mercredi 7 mai 2014

[autarcie] Si j'avais un marteau...

Imaginons quelqu'un ayant un terrain de 2000m² sur lequel il souhaite installer une petite ferme bio pour sa consommation personnelle et un peu d'appoint, en plus de sa maison...

La maison sur 200m². 200m² de jardin. 100m² pour le poulailler, autant pour les lapins/cochons. 400m² de verger. 500m² de potager. Et 500m² consacrés à la production intensive de bio masse et au reste (atelier, cabane à outils, mare, compost, etc etc).

Bio, en équilibre agro-sylvo-pastoral...

   Installation de serres et de tunnels

   Planches de potager sans travail du sol, uniquement au paillage et aux engrais verts

   Installation de grillage haut (et fin en bas) pour protéger contre les lapins et les chevreuils.

   Installation de haies de feuillus, de noisettiers et de petits fruitiers :
- fournit BRF et paillage
- fournit tuteurs
- fournit petits fruits (framboises, groseilles, mûres)
- habitat pour les oiseaux, les hérissons qui mangent les nuisibles
- protège contre le vent

   Installation de verger :
- produit des fruits
- fournit du BRF
- fournit du bois de chauffage
- fournit de l'ombre aux légumes n'aimant pas le plein soleil
- ramène les éléments profonds

   Association rucher/poulailler :
- les abeilles produisent du miel et pollinisent
- les poules protègent les abeilles des frelons asiatiques, produisent de la viande et des œufs

   Récupérateurs d'eau partout :
- économise l'eau
- évite la salinisation

   Elevage de lapins et/ou cochons :
- transforme les déchets domestiques et du potager en viande

   Plantation d'orties et de consoude :
- fournit compost, paillage et purins

   Plantation de fleurs types myosotis, capucines et œillets d'Inde
- protection contre certains insectes nuisibles
- attire les pollinisateurs

   Installation d'une mare :
- permet de stocker l'eau de pluie
- les grenouilles mangent les nuisibles
- produit quelques poissons

   Installation d'abris pour rapaces diurnes et nocturnes :
- lutte contre les rongeurs

   Installation d'abris à insectes auxiliaires pour l'hiver

Une telle structure demande beaucoup de savoirs (menuiserie, maraîchage bio, apiculture, élevage, etc etc), mais rien d'inaccessible... Surtout avec le web d'aujourd'hui... L'investissement capitalistique n'est pas énorme. C'est surtout de l'huile de coude et du travail.

Imaginez ce qu'une telle structure peut produire...

Une famille pourrait par exemple avoir un parent employé à temps plein, et l'autre à mi temps. Et sur le mi temps restant, l'exploitation de la mini ferme produit bien plus qu'un smic horaire... Sans taxe, ni ponction étatique... En affamant la bête impériale...

Aujourd'hui, pour une famille au SMIC (ou moins), ce choix là, s'il est possible, est déjà clairement le bon. La perte d'un demi smic étant largement compensée par les gains générés par la micro ferme, la diminution des trajets, et la diminution de l'emprise fiscale. Et ce le plus légalement du monde.

Et plus le temps va passer, plus l'Empire-du-progrès-et-de-la-modernité va s'effondrer sous le poids de ses fausses promesses, de ses délires zuniversalistes, de sa gabegie et du peak everything, plus ce choix va devenir pertinent et rentable, pour de plus en plus de monde... La perte de tribut faisant alors exponentiellement boule de neige...

Notez enfin, qu'il s'agit grosso modo d'un retour en arrière par rapport à la manière dont vivaient nos grands parents dans leur jeunesse (avant l'exode rural massif). Et qu'il est très intéressant de voir que leur mode de vie d'alors redevient économiquement intéressant, les gains des économies d'échelle et de la spécialisation du travail étant de plus en plus annulés par la sur-ponction de l'Empire centralisateur et la hausse des coûts de l'énergie...


A noter, sur rustica, cette suite d'articles, sur ces gens qui mettent en place une micro ferme maraîchère (il y avait 7 épisodes, mais seuls 2 sont disponibles désormais   ) :
Chronique d’une microferme maraîchère - épisode 1
Rustica, 07/05/2014 (en Français texte en français )
→ lien

33 commentaires:

  1. Super :-)
    Pour ma part je rajouterais plus de bois (et donc d'hectares, disons 5 de plus) pour la chauffe de la maison.
    Je rajoute aussi une éolienne / hydrolienne pour générer l'électricité de l'imprimante 3D ou de la tronçonneuse électrique (ou broyeur, etc...) et aussi pour avoir accès a internet !

    Tu vois l'idée ?

    Et mais en fait ... ! lol

    RépondreSupprimer
  2. Des toilettes sèches et un lombricomposteur ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Une maison passive, çà évite de d'avoir besoins de brulé beaucoup de bois. Je ne sais pas si on peux réellement être autonome sur 2000m².
    En soit tu a bien raison, la seule dissidence est l'autonomie alimentaire.( ou tout faire dans la mesure de sa surface exploitable ).

    RépondreSupprimer
  4. Objectif 1930, c'est comme ça que vivait l'essentiel de la population.
    Renseigne toi dans quelles conditions on vivait à cette époque et ça ne te donnera plus trop envie.
    C'est mieux que de crever de faim c'est sur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1930 est une bonne date pour visualiser comment on va vivrent c'est sur.

      Supprimer
    2. Y a quand même quelques différences : eau courante, les sanitaires, et d'autres trucs ...
      Les années 30 c'était aussi l'entre 2 guerres (bon tu me dira on est toujours dans l'entre 2 guerres) ...
      Mais la, il s'agit d'autre chose, un techn-féodalisme.

      Reste la question de la violence, la seule qui vaille, qui n'est pas abordée, ou très peu.

      Tu fais quoi quand l'inspecteur des impôts décidés arbitrairement vient te réclamer la dîme ou quand la multinationale machin chose décide de racheter ta baraque pour mettre des puits de gaz de schiste et t'expulse manu militari ?

      C'est la thématique d'avatar, et elle est malheureusement bien trop actuelle.

      Supprimer
    3. On part de trop loin pour répondre à ça. Tu es homme politique dans la vie ?

      Supprimer
    4. Commentaire ridicule et risible. Il ne s'agit pas de retourner à l'âge des cavernes. Il s'agit de devenir auto-suffisant (et non pas suffisant comme vous). Moi en tout cas je commence dès cette année tout le fourbi. Poulailler, étang, grand potager. J'ai hâte.

      Supprimer
  5. Il va en falloir de l'autarcie.

    La Réole 4178 habitants
    Saint-Maixant : 1612 habitants

    ... Deux mosquées en cours de construction.

    http://tinyurl.com/ke5befj

    Cela se propage vite, et contrairement aux idées reçues, y compris dans les petites communes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu crois vraiment qu"ils vont nous laisser vivre en autarcie ?
      http://www.trouvetamosquee.fr/category/mosquees-en-projet/

      Supprimer
  6. Sympa le résumé, j'y ajouterais le bassin de phytoépuration ( une mare améliorée en gros) pour les eaux grises.

    Je viens moi même de faire l'acquisition d'une petite maison de campagne avec dépendances, le tout sur quasiment 5000 m². On vient seulement de commencer les aménagements intérieurs, mais je compte bien arriver à un résultat proche de ton résumé.

    A noter que je suis un jeune con de 28 ans ;D...

    Je t'encourage à continuer ton blog et en particulier les articles concernant l'autarcie. D'ailleurs je ne savais pas que les poules étaient friandes de frelons asiatiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne savais pas que les poules étaient friandes de frelons asiatiques.

      oui et même des vipères et de toutes sortes de serpents !

      Supprimer
  7. en 1900, la Bretagne nourrissait 1M de personnes ... péniblement. Aujourd'hui il y a 4,5 M de personnes MAIS on a quand meme progressé dans beaucoup de domaines, il y a des infrastructures, de la connaissance, de l'éducation (si si ...) donc Anonyme de 16:43, il ne s'agit pas de revenir en 1930 mais de mixer le meilleur des 2.
    Et on risque de ne pas avoir le choix alors autant se préparer, je préfère creuser mon étang maintenant avec un buldozer que demain à la pelle :-)
    Merci le nain pour le boulot, en cadeau une autre traduction sur les mythes de l'énergie
    http://peakoil.blogs.letelegramme.com/archive/2014/04/29/huit-mythes-de-l-energie-expliques.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te fais pas avoir par la propagande... En 1900, la Bretagne comptait 2,5 millions d'habitants, correctement nourris (en comptant uniquement les 4 département de la région administrative actuelle).

      Donc 1930 avec les connaissances actuelles, c'est du gâteau. Surtout que les anciens que j'ai pu interroger et qui ont vécu cette époque n'en étaient pas du tout mécontent, bien au contraire, e.g. ma grand-mère faisant le tour de la région un été avec une copine, à vélo, en 1936 via les auberges de jeunesse. Imaginez seulement 2 jeunes filles faisant 500 km à vélo sur les routes toutes seules de nos jours...

      Supprimer
    2. Entretemps, on a eu les invasions sarrasines... ceci explique cela.

      Supprimer
  8. Si ce comportement devient une habitude, ils le taxeront. Ils invoqueront le travail dissimulé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui oui et oui, mais chaque chose en son temps.
      a mon avis on n'échapera pas l'affrontement physique a un moment donné.
      un peu à la sauce Ranch Bundy aux US.
      Pour l'instant ils veulent taxer les loyers fictif qu'un propriétaire se verserait à lui même ...

      Supprimer
  9. En France métro, il faut environ 5000 m2 de SAU par personne tout compris pour être autonome et vivre avec le confort actuel. Dans ton plan il manque du bois (de chauffe et d'oeuvre) et surtout la grande culture qui sert de base alimentaire fiable (céréales par exemple). Mais le pays compte 30 millions d'hectares de SAU, plus 36 millions d'hectares "autres". Donc c'est parfaitement jouable, même si cela représente beaucoup de boulot, et tu n'es pas loin de la solution.

    Sauf que cela requiert un profond changement de mode de vie. Le problème dès lors, ce sont les millions de crétins qui ne veulent pas en entendre parler, surtout parce qu'ils n'ont jamais rien fait de leurs 10 doigts...

    RépondreSupprimer
  10. Arrêtez les appellations ronflantes, c'est pas une micro ferme mais un potager et un élevage de poules de simple particulier.
    Imaginons quelqu'un........
    Tes cochons tu va les faire mourir de faim avec tes pseudos déchets, tu les crois au régime comme toi ? Tu en a déjà vu de prés adultes ? tu as vu les monstres ? 15 litres de pâtée x2 repas par jour
    Au fait, les poules aussi ça mange, toute la journée.
    2000 m² c'est vraiment que dalle pour un tel projet,surtout si c'est pour vivre dessus, en famille, toute l'année.
    500m² de potager... il en faut au moins 300 rien que pour les patates de toute l'année
    400m² de verger...mdr c'est une blague ? les arbres se plantent aux moins par trois
    Il y a aussi un facteur à ne pas négliger : les conditions climatiques selon la région ou l'on est.

    Ça me fait penser à tous ces guignols qui achètent un cheval en croyant qu'un terrain grand comme un mouchoir , avec trois poignées de foin par jour, ça va aller...pfff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, mais il s'agit pas, a mon avis, d'aller vers l'autonomie totale non plus, ni l'autarcie ... pour l'instant on est encore dans un monde mondialisé
      Et pis c'est en faisant qu'on apprends.

      Supprimer
  11. 2000 m² et de jolis projets dessus, sauf que sans eau rien n'est possible... amis du sud est on attaque les 2 mois de sécheresse en plein printemps. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cf Manon des sources ... c'est pas pour rien.

      Supprimer
  12. et un hectare de vignes,trois cepages differents, tres important ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou des pommiers à cidre, ou des mirabelliers, ou... tout ce qui permet de passer les mauvaises périodes joyeusement ! ;)

      Supprimer
  13. Très bon, c'est le projet que je mets en place petit à petit sur un peu plus de 3 Ha. Je confirme qu'il faut beaucoup d'huile de coude mais cela économise des frais dans une salle de sport ! ;)

    Après, je doute que Mr et Mme Thomas Thorsol venant d'une obscure banlieue n'offrant que chômage et diversitude à casquettes puissent si facilement sauter le pas. Cela-dit c'est possible, encore faudrait-il qu'ils le sachent et construisent un projet pas à pas.

    Sinon, d'accord avec Yoananda. 2000 m² c'est trop juste. Mais faute de mieux il y a tout de même de quoi faire. :)

    "Notez enfin, qu'il s'agit grosso modo d'un retour en arrière"

    Le retour en arrière, on le vit aujourd'hui à base de plastique, d'inhumanité et de légumes plein d'eau... C'est le progrès babélien en marche arrière...

    RépondreSupprimer
  14. bon pour le bois de chauffage avec les arbres ça dure un peu quand même pour en avoir

    RépondreSupprimer
  15. Je suis bien phase avec cette vision des choses mais pourquoi tu n'y vas pas et pourquoi les campagnes se dépeuplent ?

    RépondreSupprimer
  16. Séduisant de prime abord. Mais je m'interroge sur sa viabilité macro-économique.

    C'est effectivement un retour en arrière. Il est vertueux micro-économiquement pour la famille qui saute le pas et se lance dans un tel projet. Pourquoi ? Car cette famille va retrouver du revenu, échapper à l'impôt (au sens large) tout en bénéficiant des infrastructures actuelles. Ce projet isolé ne bouleverse pas le contexte général : une large portion du PIB réel est toujours généré par les effets de la mondialisation, la méta structure se nourrit toujours d'impôts et finance ainsi les infrastructures et le niveau de vie (protection sociale et médicale, retraites) : bref les revenus des autres, ce qui permet à la famille en question de trouver des débouchés commerciaux pour ses produits, l'accès aux transports, à l'énergie, à la santé.

    Généralisons maintenant ce mouvement de retour à la terre : le PIB réel s’effondre, et cette aventure enfonce dans la misère toutes les familles ayant fait ce choix, car les débouchés s'évanouissent faute de revenus, le coûts des infrastructures explosent (ie. celles ci disparaissent), réduisant les capacités d'approvisionnement mais aussi de vente, le niveau de vie se précarise et la misère s'installe. Bref, la "régression" individuelle qui permet de retrouver de l'air économique se transforme en une réelle régression à grande échelle entraînant ces "nouveaux agriculteurs" dans une économie de survie.

    Et malheureusement c'est peut être bien ce qui nous attend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, d'autant plus que si les gens se sont concentrés en ville, c'est pas pour rien : hôpitaux et universités.
      Quand t'es jeune, tu te dis "je vais vivre à la dure", mais quand tu vieillis tu peux plus ... et les hopitaux à promixité deviennent ta priorité !
      Si on affame la bête, il faut comprendre qu'il y aura de nombreux effets de bords, et notamment le fait qu'il va falloir apprendre a se soigner, a se défendre, etc...

      Mais il vaut peut-être mieux ne pas être trop conscient de tout ça pour se lancer dans l'action !!! lol

      Supprimer
    2. Will :" Séduisant de prime abord. Mais je m'interroge sur sa viabilité macro-économique. "

      Bonsoir,
      il ne faut pas se tromper d'objectif . Il s'agit avant tout d'augmenter notre niveau de résilience pour faire face à un effondrement systémique .Comme le mentionne avec beaucoup d'humour Frédéric lordon , en 2008 sans le sauvetage des banques , vous teniez quelques jours avec ce que vous aviez en poche puis après retour au jardin potager pour ceux qui en ont un . Quand vous avez compris ce qui nous a amené à deux doigts du chaos intégrale , vous comprenez que non seulement il y aura un prochain obus , mais qu'il sera cette fois plus difficile d'y échapper , donc on a tous interêt a essayé , selon moyen , ce qui est loin d'être évident .
      Après si cela implique des effets secondaires négatifs notamment au niveau macro-économie , c'est peut être que le logiciel qui pilote , et l'organisation du système ne sont pas si adaptés à la réalité ( au sens contrainte physique )

      Supprimer
  17. Bonjour. Je suis fils de paysan ayant grandi dans une ferme vivant en autarcie et des parents nés en 1930. 2000 m2 c'est insuffisant à mon avis. compte 1000 m2 de patates et navets ( ce qui conserve le mieux. ..) et 1000 m2 pour le reste du potager. 5000 m2 d'arbres fruitiers ( 100 gobelets environ ). Pour les cochons et les poules ( on peut rajouter 2 vaches pour le lait et le beurre voire trois agneaux à tuer en fin de saison) faut près de 1 ha de prairies. Un puits bien sûr et des panneaux solaires. Un vieux tracteur de 45 cv acheté d'occasion et des charrues me semble indispensable aussi. Donc deux ha c'est mieux il me semble.

    RépondreSupprimer
  18. Pour tout le monde : si vous avez un terrain, déjà vous mettez des pommes de terres et quelques plants de tomates, c'est vraiment très facile....et quand vous y aurez pris goût vous passerez à la suite !

    RépondreSupprimer
  19. Bonsoir,

    concernant la liste ,s'il fallait donner une priorité dans les taches ,je mettrais en premier ,comme pivot , l 'installation du verger et l'installation de haies de feuillus simultanément , en prenant en considération la topo , le sud ,le voisinage et surtout le vent dominant ! Important les vents car ils peuvent impliquer une dissymétrie par rapport à l'axe nord/sud , dans la hauteur et le volume des haies , et par la disposition des fruitiers en fonction de leur période de floraison . J'ajoute , prenez des variétés de fruitiers resistantes naturellement aux maladies , et non des variétés qui necessitent 10 traitements par saisons pour ne pas perdre sa production . Prenez le temps de vous renseigner sur les bonnes variétés en fonction des fruits sinon vous y laisserez quelques plumes sans parler de la perte de temps ( tout ce qui concerne la nature se compte en années , ce n'est pas de l'instantanée donc si on se trompe ... là ça passe encore , il y a encore des magasins , de la logistique tout ça, mais dans d'autres circonstances )

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.