mercredi 4 juin 2014

Interview de Vladimir Poutine sur TF1

Interview de Vladimir Poutine sur TF1
TF1, 04/06/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Pour ce qui concerne la souveraineté, je répèterai : un pays qui rejoint une organisation militaire consent à céder une partie de sa souveraineté à une institution supranationale. Pour la Russie cela est inacceptable, pour les autres pays, à eux de décider, cela ne nous regarde pas. Mais cela me rappelle la France, la tradition gaulliste, De Gaulle était un défenseur de la souveraineté française et selon moi cela mérite du respect. Un autre exemple, François Mitterand qui parlait d'une Conféderation Européenne où, d'ailleurs, même la Russie pourrait participer. Je pense que rien n'est encore perdu en ce qui concerne le futur de l'Europe.

En ce qui concerne la politique des USA, ce n'est un secret pour personne, que le pays qui mène la politique internationale la plus agressive, la plus dure, en défense de la vision qu'ont ses dirigeants de l'intérêt national est menée par les USA et ce depuis de nombreuses années. Nous n'avons pratiquement pas de présence militaire à l'étranger alors que les bases de l'armée des USA sont présentes sur toute la planète et ils partout où ils sont, ils participent activement dans ce que sera le sort d'autres peuples, à des milliers de kilomètres de leur frontière. Et nous reprocher de ne pas respectes des règles me semble un peu étrange de la part de nos interlocuteurs américains.

6 commentaires:

  1. La vache, la Pravda qui interviewe le président russe, cela ne le fait vraiment pas...ils ont l´air un peu pathétiques à essayer de pousser Poutine dans ses retranchements avec leurs grands effarements et gestes, et puis s´affichant tout fiers à ses côtés à la fin, cela cloche vraiment...cela ne passe pas...vraiment irréel.
    Ce sont des guignols!!!

    RépondreSupprimer
  2. On doit vraiment donner un spectacle pathétique aux peuples libres du monde entier (hors Empire, quoi).
    Ils doivent se dire qu'en effet, elle est loin, la France de De Gaulle.

    Ca fait mal au coeur de voir à quel point on est tombés bas.

    RépondreSupprimer
  3. C'est frappant en effet.

    Seul Poutine apparaît comme "normal".

    Et sa "normalité" fait ressortir par contraste l'hystérie d'une saloperie comme Elkabach et de tous ceux qu'il représente.

    Poutine est calme. Impérial. Et les autres apparaissent comme des étrons.

    L'hystérique Hillary Clinton traite la Russie d'Allemagne nazie ?

    Poutine répond impérial : "on ne discute pas avec une femme..." (sous entendu hystérique, qui a ses règles, fanatique et qui sort des énormités absolues).

    C'est du parfait bon sens.

    Et ce qui est extraordinaire, c'est l'écho, l'hystérisation qui continue. Exemple, la gourde Rotweiller qui à son tour devient totalement démente et réagit sur Twitter en disant qu'elle est contente de ne plus devoir serrer la main de Poutine.
    ;-)

    Donnant raison -une fois de plus- au président russe.

    Bref, une véritable leçon.

    RépondreSupprimer
  4. Poutine, héros du monde libre.

    RépondreSupprimer
  5. Ces deux clowns sont pathétiques. Je jurerais qu'ils ont écrit leurs questions sur le coin d'une table 5 minutes avant l'interview. C'est d'un tel amateurisme que l'on se demande ce qu'ils font là. Entre la vielle tapette qui appelle le président Poutine "monsieur Poutine" et veille à ne jamais lui donner du "monsieur le président Poutine" exprès (s'il s'était agit d'Obama imaginez comment il aurait rampé) et l'autre journaliste de couleur brune qui veut montrer au président Poutine que les camps de travail doivent être fermée (?) et veux lui faire la leçon, c'est d'un ridicule consommé. Les questions manquent totalement de profondeur et ce qui aurait pu être un exercice fascinant avec un des hommes les plus fascinant du monde s'est transformé en grand guignol.

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui m'a fait plaisir, c'est que Poutine a rappelé aux deux collabos que les lois soit-disant anti-homos, sont en fait des lois qui interdisent l'apologie de l'homosexualité devant des mineurs.
    Rien à voir avec l'hystérie pré-Sotchi.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.