samedi 3 mai 2014

Féodalité de la Racaille

La France a toujours eu deux grands ennemis dans son histoire, que sont l'empire et les féodaux. L'empire on le connaît, l'hyper classe, l'union européenne, etc... Et la féodalité, ce sont ces nouvelles zones de non droit.

Ils ne sont pas français, ils sont républicains. Ils ne sont pas structurés par leur culture d'origine, ils ne sont bien évidemment pas structurés par la culture française. Ils sont les êtres sans racines que l'éducation nationale produit par millions.

La racaille est la finalité anthropologique de la République. C'est l'être déraciné par excellence.
Tout est dit...



Et sinon, vous la sentez fort la croâssance potentielle là ?

8 commentaires:

  1. La chaine vesti russe commence à parler de génocide en ukraine .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lendemain de l'annonce du référendum sur l'indépendance de Donets'k du 11 mai, pravik sektor avait annoncé qu'ils allaient remettre de l'ordre à partir du 2 mai.

      A Odessa, les gars du pravik sektor ont encerclé des pro-russes à priori non armé et à leur tirer dessus. Les nouveaux amis de Fabius, de BHL et de la france ont mis le feu à l'immeuble ou se trouvaient entre autre des femmes et des personnes agées. Des habitants du voisinage ont voulu intervenir mais se sont fait tirer dessus.

      Certaines personnes ont sauté par les fenêtres et d'autres ont réussi à sortir de l'immeuble. Alors le commando pravik sektor leur ont tiré dessus à certains, pété les jambes à la barre de fer à d'autres en rigolant et balancant des vannes genre "t'est allongé comme un nègre" en faisant leur faisant les poches.

      Pendant ce temps, à la télé ukrainienne, iatsenuk se félicite de la prise d'odessa et on a assisté à des scènes de liesse dans l'est à Livl, bastion nazi. Je suppose qu'a la télé française on va dire que les russes sont vraiment trop méchants.

      L'état français fait parti des pays qui ont favorisé la mise en place du pouvoir nazi à kiev et entretiennent cette guerre civile. Avec vos impôts. Je commence à croire qu'on est parti pour une guerre.

      Supprimer
  2. La "croâssance" je ne sais pas. Mais l'"enrichissement culturel" c'est évident.

    On le sent très bien !
    ;-)

    Dieu que c'est bon de voir ce suicide collectif. Il y a un côté jubilatoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un suicide collectif aux barbituriques alors, parce que il me semble que nous sommes très peu à avoir conscience d'être au stade du non retour.
      Ça me sidère d'ailleurs.

      Supprimer
    2. Le mot est juste : sidération.

      Tant de gens y mettent du coeur, de l'acharnement... doublé d'une haine de soi qui confine au fanatisme.

      Un exemple : le témoignage de Mireille, publié dans La Croix (journal quand même sérieux)...

      http://tinyurl.com/kggfbxk

      Elle jouit littéralement de mettre ses enfants en danger, pour leur faire goûter aux joies de la diversitude. Envers et contre tout.

      Ca en devient obscène. Littéralement.

      Donc barbituriques ? En tout cas, un opiacé hyper puissant.

      Supprimer
  3. les chars ukrainiens flanqués de l'insigne nazi ; je ne sais pas si c'est vrai , j'ai lu ça sur le site wikistrike.com .....à suivre.....

    RépondreSupprimer
  4. Ah les joies de l'"open data" et du "big data". La mairie de paris met en ligne la base de données des prénoms des nouveaux-nés de 2004 à 2012.

    http://opendata.paris.fr/explore/dataset/liste_des_prenoms_2004_a_2012/?tab=table

    Avec ses différentes graphies, "Mohamed" est le 9ème prénom le plus donné en 2012 à Paris (total 193 fois) devant "Antoine", "Maxime", "Lucas".

    Sur un total de de 16 159 naissances en 2012, on compte 12 % (minimum) de prénoms clairement d'origine nord africaine, africaine, moyen orientale.

    RépondreSupprimer
  5. Le coeur du problème ce sont ces cons de politique qui pénalisent la vente et l'usage de la drogue.
    Qu'ils dépénalisent problème réglé.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.