samedi 3 mai 2014

Babel contre le reste du monde

   La côterie homosexuelle invente ses "70 000 fusillés" (via E&R)
Pour Julien Pellet du « Mémorial de la Déportation Homosexuelle » (MDH), il s’agit de rendre hommage aux « 70 000 homosexuels qui sont morts dans les camps nazis ». Le problème pour cet ancien secrétaire de l’Association Lesbian & Gay Pride Bordeaux, c’est que l’histoire semble plus complexe.

Selon l’ouvrage écrit par plusieurs historiens « La déportation pour motif d’homosexualité en France. Débats d’histoire et enjeux de mémoire », il apparaît que le nombre de déportés français pour motif d’homosexualité n’était que 62, dont aucun originaire de Bordeaux !

   Les États membres de l'UE ne peuvent pas exiger la maitrise de la langue nationale lorsque des étrangers postulent pour y résider dans le cadre du regroupement familial (Express.be)
C’est ce qu'a décidé un important conseiller de la Cour européenne de justice de Luxembourg, lorsqu’il a dû trancher sur le cas d’une femme turque qui avait tenté de rejoindre son mari installé en Allemagne, et à laquelle le gouvernement allemand avait refusé la résidence dans le pays au motif qu’elle ne maîtrisait pas les rudiments de la langue allemande, lui demandant d’apprendre des notions d’allemand avant de postuler à la résidence en Allemagne.

   L’horreur à Odessa : 31 militants indépendantistes meurent brûlés par les milices du Pravy Sektor et les pro Kiev (Les moutons enragés)
   Odessa: le bilan des victimes s'alourdit à 42 morts (Intérieur) (Ria Novosti)
   Ukraine/répression: Moscou convoque une réunion du Conseil de sécurité (Ria Novosti)

21 commentaires:

  1. Pour l'histoire du regroupement familial,

    Ma copine est iranienne, parle anglais, allemand, turc, arabe et perse couramment, elle a un PhD et bosse aux USA en ce moment....je fais comment pour la faire venir si elle ne parle pas un mot de français? Y a un moment, il faut bine que les gens viennet sur le territoire pour apprendre la langue....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il te reste à apprendre l'iranien, à te convertir muz, si tu ne l'es déjà, à te marier et à t'expat dans ce pays radieux qu'est l'Iran.
      Les vases communicants, ça devrait fonctionner dans les deux sens.

      Supprimer
    2. je suis pas sur que l'iran soit radieux mais pas sur non plus que ce soit catastrophique comme la france.

      Supprimer
    3. Il est question de "résidence", donc à savoir de l'obtention d'un visa permanent, de la nationalité ou équivalent. Avec les droits qui vont avec (travail, vote...). Ca parait évident que le moindre des devoirs est de parler la langue du pays qui t'accueille.

      Pour venir visiter et apprendre la langue, il y a le visa tourisme.

      Supprimer
    4. Anonyme4 mai 2014 08:45
      je suis pas sur que l'iran soit radieux mais pas sur non plus que ce soit catastrophique comme la france.

      Non c'est sur, ça peut pas être catastrophique comme la France,
      http://www.youtube.com/watch?v=dF47rrHd7wo

      Supprimer
    5. Elle en a de la chance ta copine !
      http://www.lefigaro.fr/societes/2014/05/03/20005-20140503ARTFIG00030-les-entreprises-americaines-accelerent-leur-retour-en-iran.php

      Supprimer
    6. Ne t'inquiète pas, le contrôle de maîtrise minimum du Français se fait 2 ans après le mariage et fait partie des contrôles pour l'acquisition de la nationalité Française par mariage, donc ça lui laisse largement le temps d'apprendre.

      Supprimer
  2. @Anonyme : franchement ta copine est un cas particulier, à priori elle semble avoir les capacités à maitriser au moins les rudements de la langue française sans avoir besoin préalablement de résider sur le territoire français.
    Ensuite remarque bien qu'elle est la première victime de notre immigration de passe : passoire sans fond par laquelle pourtant certains n'arrivent pas à passer alors qu'ils devraient pouvoir ! (certains étrangers, quelque soit leurs origines sont tout à fait les bienvenus en France).

    Le soucis vient de toutes ces personnes débarquées d'on ne sait trop ou et qui se trouvent sur notre territoire à bénéficier de nos services sociaux dans parler un mot de français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. disons plutôt que le français il le comprenne et le parle quand ça les arrange......

      Supprimer
  3. Tout est histoire de culture, selon moi un étranger peut être le bienvenu s'il vient par amour de la France, mais pas par amour des allocs, de la sécurité sociale ; par amour de l'esprit, de la langue, de l'histoire, des paysages. S'il amène avec lui une culture étrangère dans laquelle il s'obstine et persiste, c'est la preuve qu'il n'est en France pour aucune bonne raison. Un bel exemple est Rabah Rahbi, qui adopte le prénom Pierre, se convertit au christianisme, parle magnifiquement le français,défend la terre, appelle ses enfants Cécile, Gabriel, etc.
    Et si l'on ne peut pas compter sur la franchise des immigrants, alors prenons des mesures qui sauront trier le bon grain de l'ivraie : n'autorisons que la religion chrétienne en France (comme dans certains pays islamiques), ou obligeons les étrangers qui s'installent à adopter un prénom français, à donner des prénoms français à leur enfants... Rien de scandaleux là-dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord, dégageons tous ceux qui veulent appeler leur enfant Rachid, Michael ou Kevin.
      D'ailleurs Yannick, prénom localiste à consonante indépendantiste est bien suspect, même s'il s'agit de lecitoyen: tu passes à un bon Jean bien de chez nous, ou dehors!
      Tonio aussi d'ailleurs, on dit Antoine chez nous: dehors, tous!
      Rien de scandaleux là-dedans.

      Supprimer
    2. Mes gosses portent des prénoms basques, sauf l'aîné , Christian, qui vit et travaille à Saint-Sébastien, en Euzkadi/Espagne. Tu les déportes où, Anonyme 04/05/2014 18:09 ??
      Si les communautés historiques qui, bon gré-mal gré, ont été "fédérées" sous le drapeau tricolore doivent nier leur langue sous le prétexte du melting-pot républicano-jacobin, ne venez pas ensuite nous chialer d'être envahis de gens dont les origines, les couleurs, les religions et les coutumes ne vous conviennent pas. Bouffez-vous la bien chaude votre contradiction d'anciens impérialistes, merde !

      Supprimer
    3. Anonyme4 mai 2014 18:09,
      tu es un peu de mauvaise foi avec ton ironie à 2 balles, non ?
      http://sajidine.com/au-quotidien/prenoms/nomination.htm

      Supprimer
    4. C'était juste une proposition, et je parle d'obliger les "immigrants" et leurs enfants à adopter des prénoms français, les français de France font ce qu'ils veulent.
      Ne peut-on pas considérer que ce serait une mesure favorisant leur intégration, donc très bénéfique ?
      Evidemment l'Europe nous tomberait dessus, puisque cela n'irait pas vers l'implosion des peuples européens tant espérée.

      Supprimer
  4. Vous oubliez tous un détail (mais le Diable est dans les détails) :
    Celui qui prétend au regroupement familial doit avoir rempli les critères évoqués : travail, affectio societatis. Bref, il a bossé pour nous sans problème et l'a démontré.

    On lui reconnait donc le droit d'avoir une vie familiale normale : sa femme, ses enfants. Et eux, on leur laisse plus de temps pour s'intégrer. En fait, on mise sur l'assimilation par le temps.

    Je vous renvoie à la partie juridique de mon site, en droit des étrangers : http://sos-net.eu.org/etrangers/interne/regroup.htm
    On est loin de la sinécure...

    En gros, on considère que si le mari a bien travaillé, on doit lui offrir en contrepartie la chance de s'assimiler, et c'est un modèle qui (n'en déplaise à certains) a plutôt bien fonctionné. Il fonctionnerait toujours à merveille s'il n'y avait la récession improvisée (au lieu de la décroissance organisée, mais il y a longtemps qu'on a renoncé à cette utopie).

    Ces gens s'aperçoivent alors d'une clause de leur contrat qu'on ne leur avait pas vendue : dernier embauché tu seras, premier licencié tu seras.

    Comme aux US, quoi.

    Vous feriez quoi, si vous aviez été à leur place, avec la claire conscience d'être la variable d'ajustement du système ? Comme le disait Bernie Bonvoisin (du groupe Trust : dédicace aux vieux de ma génération) : "il se soumettra ; ou se révoltera !".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai parcouru le site,
      http://sos-net.eu.org/etrangers/indexetr.htm
      et comme je connais avec quelle desinvolture notre belle administration (j'en fais partie et justement sur ce genre de dossier) vérifie les élements "de preuve" j'en rigole encore.
      le site devrait s'appeler "portes ouvertes". Plutot bien fait, iIl donne le mode d'emploi pour "s'integrer". Ztong, ta naivete m'emeut.

      Supprimer
    2. Ne sois pas trop ému...
      Je tiens à ta disposition 15 ans d'archives de mon cabinet, où tu verras à quelle "désinvolture" ont eu affaire plusieurs centaines de nos clients, et le travail de romain qu'a nécessité, parfois, de faire admettre la recevabilité de leur situation.

      N'oublions pas que l'immigration, ce sont de dizaines de milliers d'individus par an. Quand on se trouve au point nodal du contentieux, on ressent les aléas de la politique en la matière.

      Qui se trouve souvent aux antipodes de la communication officielle !

      Supprimer
  5. Combien de milliards d'euros l'Union Européenne coûte-t-elle à la France ?

    Pendant l'année 2012, la France a donné 19,8 milliards d'euros à l'Union Européenne, mais la France a reçu seulement 12,9 milliards d'euros de l'Union Européenne.

    En clair : pendant l'année 2012, l'Union Européenne a coûté 6,9 milliards d'euros à la France.

    (Rappel : la dette publique de la France est de 1925,292 milliards d’euros.)

    http://www.lesechos.fr/medias/2014/04/29/667720_0203460886459_web_tete.jpg

    Pour le Royaume-Uni : pendant l'année 2012, l'Union Européenne a coûté 6,6 milliards d'euros au Royaume-Uni. Rappel : la dette publique du Royaume-Uni est de 1460 milliards de livres sterling.

    Pour l'Allemagne : pendant l'année 2012, l'Union Européenne a coûté 10,6 milliards d'euros à l'Allemagne. Rappel : la dette publique de l'Allemagne est de 2147 milliards d'euros.

    Pour l'Italie : pendant l'année 2012, l'Union Européenne a coûté 4,1 milliards d'euros à l'Italie. Rappel : la dette publique de l'Italie est de 2069 milliards d'euros, soit 132,6 % du PIB.

    L'Union Européenne, c'est des pays surendettés qui se surendettent encore plus pour prêter de l'argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L'Union Européenne, c'est un suicide collectif.

    RépondreSupprimer
  6. @ Eric, tu ne serais pas du côte de la cathedrale de Bayonne ?
    A part ça, l'intégration est étonnament complexe concenrant les peuples d'Afrique.
    leurs cultures sont aus antipodes des notres, le système français n'est pas incitatif à l'intégration (de moins en moins au fil des années). En plus ce sont d'anciens colonisés avec tout ce qui ne va pas tant dans la tête des français "de souche" que dans la tête des immigrés. Un premier accesit pour les algériens qui ont gagné leur indépendance mais qui se sont rués chez l'ancien colonisateur dès l'indépendance acquise. Je passe sur la question de qui a vraiment gagné la guerre d'algérie. ça n'aide pas à se positionner tout ça.
    et maintenant ? perso j'habite tout près d'une ville à forte présence immigrée essentiellement nord afrique. Ce que je vois déambuler dans les rues ne me laisse pas penser que l'intégration se passe bien.
    Quant à l'anonyme de 20h26, c'est dommage pour sa copine iranienne mais je me laisse aller à penser que l'Iran et les iraneins rsestent un peuple uni et cohérent. Qualificatif que je n'aurais plus poiur le peuple français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blablabla, la Suède, la Finlande, le Québec, n'ont jamais colonisé l'Afrique il me semble, et pourtant...

      Supprimer
  7. Bonsoir,

    Quelques liens ce soir :

    Un petit documentaire sur la télévision avec effet idiocracy : https://www.youtube.com/watch?v=NvMNf0Po1wY

    L'aveu de Joe Biden (ok je sais, ça remonte), à méditer en ces temps ou la PMA redevient d'actualité : http://www.polemia.com/joe-biden-ce-sont-les-dirigeants-juifs-qui-sont-derriere-les-changements-relatifs-au-mariage-homosexuel/

    Une mise au point de plus sur la Russie, de la part d'un auteur qui a plutôt soutenu des positions néo-con' et atlantistes par le passé : http://www.polemia.com/cinq-mythes-sur-la-russie-actuelle/

    Et une étude de plus sur le coût réel de l'immigration : http://www.polemia.com/84-milliards-cout-budgetaire-de-limmigration-selon-le-rapport-posokhow/

    Histoire de comprendre également un peu mieux le point de vue russe sur la crise ukrainienne : http://www.zerohedge.com/news/2014-04-30/battleground-ukraine-comprehensive-summary-russian-perspective

    Rappel de ce que fut la géopolitique selon De Gaulle : http://www.les-crises.fr/interview-pierre-maillard/ (on peut lire aussi http://www.radio.cz/fr/rubrique/histoire/quand-de-gaulle-avait-les-yeux-rives-sur-prague )

    Pendant ce temps le camp du bien minimise voire nie le massacre d'Odessa !

    A noter qu'un GEAB nouveau vient de sortir.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.