vendredi 6 juin 2014

L'occident, passé du libéralisme et de la méritocratie authentique au communisme privatisé et à la kleptocratie généralisée, finira comme Rome

Pensez ce qu'ont pu être les USA comme force authentiquement libérale ("La petite maison dans la prairie") et ce qu'ils sont devenus aujourd'hui.

Et pensez Rome...

Cf cet article déjà moultes fois cité qui expliquait déjà tout en 2009 :
Inflation and the Fall of the Roman Empire
Joseph R. Peden, 07/09/2009 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

Egalement ce livre :


Et ajoutez y aujourd'hui l'accélération de l'histoire...

Déjà on le voit aujourd'hui, les USA sont devenus ridicules à se prétendre comme le camp de la liberté face à des régimes comme celui de Poutine, pourtant loins d'être la panacée...

Pour vous en convaincre, je vous renvoie au tag Rome du blog.

A voir également, cette série de 13 documentaires, Rome, grandeur et décadence d'un Empire, sur la période de la fin de la République, et de l'Empire romain. La série ne traite pas de ce sujet en particulier mais la dérive du libéralisme au socialisme est prégnante au fur et à mesure des épisodes...

L'occident finira comme Rome. Il n'y a aucune raison que les mêmes principes fondamentaux produisent autre chose, même avec 1600 ans d'écart.

Mais Rome au moins avait une excuse pouvant expliquer cette dérive. La guerre permanente, le prix du sang à payer par quelques uns pour protéger tout l'empire contre les germains et les goths, la violence des corps à corps, la nécessité de trouver des soldats qui se sacrifient pour tous les autres... L'occident aujourd'hui, n'a même pas cette excuse...

11 commentaires:

  1. Ba
    ▶guerre permanente = mondialisme aristocrate
    ▶soldat = petit peuple qui travail contre ses intérêts, interprétation très générationnel et ethnique.

    RépondreSupprimer
  2. Nouvelle illustration de la règle de la primauté du pognon au sein du Système.

    **************
    L'adoption du projet de loi sur la transition énergétique est désormais fixée « au printemps 2015 » avec un examen du texte au Parlement à partir de l'automne.

    Selon Europe 1, qui cite un conseiller de l'Elysée sous couvert de l'anonymat, le report de l'adoption de la loi à l'an prochain est dû au manque de moyens pour la financer ;
    **************

    Voilà !

    Soit :
    -un projet à la con
    -une bouse mentale portée par le noeud Hollande et la folle du Poitou
    -qui aurait mécaniquement augmenté l'entropie et donc leur pouvoir de nuisance sur nous (le bas peuple)

    .... le Mur de la réalité fait boum.

    Ils sont obligés de repousser / annuler ce projt délirant car l'état n'a plus les moyens. Le servage ne suffit plus. La dette ne suffit.

    Moralité : le bon sens, nous, nous l'emportons face à ces crapules.

    Appliquez le même principe à tout le reste... voilà le seul lever pour nous libérer.

    C'est simple, non ?

    Alors au boulot !

    Sans argent, tous ces malades mentaux (Hollande, Royal et leurs complices, et leurs clientèles ainsi que leurs kapos)... disparaîtraient purement et simplement.

    Et arrêteraient de nous pourrir la vie.

    RépondreSupprimer
  3. Ta grille de lecture actuelle implique qu'un autre libéralisme est possible à côté du néo-libéralisme utilitariste actuel ("ultra-libéralisme" pour l'extrême gauche et l'extrême droite, "communisme de marché" pour des gens comme le blogueur Boizard), ce dont je ne suis absolument pas convaincu. Tu saurais développer concrètement tes vues ?

    On sent bien que depuis le début, tu es à des années-lumières de l'orthodoxie néoclassique en économie (la pensée unique depuis 40 ans, aux jambes brisées depuis 2008), ce que conteste effectivement une école libérale (les autrichiens et leurs héritiers). Mais je sais que tu rejettes Bastiat et Hayek, et a priori tu contestes aussi l'emprise croissante et la prétention universaliste du droit anglo-saxon (qui considère que les contrats privés priment sur les codes), tout comme tu rejettes également le libre-échangisme et l'extension illimitée de la sphère de la marchandise.

    Le libéralisme d'un Maurice Allais (voué aux gémonies par les libéraux conformistes les plus sectaires - a.k.a tous les h16 du web -, défendu par un Pascal Salin), t'en penses quoi ? Ou encore le très récent collectif Antigone, basé sur un rejet de l'utilitarisme.

    PS : ce genre de bouquin se décrédibilise complètement dès son titre, en calquant les concepts modernes de libéralisme et de socialisme à une réalité antique qui leur était totalement étrangère. On retrouve encore une fois le prisme de l'idéologie du Même. Le droit naturel classique (le droit romain) était aux antipodes du droit naturel moderne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez de vous chamailler sur des points de détail !

      L'essentiel est pourtant simple : Rome s'est effondrée sur elle-même en raison d'un "socialisme" évident.

      C'est à dire : l'accaparement - par le Système toujours plus complexe et tentaculaires - d'une portion de plus en plus importante des richesses produites...

      Ensuite, de multiples effets secondaires ou de "bord" se sont ajoutés à la boucle, en la renforçant : délires militaires, délires administratifs, délires de taxation, délires de normes et règles, abaissement de la morale publique, corruption etc.

      Il y a bel et bien un parallèle à faire avec nos sociétés.

      Supprimer
    2. Oui mais dans le cas de Rome, ils n'avaient véritablement pas d'autre choix. Il fallait tenir les frontières du nord. Et les germains en face, c'était vraiment des malades !

      Ca fait d'ailleurs pas mal penser à games of thrones avec leur mur au nord.

      Sinon, autre leçon que j'ai retenue, c'est que la chute de Rome, c'est encore un délire multi culturaliste qui s'est effondré.

      A la différence d'importance près là, que c'était les gars du sud qui ne voulaient pas de ceux du nord.

      Faut s'imaginer une Europe du nord entièrement sauvage, boisée de la forêt primaire, avec des sortes de maniaques quasi anthropophages qui se faisaient renvoyer au combat par leurs femmes si ils battaient en retraite...

      Supprimer
  4. Si vous preniez un manuel de base d'histoire Romaine cela vous éviterez de répéter encore et encore les mêmes contre-sens.

    Picorer sur internet des lieux communs sur la Rome antique qui ne sont que des projections de NOS problèmes contemporains ne permet pas d'avancer sur la compréhension de notre époque.

    Mais bon ça fait toujours bien de citer Rome...



    RépondreSupprimer
  5. Le même Philippe Fabry qui écrit ce genre d’imbécilité :

    L’Amérique, l’Europe, la Russie. Un parallèle antique Publié le 27 mars 2014

    « Le parallèle a probablement sauté aux yeux du lecteur mais prenons tout de même la peine de l’expliciter : Rome est aujourd’hui l’Amérique, la Grèce l’Europe, l’axe Carthago-macédonien la Russie. » 

    « Par conséquent, le réveil russe évoque irrésistiblement la tentative de retour en force de Carthage et de la Macédoine, et si un conflit frontal entre Russie et États-Unis est sans doute toujours interdit par l’existence de leurs arsenaux nucléaires, il est fort probable que le résultat final soit assez identique.»

    Mais qu'est-ce que c'est con !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok sur la comparaison USA/Rome et Europe/Grèce. Ca colle assez bien.

      Mais la Russie en revanche, ça colle pas avec Carthage.

      L'occident n'en n'est plus à la République romaine de -100. On en est plutôt à 250-300...

      A la rigueur, la Russie, je verrais plus la Dacie.

      Supprimer
  6. en fait a la base la république romaine était une civilisation de paysans qui souhaitaient repousser le plus loin possible leur frontière afin d'assurer leur sécurité (ils ont été traumatisé par l'invasion gauloise du 4e siècle) , ensuite une minorité (les oligarques du sénat) a accaparer le pouvoir , la richesse, la propriété ce qui a donné la guerre civile et la montée du parti populaire qui voulait une meilleure redistribution des richesses (les gracques puis marius) césar a été élu grâce aux parti populaire ;la fin de la guerre civile c'est fait avec octave et l'arrivée de l'empire qui a quand même tenu 4 siècle avant l'effondrement . La fin de l'empire romain est encore sujet a controverse l'une des principale cause serait un gros déclin démographique du aux épidémies de pestes a partir du 2 e siècle laissant un boulevard a l'installation des barbares
    gollum30

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de terminer la lecture du livre de Fabry. Je l'ai trouvé très convaincant, car il évite les anachronismes d'analyse et démontre bien l'évolution de l'Empire romain vers le totalitarisme socialiste, façon URSS, et bientôt façon USA. La perte des libertés fondamentales entraine sa chute; vérité imparable. A méditer profondément.
    Bonne lecture;
    Penthièvre

    RépondreSupprimer
  8. Non l empire romain s est écroulée faute d or les caisses étaient vide et de nombreux fonctionnaires n était plus payer donc beaucoup d entre eux trouvait un autre job ou acceptait des dessous de tables de la part des marchands des provinces proche de l empire ce qui n a fait qu' accélérer sa chute

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.