mercredi 21 mai 2014

[autarcie] Une lecture potagère de la lutte des classes

Un des moteurs les plus puissants du système d'exploitation est l'envie et le mimétisme spontanés du prolo pour le bourgeois qui l'exploite.

Le bourgeois est rarement riche de par son seul travail (n'est pas neuro-chirurgien-pédiatre qui veut), mais le plus souvent par le pourcentage qu'il prélève sur les flux de travail salarié/consommation marchande des sus-dits prolos (dans lequel je m'inclus). Et par ponction, je n'entends pas uniquement la part du profit extraite par les capitalistes, mais aussi tous ceux qui émargent grassement à la ponction publique...

Plus le prolo doit suer le burnou dans le flux travail salarié/consommation marchande, plus le bourgeois palpe...

Ces valeurs que la bourgeoisie au pouvoir essaie de distiller au peuple (sans trop d'eforts, grâce au sus-dit mimétisme), sont grosso modo :
   le nomadisme,
   le lupanar et le divorce pour tous,
   le surinvestissement dans l'apparence physique ainsi que dans la culture pédante et grotesque.


(notez au passage comment l'extrême gôche, que le système adore, en parfaite sociale traitre, est totalement en ligne sur les deux premiers points, et même souvent prescriptrice sur le dernier)

L'horreur pour le système étant a contrario les valeurs dites traditionnelles, de familles élargies, robustes, enracinées, avec un maximum d'entraide, de don/contre-don et de production de biens et services ne passant pas par le flux ponctionnable du travail salarié/consommation marchande.

Fort de ce constat rapide, sur le trajet du boulot, il y a quelques belles maisons cossues, genre pierre de taille, à étage, 200m² habitables sur 3000m² de terrain. Et globalement, sur ce genre de terrains, on voit pas de potager. C'est plutôt pelouse de golf, bonsaïs, haies de conifères et rosiers (surement entretenus par un jardinier salarié d'ailleurs).

Mimétisme oblige, le prolo avec son pavillon en parpaings sur terrain de 1000m², à partir des années 60, s'est mis dans la tête de mimer le bourgeois... Le potager est devenu la honte, et partout, on a vu fleurir les jardins en béton plastique, les gazons de golf, et les haies de cyprès...

Et de source de revenus et d'autonomie, le jardin est ainsi devenu source de frais, impliquant plus de travail salarié/consommation marchande de la part de son proprio...

Les hommes réellement libres comprendront ce qu'ils ont à faire...

6 commentaires:

  1. non il y a une erreur: le prolo veut sa maison en parpaing de 80m2 sur un terrain de 500m2 avec tout un tas de voisins prolos autour de lui
    c'est la version moderne de l'habitat hybride entre appartement et maison le 3eme sexe du logement en quelque sorte.
    que des avantages puisqu'il faut chauffer 4 faces entretenir le petit jardin avec clôture et bénéficier du vis à vis des voisins
    tout ça pour la petite somme de 200kEuros voire plus suivant emplacement de quoi s'endetter sur 20 ans et pouvoir payer des taxes foncière et d'habitation en remerciement!
    grolandais31

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Peux tu argumenter ce point :

    "Ces valeurs que la bourgeoisie au pouvoir essaie de distiller au peuple (sans trop d'eforts, grâce au sus-dit mimétisme), sont grosso modo :
    le nomadisme,
    le lupanar et le divorce pour tous,
    le surinvestissement dans l'apparence physique ainsi que dans la culture pédante et grotesque."

    Je ne vois pas le rapport entre la bourgeoisie et cette liste de valeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'il y a mécompréhension sur ce qu'est la bourgeoisie. Vous avez surement en tête le bourgeois à haut de forme style XIXème, patron d'usine. Il y a certes lui, mais dans ce pays communiste où l'Etat surponctionne et distribue ses rentes à qui il le souhaite, il est devenu minoritaire.

      Le bourgeois typique pour moi, c'est l'artiste fonctionnaire, le Decausne qui se pavane sur C+ à faire la morale, etc etc...

      Supprimer
  3. Curieux, si je m'égare dans les quartiers chics de Paris (j'ai même pas besoin de déraper, j'y travaille) je trouve plein de gens prout-prout de la bourgeoisie, qui justement vomissent les néo-valeurs immigrés-trav-libertarisme.

    La liberté, ça leur fait peur.

    Alors je suis ton raisonnement jusqu'au moment où tu fais interférer économie et sociologie. Le boboisme, seule une minorité de la bourgeoisie s'y identifie. Le reste s'en tient à l'écart discrétos, mais on aime se DONNER L'AIR d'être ouvert.
    Comme ça le bon peuple il ferme sa gueule, tu comprends ?

    Il n'empêche, va dire à ces braves gens que leur fille va se mettre en ménage avec la tienne qui est devenue trans, tu m'en diras des nouvelles ;-).

    Soyons sérieux, rien n'a fondamentalement changé dans notre société depuis la légalisation de l'avortement, les homos se sentent plus marginalisés que jamais avec le mariage pour tous, et les réactions qu'il a suscité. Encore une victoire de Pierre BERGE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai habite le 16 eme (secteur Eglise d'Auteuil, Mirabeau) pendant 3 ans et oui, effectivement c'est prout-prout & co. Mais les "bourges du 16eme" sont minoritaires et detestes, meprises par tous les autres bourges, moins reacs et plus bobos. Il n'y a qu'a voir le traitement du 16eme par la Mairie de Paris, c'est tres clair.

      Supprimer
  4. Peut-etre que les bobos sont les nouveaux bourgeois, comme tu le dis. Mais je ne vois pas comment tu passes du potagers aux "valeurs" boboisantes. Pour moi ce sont deux choses qui ne sont pas sur le même plan.
    On a d'un côté un "système" a fabriquer des rentes comme tu le dis (même si je ne suis pas totalement d'accord, mais passons...).

    D'un autre un système de valeurs qui n'est pas selon moi lié à une certaine "caste".

    Personnellement, je fais du potager, je travaille dans le privé, mais je me sens proche des valeurs de liberté de moeurs, même si je suis marié et fidèle depuis ... heu.... très longtemps.

    Valeurs et système de redistribution ne sont pas les mêmes choses et ne doivent pas être amalgamées. On ne peut combattre un système économique en affichant des valeurs.

    L'exemple du mariage gay est typique : c'est le seul sujet de discorde UMP/PS. Ce point est mis en avant par le PS comme marqueur de différence, et plein de monde tombe dans le panneau, toi y compris.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.