lundi 19 mai 2014

L’éternel goûter d’anniversaire

L’éternel goûter d’anniversaire
Contrepoints, Baptiste Créteur, 19/05/2014 (en Français texte en français )
→ lien
L’éternel goûter d’anniversaire de César, grand architecte des briques et roi des enfants.

Soyons sans pitié pour les parents qui ont le courage de l’organiser et imaginons un goûter d’anniversaire éternel. Faisons sortir les parents du tableau pour nous enfoncer plus loin dans la folie, et imaginons une salle de jeux un peu particulière.

Dans cette salle de jeux, chaque enfant trouvera une machine à fabriquer des briques en plastique ; des briques en plastique ; et un unique tapis de jeux qui limite l’espace de jeu. Chaque enfant peut passer un peu de temps sur la machine à fabriquer des briques pour fabriquer des briques – qui peuvent être différentes d’un enfant à l’autre, et prendre à chacun d’entre eux un temps différent. Par exemple, en une minute, un premier enfant produira deux briques standard, alors qu’un autre produira une brique en forme de planche.

Les enfants arrivent, occupent un espace et commencent à produire des briques ou utiliser les briques déjà présentes sur leur espace à leur arrivée. Ils utilisent les briques pour jouer et construire ; ils aiment cette activité. Mais ils n’aiment pas passer du temps à produire des briques. Pour réduire le temps que leur prend la production de briques, ils peuvent placer quelques briques dans la machine qui sera alors améliorée et aura un rythme plus rapide de production de briques pour cet enfant.

Naturellement, les enfants ont besoin, pour dépasser le stade de la construction basique, de différents types de briques. Ils vont commencer à échanger des briques, voire parfois à s’associer pour construire ensemble des édifices plus ambitieux. Ils aiment ces interactions, qui requièrent toutefois des talents de coopération et de compréhension pour que les deux enfants apprécient l’édification et l’édifice.

Certains enfants sont beaucoup, beaucoup plus lents que les autres. Et d’autres enfants leur donnent naturellement des briques. D’autres s’unissent pour améliorer une machine et bénéficier ensuite d’un meilleur rythme de production de briques, et savourer ensuite la construction. Il se trouve aussi des enfants pour vivre au jour le jour, utilisant ou échangeant leurs briques pour construire dès qu’ils en ont produit.

Voyant le bon exemple des enfants qui investissent et coopèrent, réfléchissent longuement à leur projet avant de lancer sa construction, et travaillent dur à la production de briques, et voyant comme leur comportement vertueux porte ses fruits, les autres enfants les imitent peu à peu. Au fil du temps, les constructions sont de plus en plus raffinées, ambitieuses, complexes, connectées. Les enfants ont même, ensemble, construit un jeu nouveau : un grand huit, en briques de plastique, qui passe par chacune de leurs parcelles alors qu’un enfant euphorique le pousse dans les montées et pousse de grands cris dans les descentes, les autres hilares à son passage.

Mais tout goûter d’anniversaire a une occasion, et ce n’est pas tout à fait comme cela que les choses vont se passer. En réalité, la salle de jeux est tout à fait conforme à la description, mais César, aujourd’hui 8 ans, affirme son autorité sur la salle de jeux, et se rend maître non seulement des lieux, mais aussi de ses camarades de jeu en se rendant maître de leur richesse : César sera le maître des briques.

Il a donc le pouvoir d’imposer à chaque enfant ses décisions en matière de briques. Au lieu de laisser chaque enfant construire et échanger librement, il leur demande de travailler à un grand édifice en mémoire de ce goûter d’anniversaire génial. Les enfants y travaillent de moins en moins consciencieusement à mesure que croît leur lassitude, et César tolère progressivement que les autres enfants consacrent une partie de leurs briques à leurs propres projets. Les projets sont bien entendu moins ambitieux que dans la configuration libre du jeu, les échanges moins nombreux, la solidarité plus rare ; leurs ressources étant limitées, les enfants sont plus égoïstes avec leurs briques.

César confisque par jalousie les constructions les plus élaborées, qui attisaient aussi les convoitises. Mais César constate que certains enfants sont mécontents : ils passent plus de temps que les autres à produire leurs briques et consacrent donc plus de temps à l’édifice commun et moins à leurs projets. Il leur est de surcroît difficile de trouver de quoi investir, à moins de réellement se priver. César est ému par leur cause et décide d’une nouvelle règle du jeu.

Plus un enfant est rapide, plus il devra contribuer de ses briques à l’édifice commun. Cela a pour lui un double avantage : l’édifice avance plus vite, et les enfants sont plus égaux dans la répartition des briques. Ils étaient, auparavant, égaux en droits ; leur égalité est désormais réelle.

Les enfants les plus rapides passent désormais beaucoup plus de temps à produire que les autres, ne disposant pour cela que de peu de briques supplémentaires pour leurs projets personnels. L’ensemble des enfants a voté, et la majorité a accepté ; certains enfants en colère ont été convaincus par les parents de César envoyés à la rescousse ou par des enfants envoyés par César pour les convaincre qu’ils seraient sinon privés de jeu pour aussi longtemps que durerait leur folie anti-démocratique.

Et plus le jeu avance, plus les enfants les moins rapides sont contents d’avoir plus de temps pour construire et plus de briques que s’ils produisaient normalement ; certains se mettent même à vénérer l’édifice de César, qui leur permet à l’occasion de détourner certaines briques de son édifice vers leurs projets privés. Ils adorent César.

Certains enfants ont quitté le goûter d’anniversaire, refusant de se plier à des règles pas si amusantes les faisant travailler plus que jouer alors que d’autres jouaient plus à leur place. D’autres continuent d’espérer qu’assez de briques leur permettront de réduire le temps passé à travailler pour César et augmenter le temps et l’énergie consacrée à leur propre projet. D’autres encore se résignent, cherchant de la reconnaissance dans les yeux des camarades à qui ils sont tenus d’offrir leurs briques – en vain.

En dehors de César et ses plus zélés camarades, les sourires sont plus rares sur les visages des enfants. Beaucoup aimeraient qu’il en soit autrement, mais ne voient pas comment changer les règles. Certains ont bien une vague idée, mais oseront-ils prendre le risque de courroucer César et ses sbires ?

21 commentaires:

  1. Bon anniversaire, la Décadence !

    Le 19 mai 1974, il y a 40 ans, c'était l'élection de Valéry Giscard d'Estaing.

    Mai 1974 - mai 2014 : les Quarante Décadentes.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France.

    Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

    Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l'Europe, mieux ce sera.

    Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes ... mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

    Depuis mai 1974, cette construction européenne aboutit à un désastre industriel, à un désastre économique, à un désastre financier, à un désastre social, à un désastre moral, à un désastre démocratique, à un désastre politique.

    Maintenant, il est temps de quitter le bateau "Union Européenne" : le bateau coule.

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2012/07/eurotitanic.jpg

    RépondreSupprimer
  2. A un moment donné il faut se poser une question qu' est ce que concrètement nous a apporté l Europe et l euro ? Rien par contre cette histoire nous coûte un bras. Je n irais pas voter car l Europe ne m apporte rien de concret si ce n est la taille des concombres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si bon dieu ! Allez voter !

      Votez FN ou Front de gauche. Envoyez un message clair aux bruxellois qui nous pourrissent la vie depuis 30 ans, qui nous pissent littéralement dessus (souvenez vous le référendum sur le traité de lisbonne...), qui nous humilient, qui nous marchent sur la gueule (et qui s'occupent en plus de vos concombres).

      L'ennemi a un visage. Il est clairement identifiable.

      Alors pourquoi rester "abstentionniste" ?

      Passez à l'offensive !

      Supprimer
    2. OK, ne va pas voter. Mais après, ce n'est pas la peine de venir se plaindre. Tu auras mérité ton esclavage.

      Supprimer
    3. comme si le droit de vote etait l'alpha et l'omega de la liberté politique.
      tu merites dors et deja ton esclavage.

      Supprimer
  3. Excellent ! L'extrême gauche et l'extrême droite performent aux élections locales en Grèce.

    http://tinyurl.com/lk9dt8u
    http://tinyurl.com/n79baas

    Oui, oui, il y avait hier le 1er tour des élections municipales.... Les grands médias n'en parlent bien entendu absolument pas... Car c'est une claque massive pour les crapules UMPS grecques.

    A Athènes, et dans la région la plus peuplée...Syriza est devant ! Aube Dorée ferait jusqu'à 17 % (malgré une répression féroce).

    Bref... il faut en parler un maximum avant les élections européennes.

    Les bruxellois chient dans leurs frocs littéralement.

    Dimanche prochain votez FN ou Front de gauche.

    Abattons Bruxelles et tous leurs complices.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voter extreme droite ou extreme gauche, cela revient à voter Union Europeenne en exigeant un toilettage... que je sache ce n'est point de toilettage que nous avons besoins mais de dégager du Titanic avant qu'il ne sombre de lui meme totalement dans le fascisme ou qu'il éclate en bon gros morceaux dans son agonie finale, y entrainant les peuples de 2eme classe (France, Italie...) ou 3eme classe (Grece, Espagne, Portugal...). Les 1eres classes ayant les moyens de le supporter.
      Personnellement, j'irais voter l'UPR! Leur programme se résume en 3 standards:
      -SORTIR DE L UNION EUROPEENNE, cet avorton du national socialisme des années 1940 , volontairement soutenus par les collabos de l'époque.

      -Dégager de l'euro cette évidente cristallisation de notre servitude par oblitération de notre souveraineté.

      -Dégager de l'OTAN, cette armée impériale qui conditionne notre avenir aux désirs mégalomaniaques d'une élite trans-nationale, apatride, qui prend le monde entier pour un terrain de jeu ou le dispute Monopoly et Risk... les peuples n'étant que quantité négligeable sur ce "Grand Echiquier".

      Pensons à l'héritage que nous laisserons à nos enfants si nous vendons notre Liberté pour une promesse de lendemains enchanteurs (croissance, emploi...).
      C'est ICI ET MAINTENANT qu'il faut agir, en votant!!
      Il n'y a pas de fatalité dans l'Histoire, seulement de l'ignorance parfois meles de desespoir... mais au fond nous y sommes tous de notre responsabilité, ceux qui votent (mal) comme ceux qui s'y refusent... et je ne m'exonère pas dans cette affaire puisque mon passé est à charge.... L'échec est toujours le prélude du succes.

      Master t

      Supprimer
    2. Le Front de Gauche est pour l'UE et la diversité la chance.

      Supprimer
  4. Amusant, on se croirait revenu à la Fable de Maya l'Abeille de Mandeville.
    Eh ouais, parce que les mômes qui construisent des briques pour leur pomme, s'avèrent être incapables de la moindre capacité d'édification collective, et ils se font toujours piquer leur brique par le gros costaud du coin et viennent pleurnicher auprès du chef des briques (autoproclamé) qui du coup, autorise une élite à faire main basse sur la plupart de la production.

    Ca tombe bien, César faisait exactement ça (en plus d'aller malaxer le museau aux enfants d'à côté et de les asservir histoire d'avoir des briques gratos, tant qu'on gagne on joue !).

    Tout ça pour dire qu'effectivement l'Europe telle qu'elle est devenue ne mérite plus d'exister, car sa direction y a dévoilé son vrai visage : le pendant civil de l'OTAN.

    Ce week-end, j'entre en dissidence et je vote contre cette Europe.

    RépondreSupprimer
  5. Mais EVIDEMMENT IL FAUT ALLER VOTER ne serait ce que pour contrer cette europe contraire à tous les espoirs promis.
    En s'abstenant on fait justement le lit de cette europe dont on ne veut plus.
    quant au parti, c'est selon ses convictions et il y a le choix, Front de gauche, FN, UPR ...
    MAIS ALLEZ VOTER!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. UPR = sous-marin de l'UMP (voir le passé d'Asselineau)
      Front de Gauche = pour l'UE et la diversité la chance.
      Moi je n'ai qu'une seule alternative, ce sera FN ou rien d'autre.

      Supprimer
    2. Le Front de Gauche est pour l'UE et la diversité la chance, l'UPR sous-marin de l'UMP, pour moi ce sera FN ou rien d'autre.

      Supprimer
  6. Hollande a les chocottes. Juncker et ses amis Barroso, Schulz font dans leur pantalon.

    Les artistes ont "peur" (du retour de la Bête immonde), les clandestins ont peur (de l'application de la loi), les journalistes ont peur (pour leurs subventions)... bref tous les kapos, tous les clients de ce système de merde ont peur.

    Et tant mieux !

    Propulsons le FN à 30 %, plus 15 % pour l'extrême gauche.

    Même chose en Angleterre où l'UKIP va foutre une merde noire.

    Grèce idem, Espagne, et Italie aussi (avec le mouvement de Grilllo)... Bref contrairement à ce que veut nous faire croire la formidable machine de propagande des bruxellois... nous avons la possibilité de leur cracher au visage et de ralentir leurs plans.

    Nous allons faire un tabac dimanche.

    Donc VOTEZ ! FN ou extrême gauche (UPR est trop intello).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le FN serait opposé à l'OTAN ?
      Adoncques.

      Il a fourni moultes groupuscules pour "encadrer" des manifs, voire certains coups de main plus ou moins respectueux de l'idéal républicain.

      A moins l'extrême gauche n'a plus de puissance hégémonique derrière elle. Ils sont moins dangereux.

      Parce que casser c'est bien, mais il faut reconstruire quelque chose de mieux après.

      Supprimer
    2. (UPR est trop intello).
      C'est bien le seul parti qui s'adresse a votre raison plutot que vos émotions.
      Moralité, c'est un beau compliment que vous leur faites... et il n'est pas usurpé!
      master t

      Supprimer
  7. Pour ma part j'hésite toujours entre upr et dlr.
    En ce qui concerne l'upr, en ayant parcouru plus d'une dizaine de petites municipalités et petites villes, je confirme que l'upr est bien présent en terme d'espaces d'affichages. On sent vraiment une différence avec les autres partis, ils essaient vraiment de parler de politique réelle quand les autres continuent de prendre les électeurs pour des c....
    Je souhaite bonne chance à ces deux partis.

    RépondreSupprimer
  8. François, le sens-tu ? Le retournement !!

    "Les impayés de salaires n'en finissent plus de s'envoler"

    "Après une année 2013 qui a connu un niveau record de défaillances d'entreprises, le début de 2014 continue sur la même trajectoire. Le nombre de cessations de paiements s'est accru de 3,4% au premier trimestre, pour retrouver un niveau analogue à celui relevé au premier trimestre 2009 - au pic de la crise - et menacer directement plus de 60.000 emplois."

    http://tinyurl.com/okmtntf

    RépondreSupprimer
  9. Le parti politique UPR veut que la France sorte de l'Union Européenne.

    C'est le seul de tous les partis politiques à réclamer une sortie de l'Union Européenne.

    D'autres partis politiques veulent que la France reste dans l'Union Européenne : ces partis politiques veulent juste renégocier les traités européens.

    Mais l'UPR est plus radicale.

    L'UPR ne veut pas renégocier les traités : il n'y a rien à négocier.

    La France doit sortir de l'Union Européenne, un point c'est tout.

    Lisez le programme de l'UPR :

    Sortons de l'Union Européenne !

    Il est parfaitement possible de sortir de l’Union Européenne sereinement et légalement (article 50 du Traité sur l'Union Européenne), ce que seule l’UPR propose vraiment. Tous les autres partis ne proposent que de « renégocier les traités », allez vérifier leurs programmes !

    http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2014/05/Profession-de-foi-UPR-EP2014-France-metro.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien conscient de la belle transparence de l'Upr sur le sujet. Un parti qui affiche son nombre d'adhérents en temps réel et qui ne cherche pas à masquer son échec de 2012, force le respect.
      Dupont-Aignan ne veut pas seulement "renégocier" les traités : il veut les vider de leur substance et rapatrier les pouvoirs vers la nation. Impossible parce que le droit européen prime sur le droit national ? Sauf erreur, la source de droit suprême à ce jour reste la Constitution. C'est une méthode différente.
      Sur le plan comptable, je me dis aussi qu'envoyer quelques eurodéputés DLR est mieux que de ne pas envoyer de députés du tout. A moins que l'UPR réalise un miracle en cette fin de semaine. Il y a aussi le fait que Dupont-Aignan a dit que si quelqu'un de mieux placé que lui en terme de poids electoral, défendrait les mêmes idées, il laisserait sa place. Je le crois assez honnête pour le faire, si Asselineau continue cette progression. Bref, beaucoup de réflexion pour se décider.

      Supprimer
    2. BA, je confirme ce que tu dis... allez lire leur "profession de foi".
      Sinon, "l'UPR sous-marin de l'UMP, pour moi ce sera FN ou rien d'autre."... drole de sous-marin qui pilonne aussi bien les positions idéologiques de la droite et de la gauche SYSTEME!! et dont le FN parasite le programme dans son essentialité tout en restant suffisamment vague sur l'enjeu de ses actions futures pour ratisser large.

      MASTER T

      Supprimer
  10. Je serais curieux de voir ce que donne une majorité d'anti-européens à l'assemblée mais je pense que le résultat serait, comme d'habitude, contraire aux souhaits de leurs électeurs. Ces nouveaux députés, assurés pour quelques années d'une vie confortable et finalement intéressante, feront probablement tout pour garder leur mandat jusqu'au bout et le pérenniser si possible....

    Bonjour les compromis tacites foireux par utilisation de subterfuges inavouables !

    Bref, la fonction crée l'organe sans retour possible sauf à en payer le prix fort et là, pour l'instant, personne n'y semble vraiment prêt même avec l'espoir qu'au bout du tunnel il doit bien y avoir une issue radieuse, sacré non de dieu !!!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.