vendredi 18 juillet 2014

[autarcie] production de la potagerie disco au 18 juillet 2014

On revient de quelques jours de vacances. On a laissé le potager 6 jours sans y passer...

Et voila le résultat, 48€ de légumes :



Et encore, sur la photo, il n'y a pas tout... Il manque l'essentiel des patates (ça faisait trop lourd pour tout ramener), 1,250 kilos de tomates, des tomates cerise, la salade... Et même 90g de carottes de jardinière récoltées à l'instant, et qui ne sont même pas dans les comptes...

En détail :
   3,02 kilos de tomates cerises (18,12 €)
   6,7 kilos de tomates (16,75 €)
   5,66 kilos de patates (7,08 €)
   860g de haricots (3,61 €)
   1 laitue (1,00 €)
   125g de fraises (0,63 €)
   360g de courgette (0,54 €)
   6g de petits pois (0,02 €)
   0,09€ de persil, basilic et ciboulette

Niveau total, ça donne ça :


J'ai vraiment beaucoup trop de tomates cerise par rapport au total... Mais bon, j'en fais bon usage. C'est pas perdu...

Sinon, on a aussi fait la (petite) récolte de patates. Pour 3m², c'est pas très rentable comme légume, ça épuise les sols, ça ne s'entend avec rien et ça oblige à tout retourner, mais ça se conserve bien.

Enfin et surtout, il semblerait que je commence à payer ma négligence des tomates. A ne pas couper les gourmands et à ne pas traiter en préventif, bingo, mes tomates ont chopé de mildiou, et j'arrive plus à les tuteurer...

   Sur le tuteurage, désormais, dès qu'un gourmand se retrouve sans tomates, je le coupe... J'ai déjà bien nettoyé aujourd'hui... Et hormis les tomates cerise, une bonne moitié de mes tomates normales se retrouvent avec une seule liane. Mais c'est gâché. Les tomates avec plusieurs gourmands se retrouvent beaucoup moins hautes une fois les gourmands éliminés.

   Sur le mildiou, c'est encore gérable. Et comme on me l'avait indiqué en commentaire, c'est l'utilisation de liens de fils de fer gainés de plastique qui a abimé les plants. Ça les a coupé, et au niveau des liens, ils sont tombés malades. Dès demain, je mets un dose maousse de bouillie bordelaise (pour le préventif) et de bicarbonate de soude (pour le curatif). Et je vais réitérer régulièrement...

Durant mes vacances (notamment chez un blogueur bien connu ici), j'ai eu l'occasion de voir de nombreux potagers. Je confirme : il y a mille façons de faire un potager et chacun a un potager qui lui ressemble. Le tuteurage de tomates en cages (ou fers à béton d'angle comme j'ai pu le voir), ça marche bien. J'ai pu voir aussi du tuturage en tipi de fers à béton (une tomates sans les gourmands à chaque pied du tipi). Mais partout, c'est bouillie bordelaise en préventif...

Bref, l'an prochain, va falloir que je fasse plus gaffe à mes tomates.

La négligence ne rapporte rien. On croit y gagner, mais on perd en temps, en récolte, en argent, au double une fois que le mildiou est là...

C'est le métier qui rentre...

Enfin, ces vacances ont été l'occasion de voir des situations rurales de gens qui sont en phase de déPIBification avancée, sans forcément le lier à un raisonnement politique (même si le trop plein d'impôts déborde quand même), mais comme je le pensais, par intérêt évident...

D'abord le village perché en haut des Pyrénées, avec potager qui donne quantité de légumes toute l'année (même sous la neige), bois de coupe, verger en permaculture sur les pentes, la débrouille, les maisons en vieille pierre retapées (et bien !) soi même, cuisine végétarienne mais carrément gouteuse... Et grosso modo, une fois proprio de la maison, 800€ suffisent pour boucler le mois à deux, en comptant les voitures. J'ai essayé d'introduire l'idée du sable comme barrière à limaces, qui sont là bas, un véritable fléau (faut voir la taille et le nombre des bestiaux). On me tiendra au courant du résultat. Déjà, le paillage a fait des émules   

Ensuite, un village dans la montagne noire, avec là encore, potager, maison magnifique et immense en vieille pierre, accrochée à la montagne, et retapée de fond en comble par l'habitant, pêche à l'écrevisse à la balance, source d'eau directement dans la maison, le soleil, la bonne bouffe, le bon vin... En plus de ça, notre hôte pêche et chasse régulièrement, fait ses conserves... D'aussi loin que je me souvienne, j'y ai mangé le meilleur foie gras qu'il m'aie été donné de goûter...

Et à chaque fois, dans un cadre hors du commun. On se disait avec ma femme qu'on avait presque l'impression que ce qu'on voyait avait été retouché au photohop tant les couleurs étaient magiques...

Je rentre les yeux pleins d'étincelles (tout en gardant à l'esprit que c'était tout de même en plein mois de juillet). Mais ce que j'en retiens, c'est que la débrouille, c'est carrément jouable, même si c'est une autre vie qu'en ville.

11 commentaires:

  1. Je t'avais déjà posé la question précédemment, mais faute de réponse, je réitère:
    "T'es sûr de ton truc du sable, t'as expérimenté?
    ..J'ai comme un doute. Vu, que ces bestioles adorent sortir par temps pluvieux. Dés lors, le sable devient humide et donc compacte.
    En tous les cas, ce phénomène se produit avec la cendre de bois et la rend totalement inefficace!

    Si c'est le cas, ce truc des allées en sable, serait à réserver aux "zone chaudes".
    D'autant plus, qu'en zone tempérée/humide ton sable va être le lieu idéal pour de longues séances de désherbage. ;)) "

    Haro sur la base;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors,
      Tes sûr ou pas de ton truc du sable par temps pluvieux?

      Supprimer
    2. Ben non, j'en sais rien, à part ce que j'ai lu sur le net, comme quoi c'est efficace. Faut faire des essais. C'est en cours dans les Pyrénées, où je suis passé cette semaine, où ils ont des limaces de compétition et un temps très humide. Ils me tiendront au courant...

      Supprimer
    3. Fais un essai ! Mets du sable autour d'une plantation dont les limaces raffolent, et dans un coin où elles pullulent... Et tiens nous au courant.

      Supprimer
  2. Ha ha tu me fais rire avec tes tomates :-p

    RépondreSupprimer
  3. "Ensuite, un village dans la montagne noire, avec là encore, potager, maison magnifique et immense en vieille pierre, accrochée à la montagne, et retapée de fond en comble par l'habitant, pêche à l'écrevisse à la balance, source d'eau directement dans la maison, le soleil, la bonne bouffe, le bon vin... En plus de ça, notre hôte pêche et chasse régulièrement, fait ses conserves... D'aussi loin que je me souvienne, j'y ai mangé le meilleur foie gras qu'il m'aie été donné de goûter...Et à chaque fois, dans un cadre hors du commun. On se disait avec ma femme qu'on avait presque l'impression que ce qu'on voyait avait été retouché au photohop tant les couleurs étaient magiques..."

    Bienvenue dans le monde réel mais ça n'a rien de spectaculaire, c'est juste logique.
    par contre épargnez nous la vision citadine (maison en vieille pierre : ça marche très bien avec une maison récente bien conçue) (déPIBification : ce mot n'a aucun sens sauf à vouloir passer pour un anti gouvernemental ce qui est débile à mon sens, une de vos fixettes préférées d'ailleurs avec les francs-maçon et le complot mondial). Franchement vous vous triturez le cerveau pour accoucher de banalités qui sont pour nous la forme simple de la vie.
    La débrouille ce n'est pas jouable, jamais. Le long terme vous apprendra que la vie en société est indispensable ainsi que les règles. A trop vouloir faire le rebelle vous perdez un temps précieux que vous pourriez partager avec votre famille.

    * c'est quand même navrant de voir des gens découvrir la vie au XXI siècle !

    RépondreSupprimer
  4. NE PAS FAIRE DE PATATE EN 1ER, c'est un légume peu couteux donc mieux il vaut en acheter et faire pousser un légume plus intéressant pour le prix soit pour la valeur alimentaire (la patate n'est pas un légume qui a beaucoup de vitamines),
    mieux vaut faire pousser des framboises, mures, aubergines etc que des patates
    tu passes aux patates quand test déjà arrivé à faire le reste.
    ne soit pas trop exigeant l'important de continuer sur la durée (donc de se ménager aussi)

    RépondreSupprimer
  5. Ah ben merde oui c navrant ! Mais disco à fait son choix, c est le potager ! Un gros travail et du résultat, c est l essentiel !

    RépondreSupprimer
  6. sf que tu reprends ton boulot d'esclave dans une ville de béton de merde...
    Passe le pas, soit tu reste spectateur de tout ca jusqu'a ta retraite ou soit tu passe le pas.

    RépondreSupprimer
  7. Pour rappel, je continue la revue de presse sur twitter. C'est bien plus réactif que sur le blog.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, après plusieurs tentatives de pulvérisation au bicarbonate, lesquelles ont fini par brûler l'ensemble de mes plants ( 5g/litre eau : peut-être trop ),je me suis résolue à faire ma culture de tomates anciennes ( kokopelli) et autres sous serre.Celle-ci m'évite tous traitements, et constitue un petit jardin tropical (sud ouest).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.