mercredi 18 juin 2014

La révolution du congé sans solde

Imaginez qu'une part importante de tous les français ayant encore une capacité d'épargne, décide de sacrifier 3 mois d'épargne et de poser en congé sans solde l'équivalent de ces 3 mois...

Imaginez ... la tronche de leur croâssance, la gamelle de la ponction du racket des prélèvements zôciaux...

Toute une clientèle parasitaire ne vit que de la ponction de l'argent des petites gens décentes, c'est à dire ultimement de l'attribution gratuite via l'Etat de leur travail, ie leur esclavage. Si cette France fait la "grève du travail", imaginez l'effondrement de la ponction pour payer les retraites à 2500€ des tamponne papier fonctionnaires, les allocs des glandus, les subventions à la pravda et la cul-ture d'Etat, les salaires indécents de toute la bureaucratie inutile, tout l'argent gratuit déversé sur l'immigration la chance, les subventions aux syndicats de gôche, les salaires des services techniques municipaux qui vissent deux ampoules à la journée, etc etc...

38 commentaires:

  1. Pensez aussi au congé sabbatique (11 mois maxi, tous les 5 ans, ne peut pas être refusé seulement décalé de 6 mois maxi, réintégration obligatoire - et le temps du congé sabbatique compte pour votre retraite.) Ce que j'ai pris en 2007 pour un faire peu de tourisme (ce qui a coincidé avec ma déccouverte d'Atlas Shrugged un an auparavant...)

    Mais il y a aussi le congé création d'entreprise (idem congé sabbatique, mais reconductible... Pourquoi ne pas monter un projet bidon?) Pour les fonctionnaires, il y a la mise en disponibilité...

    De toutes manières, vous cotisez comme des malades (on ne vous laisse même pas le tiers de ce que l'employeur paie pour vos services.) Et quand ce sera votre tour de gouter à la dolce vita, on vous enverra vous faire foutre... Alors, quitte a bosser jusqu'à son dernier jour, autant se prendre un morceau de sa retraite avant... Ce qui est pris est pris !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le congé sabatique ça sera l'étape d'après. Lorsque notre cher nain construira sa maison :-)

      Versus

      Supprimer
  2. Oui sur le mécanisme (asphyxier le leviathan, en réduisant les recettes de la rapine, voire en augmentant les dépenses).
    Non sur la méthode.

    Car elle est illusoire.

    Il est beaucoup plus réaliste et donc efficace de :
    -expatriation pour ceux qui le peuvent
    -> un coup de massue, la voie royale

    Pour ceux qui restent :

    -réduction du temps de travail (tous les indépendants professions libérales, réduisez de 20 % en passant à 4 jours par semaines). La perte de pouvoir d'achat sera moins importante, puisque vous êtes assommés de taxes.

    -réduction de la consommation, des investissements

    Dernière précision : il y a énormément de gens qui sont enrôlés de FORCE dans cette mécanique révolutionnaire... Car ils sont contraints !

    Chaque chômeur EN PLUS... réagit exactement de la même façon, même si c'est un gauchiste puant, un crétin, en un mot un électeur de Hollande / Sarkozy.

    Il convient donc de célébrer chaque hausse du chômage, chaque fermeture de PME.

    C'est un carburant ultra efficace pour notre combat.

    Enfin, pour les esprits faibles et chagrins qui sortent toujours le contre argument épuisé : "ça ne peut pas marcher".

    Si.

    Car ils oublient les effets de seuil, redoutables et imprévisibles dans un système aussi complexe que le Leviathan.

    En clair, quelques milliards de recettes en moins, pas grand chose dans le grand ordre du Budget, peuvent avoir un effet disruptif considérable.

    Pour synthétiser : tout le monde peut vivre avec -20 % de revenu, -20 % de consommation, -20 % d'investissements.

    Mais un -20 % d'argent, d'oxygène, en moins pour le Système, c'est l'arrêt respiratoire GARANTI.

    Alors au boulot. Arrêtons de fantasmer sur des "élections" illusoires, et concentrons notre feu sur le seul objectif valable : la destruction pure et simple du Système, via son implosion financière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. arrêter de bosser pour achever la bête oui c'est faisable et facilement même comme le dit tonio sauf que les effets ne seraient pas que là ou il pense et que ceux qu'il pense ne sont pas forcément les veritables parasites. Ceux qui dirigent sont les parasites, ceux qui divisent pour mieux regner sont les parasites.

      Par contre s'expatrier c'est à mon sens la solution du lache ! car comme on dit les absents ont toujours torts et si ça pète demain ici et que t'es à l'autre bout du monde alors rien n'empechera les illuminés et extermistes de toutes sortes de récupérés le pays en lambeau pour en faire ce qu'ils veulent, sans toi ni ton avis car tu seras expatrié...

      Supprimer
  3. Tu crois vraiment que les patrons de pme (sauf exceptions) permettent à leurs salariés de prendre des congès quand ils veulent ?
    La réalité des pme c'est plutôt heures supplémentaires non payées obligatoires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baisse d'activité aidant, cela peut au contraire bien arranger les PME d'avoir une partie de leurs salariés à mi-temps...

      Supprimer
  4. Oui sauf que c est illusoire tout le système tend vers ce que tu dénonce donc les cigales restent des cigales et les fourmis aussi tout simplement car l une et l autre sont indissociables sinon l arbre meurt chacune ayant une utilité

    RépondreSupprimer
  5. Pour beaucoup, des intérimaires ne reprendraient-ils pas la place temporairement ?

    Haro sur la base.

    RépondreSupprimer
  6. Certes. Le problème étant que les choses sont ce qu'elles sont, les premiers à morfler seraient ceux-là :

    http://fortune.fdesouche.com/343755-gers-les-visages-de-la-pauvrete-rurale

    Ils sont servis en dernier, ils crèveront en premier.

    Les élites et le lumpen à casquettes/i-pods remettraient vite les choses à leur "place" par la force. L'Allemagne a déjà rétabli le STO alors toi ils t'enverront tout pareil gonfler leur croissance avec un flingue sur la tempe. La grève c'est de la merde. Change plutôt de métier, assume, adapte-toi et résiste. Achète de la terre et bosse-là ou je ne sais quoi. Mets ton intelligence au service de la cause. ;)

    Cela-dit je comprends que tu aies la rage. Tu n'es pas le seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le STO en Allemagne ?

      Supprimer
    2. C'est une boutade. Je crois que c'est Todd, ou un autre du même genre qui a dit ça. C'est à dire que les jeunes européens (espagnols par exemple) vont travailler en Allemagne pendant que leur pays crève. Belles expatriations qui sauvent leurs pays d'origine, n'est-ce pas ?

      Supprimer
  7. Prenons la pyramide des âges en France, on trouve grosso modo la répartition suivante :
    1 jeune
    2 adultes (moins de 60 ans)
    1 retraité
    Sur ces deux adultes un est fonctionnaire ou dans l'assistanat, reste donc un qui doit bosser et qui regarde les 3 autres glandouiller ou jouer aux boules et accessoirement se foutre de la gueule du dernier couillon qui travaille dans le privé.
    Est-ce que sociologiquement parlant un travailleur peut le rester longtemps dans un contexte comme celui-là ?
    La réaction de Tonio est compréhensible : on n'a plus qu'une seule envie arrêter de bosser et voir comment va s'affoler tout ce petit monde sans la rente qui tombe à la fin du mois.

    RépondreSupprimer
  8. Ben moi, depuis le 1er février 2014, je suis en congé sans solde pour 11 mois, vu que ma moitié gagne très bien sa vie.
    Et je peux te dire que c'est rentable de faire ce genre de calculs.
    Mes enfants sont moins fatigués, ont remonté dans le classement, je m'occupe de la maison, je fais la cuisine moi même, mon ménage, mon repassage, jardinage, bricolage, etc...
    Et financièrement, c'est au pire pareil qu'avant (les économies d'impôts et de dépenses compensent la baisse des revenus), voire des fois c'est rentable.
    Bref, on a gagné en qualité de vie et en pouvoir d'achat.
    Et ma boite est contente puisqu'elle m'a pas remplacé.
    Bref perte nette énorme pour nos parasites et qualité de vie pour nous.
    Et puis, si on refuse de me donner une retraite à 85 ans, je saurais pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bravo !
      chapeau l'artiste !!

      yongtai

      Supprimer
    2. Quoi, un homme qui s'occupent de la maison pendant que mme travaille ? Fais gaffe, t'es pas sur le bon blog ici. Tu vas te faire accuser de théoricien du genre.

      Supprimer
  9. Oui, ou on appelle ça une grève autrement.

    RépondreSupprimer
  10. Attention, pour ceux qui veulent réduire leur travail dans le système (genre passer à 4 jours par semaine), il ne faut surtout pas se la couler douce durant ce jour, il faut au contraire travailler dur mais pour soi, que cela soit du jardinage, du ménage, repassage ou autre. Il faut que vous remplaciez ce jour du travail par des prestations que vous faisiez faire avant et que vous ferez dorénavant vous même.
    Bref, vous devez remplacer la femme de ménage, l'artisan, etc....
    C'est surtout les classes moyennes et moyennes hautes qui doivent entamer ce processus et là le système va tanguer.
    Moi j'ai calculé que je devais bosser 2,5H pour me payer une heure de femme de ménage....

    RépondreSupprimer
  11. Autre solution : tuer le système de l'intérieur en accélérant les délocalisations et les automatisations de process : impact sur l'emploi, les impôts, la consommation... Et tout cela en étant magnifiquement rémunéré par le système qui a besoin de gain de productivité, même en offshore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'effet pervers ne risque-t-il pas d'être l'achèvement de la désindustrialisation de la France ? Le monde s'en fout que la France devienne un pays du tiers-monde. Des usines il y en aura ailleurs.

      J'ai une autre solution : amener le FN au pouvoir. Appliquer son programme. Ensuite évoluer tranquillement vers une dictature nationaliste soft qui remettra le pays sur les rails de la prospérité et du travail. Ce sera dur mais que faire d'autre ? Tuer les états-nations en les ruinant, c'est ce que veut l'Europe pour les supplanter. Attention de ne pas jouer leur jeu.

      Supprimer
  12. Ce n'est pas une "autre" solution, mais un levier supplémentaire qui complète les autres.

    Il est bien évident que la prise de conscience chez les "consommateurs" doit avoir son pendant chez les "producteurs".

    Un patron de PME qui s'obstine encore aujourd'hui à maintenir son activité en France soit il n'a pas le choix, soit il est fou.

    Pour les autres, il faut réduire la voilure en France, fermer ce qui peut l'être, délocaliser, licencier.

    Gérer une PME/PMI de plus de 50 salariés en France est devenu.... un sacerdoce. Un supplice. Une obscénité. On y perd sa santé mentale, sa santé tout court, son argent.

    Donc là encore, la Grève. Stop. Small is beautiful. Dégraissez, délocalisez... concentrez vos forces.

    Et surtout, n'oubliez pas : ils sont illégitimes.

    Hollande, Sarkozy, S.Royal, Sapin et toute leur clique de cinglés qui prétendent nous "gouverner" sont illégitimes.

    Il faut les récuser, les renvoyer dans les poubelles de l'histoire (leur place naturelle). En leur coupant les vivres.

    Ségolène Royal sans sa "carrière", sans argent public (volé) ne serait qu'une pauvre folle. Elle n'aurait aucun pouvoir de nuisance sur nous.

    Ils sont tous dans ce cas.

    Donc dehors, basta. Nous allons les asphyxier.

    RépondreSupprimer
  13. et à quoi sert la dette, si ce n'est à palier les rentrées d'argent insuffisante?
    Votre raisonnement n'aboutira qu'à générer encore plus de dette.
    Et donc encore plus de profit pour nos mafieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La baisse des recettes n'est que l'étape 1.
      Etape 2 : Les mafieux arrêteront très vite à prêter aux gens/états non solvables... Les taux vont monter.
      Etape 3 : Game over. Etat en situation de cessation de paiement. Réformes impopulaires obligatoires, dans l'urgence.

      Tout le monde va morfler. Mais on a attendu trop longtemps ; il n'y aura plus de sortie sans douleur, le train est passé en 1995 quand cette sous-m3rde de Juppé a baissé son froc devant les syndicats.

      Alors foutu pout foutu, si moi je dois me trimballer une vie de merde alors que j'ai toujours bossé comme un con, autant avoir la fierté de financer cette clique le moins possible. J'ai un métier, un savoir faire et je sais gérer un business : Je m'en sortirai toujours...

      Supprimer
    2. Essayez de sortir un peu des raisonnements sous cellophane, pris dans les rayons du supermarché du coin.

      Et vous verrez, désolé, que ce que vous dites est idiot, car contre les mathématiques.

      La dette serait elle une fonction exponentielle et infinie ?

      Bien entendu que les crapules compensent le "manque à gagner" du vol, par de la dette.

      Mais chacun doit comprendre que cette manip ne peut fonctionner qu'un certain temps.

      A un moment... boum. Plus possible. Et là c'est le grand reset.

      Donc, en réduisant les recettes, on les pousse au crime, en augmentant la dette. L'entropie s'accélère.

      Et à la fin boum.

      Supprimer
    3. Oui, à la fin, boum. On aura une dictature mondialiste en occident. Libérale-sécuritaire. C'est ce qu'ils veulent. On bossera comme des cons pour ces apatrides avec un niveau de vie médiocre. 1% d'hyper-riches, 20% de grouillots qui leur serviront la soupe avec un niveau de vie correct et le reste des pauvres style 19ès avec le monde virtuel et l'abrutissement comme échappatoire. Les nouvelles technologies leur permettront de devenir immortels (nouveau marché relançant la machine) et nous... ben on crèvera.

      Alternative : retrouver notre souveraineté et nos esprits. Plus facile à dire qu'à faire vu l'état d'esprit des gens dans ce pays bouffé par l'UMPS.

      Supprimer
    4. Il y a toujours l'option d'aller cultiver son jardin à la cambrousse, et revivre comme vivaient nos (arrière) grands parents à la cambrousse, le progrès en plus... On est à 10 000m² de sol par français.

      Plus j'y pense, et plus je me dis que la solution, ça tient en trois mots :
      - ruralité,
      - enracinement,
      - autonomie

      Supprimer
  14. Sans rire; On a pas le derche sorti des ronces !
    Comment expliquer à quelqu'un qui n'a pas assimilé les résultats macroéconomique que sa solution entre parfaitement dans la politique microéconomique de ces pourritures !
    La justice de bois reste la seule alternative des 70% directement impacté par les forfaitures de l'exécutif ....
    Derdesders

    RépondreSupprimer
  15. Intéressant. La SNCF publie des données sur les grèves depuis 1945.

    http://tinyurl.com/ona4n9l

    Le truc qui saute aux yeux : chaque année.

    Ca fait... 70 ans... chaque année... des dizaines de milliers de jours perdues.

    Pourquoi une telle constance ? Voilà la seule question qui vaille.

    Il y a des fromages d'un côté, et de l'autre ceux qui les mangent. Au détriment des autres.

    On voit donc clairement que JAMAIS on ne pourra réformer la SNCF. Ca fait 70 ans que cette "entreprise" est totalement dysfonctionnelle.

    Il faut donc la détruire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas compris ! La SNCF n'a rien en commun avec une entreprise... C'est une oeuvre sociale !

      Supprimer
  16. J'ai évidement un penchant pour cette solution. MAIS ...

    affamer la bête ? soit ! Le problème, c'est qu'il n'y a pas "une" bête, mais "des" bêtes.
    Si la bête coupe dans les budgets de défense (militaire, police, gendarme) en premier ce n'est pas sûr qu'on y gagne grand chose sinon l'obligation de devoir se défendre nous même, sans même que la justice nous en donne le droit en plus ! La bête ne va sûrement pas commencer par couper les budget de ce qui l'a maintient en vie, mais de ce qui NOUS maintient en vie ... à choisir ...

    C'est un jeu dangereux, une pente savonneuse, et il ne faut pas s'imaginer en face des adversaires passifs et stupides.
    Il faut s'attendre à une escalade et ... je l'ai déjà dit, il faut savoir ce qu'on est prêt à sacrifier dans ce genre de jeux, si on ne veut pas se retrouver accroupis avec une quenelle devant ou derrière ...

    Si le territoire est dans l'ensemble en paix et sans trop de violence, c'est grâce à l'état. Sans état, c'est la Somalie, et c'est pas super drôle.

    On est sur le fil du rasoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et donc, il faut continuer à payer ?
      Pour que les ennemis vivent comme des princes en ne branlant rien ?
      Parce que vous croyez que leur appétit aura une limite ? Qu'en acceptant de payer 60%, ils ne voudront pas 65, puis 70... 80 puis 100% un jour ?
      Vous êtes vraiment disposé à lâcher le fruit de votre sueur à d'autres sous prétexte qu'il peuvent vous pourrir la vie ?
      Eh ben, laissez moi vous dire, si c'est le cas, vous méritez vraiment ce qui va vous tomber sur le coin de la gueule... A troquer la liberté contre la sécurité, vous perdrez les deux ! C'est inévitable - et ce sera mérité !

      Très franchement, je préfère avoir à me défendre seul.

      Supprimer
    2. Les réactions sur ce blog sont hélas assez caractéristiques de la période de haut danger que nous allons traverser :

      1- en cas de crise, on charge tous les maux sur le dos de l'Etat et on l'envoie dans le désert. Ca s'appelle le bouc émissaire, ou jeter le bébé avec l'eau du bain.

      2- place est faite pour la justice privée (eh, ceux qui croient que c'est souhaitable, vous avez acheté un Beretta ou une Kakach ? Disco, je te suggère la création, pour faire le pendant à ta rubrique [Autarcie], d'une rubrique [Autodéfense] ou, plus largement : [Survie] !

      Pour ma part, je rejoins à 100% la position de Yoananda : la Révolution oui, mais il faut faire le tri sélectif.
      Passer de l'ultra-étatisme à l'ultra-libéralisme, les Russes ont connu ça : ça a donné Eltsine, puis Poutine (qui l'air de rien, a fait le boulot du tri sélectif...).

      Supprimer
    3. Ztong > L'état n'est pas un bouc emissaire : il est la cause de ce merdier. On note d'ailleurs qu'il ne pratique les coupes budgétaires que lorsqu'il s'agit des domaines régaliens par excellence (justice, police, armée). Jamais chez les branle nouilles (voir les sketches des intermittents ou de la sncf...)

      Ensuite, au sujet de la justice... Un on vous vole ou si on vous agresse et que par miracle le gars est appréhené (*SI* les flics veulent bien faire leur boulot), le gars est relaché après quelques heures ("contrainte pénale", c'est le nouveau terme)... Et si vous vous défendez, même avec une lime à ongle - eh ben, vous irez en tôle direct...

      Désolé, mais pour moi, ça ne s'appelle pas plus de la justice que de plomber un mec qui vole une télé - et en fait, plutot moins en l'occurence, parce que le voleur à toujours à sa disposition moyen simple de ne pas manger du plomb : ne pas voler... Alors que la victime du vol, elle, n'a aucun choix...

      Les truands ont l'impunité dans l'un et l'autre système, ça ne change rien pour eux. Mais une personne honnête ne peut essayer de se défendre et avoir l'espoir que son sort s'améliore un jour que dans l'un des deux...

      De toutes manires, il n'y aura pas de choix. C'est inéluctable. Alors moi je signe des deux mains, en espérant que que je vive assez vieux pour voir un monde un peu plus juste... Parce que je n'ai pas envie d'avoir expliquer à mon gosse pourquoi il est endetté jusqu'au cou alors qu'il n'a rien signé et pourquoi j'ai laissé les pillards se servir alors que je savais ce qui allait arriver...

      On nous a enlevé le vote, il ne reste donc plus que la grêve du zèle pour changer les choses.

      Supprimer
    4. D'accord aussi avec Yoananda. :)

      Supprimer
  17. Ta réaction m'étonne Yoananda... Car enfin tu proposes quoi d'autre ? Quelle est l'alternative ? Tu es pourtant bien placé pour savoir qu'il n'y en a pas.

    Ca fait 40 ans qu'on nous bourre le mou avec les "réformes".... 40 ans bon sang.

    On continue comme ça pendant combien de temps ?

    Où est la valeur dans un tel status quo (à part pour ceux qui en profitent) ? Il y a un côté Reich de mille ans, fin de l'histoire qui est absolument terrifiant là dedans.

    Donc maintenant ça suffit, il faut en passer par la destruction créatrice.

    Continuer à dire "oui mais y a peut être des risques" ce n'est même plus de la ratiocination, c'est de la confusion mentale.

    Il faut agir. Et ne pas chercher des compromis illusoires. Il faut détruire. Et les maths, le bon sens, et la justice, sont de notre côté.

    RépondreSupprimer
  18. On s'amuse de voir ici des gars nous expliquer que le grand soir arrive... qu'ils prennent des décisions.... mais quand même que leurs femmes travaillent.

    ...et qu'ils ont commencé en achetant un paquet de chips en moins...


    Allez courage les révolutionnaires, c'est pour bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma femme ne travaille pas, vraiment pas besoin... je vie (extrêmement bien) de l'externalisation / automatisation / offshorisation et chaque jour qui passe, je détruis plus d'emploi pour affamer la bête!
      Quand tous les processus souscription / back office / admin / paie... seront automatisés et / ou offshorés, il n'y aura plus de salariés et donc plus de pognon pour l'état et ses crevards, juste pour des vrais services :)
      En attendant, je consomme, offshore et sans TVA !

      Supprimer
    2. Eh bien je suis bien content de ne plus avoir de clients grâce à toi, mais de continuer de cotiser avec le peu qu'il me reste pour couvrir tes risques de vie et t'offrir plein de jolies infrastructures... sans contrepartie de ta part.

      Supprimer
  19. Wow punaise le jaune a pris 43 $ l'once en 24 heures. Tout va bien , la confiance est là.
    Grand crack ? Effondrement lent ? Il y a des forces qui s'opposent mais la direction est la même.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.