart de vos voisins seront bien contents d'échapper à la corvée de déchetterie.

Là encore, la rentabilité d'un bon broyeur de jardin se discute (300€).

Enfin, un dernier conseil qui n'a rien à voir avec le sujet, mais je ne saurais que trop vous conseiller de placer votre potager proche de votre maison, et de ne pas aller le cacher au fond du jardin.

Un potager, c'est pas forcément ça :


Evitez les immenses planches en monoculture de 4 mètres sur 8, insérez des fleurs, du thym, des lavandes, etc etc (10% de la surface), posez des bordures pérennes sur vos petites planches, et un potager, ça peut aussi être ça :


Ou bien d'autres choses encore...

Pourquoi aller cacher cette surface de jardin riche, qui vous demande des efforts et vous en rend tant ? Et c'est tellement agréable de voir d'un coup d’œil sous sa fenêtre le fruit de ses efforts et la diversité du jardin, plutôt qu'une immense pelouse terrain de golf...

Enfin, ce que j'en dis...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.