samedi 19 juillet 2014

[autarcie] premières tentatives de traitement des tomates

D'abord la petite récolte du jour (8,24€ depuis la veille) :



Je sens que je vais encore en faire marrer plusieurs, mais j'apprends sur le tas...

Je vous ai parlé de l'état de mes tomates auxquelles je n'ai pas coupé les gourmands, et avec des premières attaques de mildiou (notamment à cause d'un temps pluvieux et chaud, et de liens de tuteurage en catastrophe, mais coupants, en vue de faire remonter les buissons sur les tuteurs).

Alors du coup, je me suis dit que face au mildiou qui arrivait, j'allais faire une potion d'enfer... Bicarbonate de soude et savon noir en curatif et bouillie bordelaise en préventif. Le tout mélangé. De ce que j'en avais lu, c'est de la bouillie bourguignonne.

Sauf que voila. La bouillie bourguignonne, ça se fait avec du sulfate de cuivre. Et que la bouillie bordelaise n'est pas que du sulfate de cuivre... C'est du sulfate de cuivre avec de la chaux... Je vous raconte pas la mousse quand j'ai mélangé la chaux de la bouillie bordelaise au bicarbonate... J'ai donc laissé tombé, et n'ai traité mes tomates aujourd'hui qu'au bicarbonate.

Alors qu'il pleut à sceaux ce soir en plus... Quand ça veut pas   

Sinon, je continue à égourmander mes tomates. Quand un gourmand que j'ai laissé pousser se retrouve sans tomates, je le coupe. Et là je comprends comment ça fonctionne. Quand on laisse pousser un gourmand, les feuilles en dessous de l'aisselle où le gourmand a poussé meurent et tombent. Quand on coupe le gourmand qu'on a laissé se développer, on se retrouve avec juste à ce niveau avec une tige principale, qui n'a ni gourmands, ni feuilles... Bref, laisser les gourmands de ce que j'en vois, si on ne les a pas tuteurés proprement (comme dans une cage à tomates) ça fait une grosse production de tomates d'un coup, et puis après plus rien...

8 commentaires:

  1. La première fois que j'ai testé les plants de tomates dans mon jardin c'était des tomates cerises et j'ignorai qu'il fallait couper les gourmands. Quatre plants furent mis cote à cote. Et bien le résultat fût plus qu'encourageant car sans rien faire, j'ai récolté des centaines de tomates! J'en donna à mon voisin, beaucoup tombèrent avant que j’eus le temps de les cueillir, d'autres éclatèrent sur la tige et celles qui finirent dans mon estomac étaient succulentes et très sucrées. Comme quoi, en laissant la nature faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut laisser les gourmands, mais dans ce cas, faut prévoir un système de tuteurage type cage, afin que les tiges du buisson ne tombent pas par terre, sans tout serrer contre un même tuteur... Et laisser de l'espace entre les plants...

      Sinon, je note que en faisant comme ça, les buissons obtenus donnent énormément d'un coup, puis plus rien... Ils sont épuisés, se retrouvent sans feuilles, avec juste des tiges avec des restes de grappes à tomates...

      Une fois qu'un gourmand est vidé de toute tomate, je le coupe. Je sais pas si c'est une bonne idée...

      Supprimer
  2. Quelques bibliothèques en ligne :

    http://www.freepdf.info
    http://www.balderexlibris.com
    http://www.histoireebook.com
    http://www.aryanalibris.com
    http://www.pdfarchive.info
    http://www.the-savoisien.com

    RépondreSupprimer
  3. Ah les tomates !! Pour les traitements préventifs vous pouvez tenter les huiles essentielles que l'on trouve là : http://www.roseraie-abbaye.com/achat/produit_details.php?id=397 ça évite d'utiliser des métaux lourds. Pour la pluie Il vaut mieux abriter ses pieds de tomates, sous une serre sans façade par exemple comme ça l'air circule. Pour les gourmands plusieurs techniques : 1. ne pas y toucher, perso l'année dernière j'ai eu des tomates pendant plus de 3 mois.
    2. Les enlever tous et mettre de l'argile sur la plaie pour éviter les infections (ça marche pas trop mal) 3. les enlever jusqu'au 6/7ème bouquet pour laisser une tige principale que l'on tuteure et ensuite laisser le plant retomber et vivre sa vie.
    Voilà le fruit de mon expérience de plus de 4 ans de potager. Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca a l'air de rien la tomate, mais c'est tout un art ! C'est super complexe, capricieux. Et y a pas de solution miracle clé en main.

      Supprimer
    2. C'est vrai et depuis qu'elles sont sous serre elles ne sont plus malades les petites... J'oubliais également le compost et le BRF elles en sont folles!!

      Supprimer
  4. Contre le mildiou de la tomate (en préventif et curatif), le seul truc qui a été efficace chez moi (12 ans de jardinage) c'est le purin d'ail. En curatif : tout les 3 jours, trois fois.
    Pour les gourmands : attention certaines variétés anciennes de tomates fructifient sur les gourmands. Moi je les enlève mais pas tous, j'en enlève ou j'en laisse la moitié. Cela n’épuisent pas la plante.

    RépondreSupprimer
  5. heu disco, le sulate de cuivre précipiterai avec de la chaux (milieu basique).
    Cu 2+ + 2 (OH)- => CuO + H2O.
    amha la bouillie c'est pas avec la chaux.

    wawa

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.