lundi 30 juin 2014

[autarcie] Cultiver des tomates sans couper les gourmands : la cage à tomates

Un lien très intéressant que l'on m'a poussé en commentaires...

La cage à tomates...

Les tomates en cages
Bon Plant (en Français texte en français )
→ lien
A la suite de la lecture d'un paragraphe du livre "les semences de kokopelli" , nous avons expérimenté la culture de tomate en cage en 2001. Il nous restait un rouleau de treillis métallique qui avait servi comme armature pour dalle en béton, avec lequel nous avions confectionné quelques cages cylindriques. Le principe est très simple. Après la plantation du pied de tomate, il suffit de placer une cage au lieu du piquet et de laisser pousser la tomate naturellement sans interventions. Tous les gourmands poussent, forment des tiges qui vont se coincer contre la cage, et donner chacun plusieurs bouquet de fleurs et de fruits. La tomate se développe sans stress, sans blessure qu'elle doit cicatriser (enlèvement du gourmand); les fruits mûrissent à l'ombre du feuillage, échappant à la cuisson du soleil du mois de juillet et d'aout. Quant au jardinier, il lui reste parfois à remettre quelques tiges à l'interieur de la cage et surtout à récolter.



Nos cages forment un cylindre de 65cm de diamètre pour une hauteur de 1.8m, en treillis soudé de 3mm. A la plantation, nous laissons une distance de 1.2 mètre minimum entre chaque pied de tomate sur la ligne, si nous les installons sur deux rang, nous plaçons les pieds de tomates en quinconce . La végétation des tomates sera beaucoup plus importante, pailler et un arrosage au goutte à goutte deviennent indispensables, nous n'hésitons pas à empiler les couches de paillages en utilisant des sous couches cartons. Evidement,il faut apporter suffisement d'élements fertilisants....


Démonstration tuteurage en cage, paillage et plantes compagnes, centre d'expérimentation du bon plant, mai 2008


La tomate se developpe naturellement, tous les gourmands poussent


De temps en temps on rentre les tige à l'interieur pour les aider à passer l'echelon


test variété hybride en cage,variété carmello,année 2006


variété super steak dont toutes les tiges arrivent en haut de la cage


nombreux bouquets de fruits, variété hybride ferline


vue de l'interieur d'une cage , montrant les bouquets de fruits

Idées reçues

Si je laisse tous les gourmands, les tomates seront plus petites. Faux, nous avons chaque année une centaine de variétés différentes en cage plantées dans le centre d'expérimentation, chaque bouquet de fleurs que portent les gourmands donnent les mêmes tomates qu'un pied sur lequel tous les gourmands ont été enlevés. L'explication est simple, lorsque je laisse pousser tous les gourmands, j'ai beaucoup plus de feuilles, (usines à photosynthèse) donc la plante synthétise plus de sève élaborée qui peut nourrir plus de fruits.

Si la tomate a trop de feuilles, les fruits ne vont pas mûrir au soleil. faux, le soleil ne fait pas mûrir les tomates, il peut en plus les brûler, la chaleur fait tourner les fruits , il suffit de rentrer dans la maison, en automne des fruits verts en train de commencer à se colorer pour qu'ils finissent de mûrir au chaud dans la cuisine.

Si je laisse tous les gourmands, je vais récolter beaucoup plus tard? faux, nous avons fait un essai , en 2008 sur 2 pieds d'une variété hybride précoce (agora); un pied tuteuré sur un piquet et un pied en cage, la différence de maturité sur le premier bouquet de fruit entre les deux pieds était de 2 jours.

avantages et inconvénients

avantages :
- aucun travail de tuteurage
- récolte plus importante, selon la variété vous pouvez récolter de 5 à 20 fois plus
- pas de brûlure de soleil sur les fruits
inconvénients :
- méthode de tuteurage par forcément adaptée en toutes régions
- besoin en eau plus important
- stockage des cages

Retour d'expériences.

Il faut attacher la cage à un piquet pour éviter qu'elle bascule. En effet lorsque la végétation de la tomate emplit la cage, celle ci offre une prise au vent considérable, en particulier aux rafales annonçant les orages d'été

Cette technique de tuteurage est très intéressante pour une culture de tomate dans des pots

Les cages pour les tomates cerises sont toujours trop petites, aussi bien en diamètre qu'en hauteur.

Une maille de 20cm sur 20cm du treillis reste idéal surtout pour pouvoir cueillir sans problème les fruits.

On a remarqué peu de problème de cul noir sur les variétés sensibles commes les tomates des andes.

Sur castorama, un panneau de treillis soudé de 1,20m sur 2,40m, maille carrée de 20cm sur 20cm, ça coute 3€. Pour faire un cylindre de Diamètre 65cm, il faut Pi x D = 2m environ. Idéalement, il faudrait des panneaux de treillis de 2m sur 2.

9 commentaires:

  1. Avantage en gain de place sinon je vois pas trop d'avantage par rapport a un tuterage en multi pieds ou les tiges de l'un peut être attaché a l'autre deuxièmement une fois que les tomates du bas du milieu etc sont la on garde pas les branches de feuille pour que la sève aille ou elle doit aller et la il va pas me baratiner que sont système est plus productive et troisiement bonjour les champignons dans tout ce bordel .

    RépondreSupprimer
  2. J'ai un peu de mal à comprendre. A la place du traditionnel piquet en bois (ou de la spirale en inox), on met une cage de 65 cm de diamètre et 180cm de haut pour UN seul pied de tomate ? Dans ce cas là, ca veut dire que la technique traditionnelle n'exploite pas le plant de tomate avec sa capacité de développement optimale... Peut-etre aussi que cette technique n'est valable qu'avec certaines variétés. Les tomates que je connais (variététés paysannes, ridées, de forme imparfaite et beaucoup plus fruitées que celle du commerce) ont un développement de plus ou moins 1 mètre. Mais c'est surtout en largeur (diamètre) que la différence est grande.
    En tous cas merci, c'est à tester.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai déjà laissé faire des tomates... Résultat : en cas d'humidité un peu persistante, tout pourrit lamentablement. Et avec le mildiou, il suffit de 3 ou 4 jours pour que la récolte soit réduite à zéro. C'est une fausse bonne idée.

    RépondreSupprimer
  4. j ai teste l annee dermiere une production superieur mais attention il faut des varietes semi ilimites ou ilimites pour remplir les cages et 1.20 m entre chaque pied. et de plus moins de maladie car pas de blessure de la plante..

    RépondreSupprimer
  5. Moi je me contente de de les faire pousser à 1m de mon mur végétal (tomates côté sur of course, puis je met un peu tuteur en biais dont la tête repose sur mon mur végétal et je noue en faisant en sorte que le plant repose SUR le tuteur

    RépondreSupprimer
  6. Finalement, c'est un peu comme la vigne. Ou bien avoir un seul pied qui devient monstrueux ou alors avoir tout un tas de pieds aux normes en vigueurs qui nécessitent toute une quantité de traitements puisqu'ils sont "martyrisés".

    La clé, c'est d'essayer chez soi et de trouver ce qui fonctionne le mieux en fonction du contexte pédo-climatique.

    Sinon, grillage à mouton, fers à bétons, etc.

    RépondreSupprimer
  7. Tu peux essayer avec une chute de grillage soudé et faire pousser des concombres avec ce genre de pratique. Succès assuré, mon voisin m'a copié...;-)

    RépondreSupprimer
  8. Testé approuvé.
    Zéro coupe on laisse tout se développer, pas d'entrée pour les maladies...pieds beaucoup plus résistants et production à mon avis plus élevée, marche très très bien pour les tomates cerises.
    Technique d'ailleurs adoptée par la ferme du petit colibri et qu'on retrouve sur son "Manuel de culture sur buttes"
    A+
    Tea

    RépondreSupprimer
  9. Excellent ! J'ai hâte de tester. La comparaison avec la vigne me semble juste (cf vignes en permaculture sur le site Brin de Paille Alsace : http://bdpalsace.fr/tiki-read_article.php?articleId=12)

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.