mardi 22 juillet 2014

Ce que le peuple d'Israel a le droit de faire et ce qu'il interdit aux autres

Je sais que le consensus est aujourd’hui la pleurniche droit-de-lhommiste sur les palestiniens. Je ne nie pas la violence dégueulasse qu'ils subissent, mais ce n'est pas tellement ça qui me questionne sur ce qu'il se passe...

Je ne peux juste pas ne pas voir qu'Israel a le droit à des principes fondamentaux qui sont totalement niés au reste de l'occident, babélisé à marche forcée.

   Tout d'abord, la notion de nation. On rappellera que le citoyen soldat israélien fait trois ans de service militaire pour les hommes, deux pour les femmes. A côté de ça, le monde entier a désarmé sa population pour laisser le monopole des armes à la criminalité dont on renforce en permanence l'impunité. On n'est citoyen que dans la mesure où on traite d'égal à égal avec le système. Le citoyen désarmé, qui ne sert qu'à produire et à être taxé, est au mieux un contribuable, et bientôt un serf. C'est pas pour rien d'ailleurs que la citoyenneté et le droit de vote sont distribués de plus en plus au monde entier. C'est parce que cet ancien privilège est totalement dénué de contenu aujourd'hui. Ça ramène d'ailleurs à Rome, à l'extension ultime de la citoyenneté romaine à tout le monde, alors que sa situation fiscale et militaire étaient très compliquées, et que la citoyenneté ne recouvrait plus rien sinon le massacre fiscal.

   Ensuite, la recherche de cohérence culturelle du peuple en refusant tout le bordel mondialiste d'enrichissement par la diversité. Aujourd'hui, en occident, on nous explique partout, que la nation c'est fini, les frontières c'est dépassé. Que l'ère est au multiculturalisme, et toute la merdasse attenante, et que par exemple, la France, ce n'est plus qu'un bilan comptable et une énorme machine à prendre du travail des uns pour le redonner aux autres. Le plus hallucinant étant qu'ils vident la nation de toute notion charnelle pour en faire une simple carte de crédit au moment même où ces nations sont totalement ruinées et que le découvert autorisé est dépassé.

   Enfin, et non des moindres, le refus de la logique du divorce pour tous, à travers le faux féminisme dégénéré social traitre, qui loin de vouloir rééquilibrer les rapports au sein de la cellule familiale, n'a plus comme seul objectif que de briser la cohérence de la sus-dite cellule.

La logique nombriliste du bourgeois intellectuel parthouseur qui existe pour lui-même et pense laisser sa trace indélébile dans l'histoire pour accéder à son petit bout d'éternité, ça ne vaut par définition que pour une ultra minorité. Construire une lignée, une cellule familiale robuste, des enfants stables et bien éduqués, développer le capital pour ensuite le transmettre, c'est de tous temps la manière pérenne et historiquement efficace d'accéder pour chacun à son petit bout d'éternité. Le système en revanche, a tout intérêt à briser ça, afin d'empêcher que la sédimentation du capital permette à des lignées de s'élever, afin de transformer toute la population en consommateurs compulsifs névrosés, en parfaits paumés manipulables, sans épaisseur, acheteurs de biens transitionnels extrêmement profitables, et que le peuple ne cherche pas à toucher au grisbi, c'est à dire au capital réel, rare. On le voit bien d'ailleurs aujourd'hui, avec tous ces 68ards jouisseurs sans entrave qui se retrouvent à 60 ans comme des cons, avec leurs bourrelets, leur jeunisme grotesque, leur vide existentiel, seuls, avec des enfants épars qui au mieux ne les détestent pas totalement, sans amour solide et charnel, et leur totale inutilité... Là encore, la culture juive refuse cette logique là et maintient une culture de solidité familiale, où on accède à ses vieux jours, entouré, et en pouvant contempler ce qu'on a construit.

Ces trois points sont fondamentaux.

Maintenant, la bonne question, c'est de se demander comment ça se fait que les élites juives imposant partout en occident la marche forcée vers le babelisme, se retrouvent systématiquement être d'indécrottables soutiens d'Israël, qu'ils devraient pourtant conspuer en toute logique cohérente... Poser la question, c'est déjà y répondre...

30 commentaires:

  1. Vous écrivez : "On le voit bien d'ailleurs aujourd'hui, avec tous ces 68ards jouisseurs sans entrave qui se retrouvent à 60 ans comme des cons, avec leurs bourrelets, leur jeunisme grotesque, leur vide existentiel, seuls, avec des enfants épars qui au mieux ne les détestent pas totalement, sans amour solide et charnel, et leur totale inutilité... Là encore, la culture juive refuse cette logique là et maintient une culture de solidité familiale, où on accède à ses vieux jours, entouré, et en pouvant contempler ce qu'on a construit. Maintenant, la bonne question, c'est de se demander comment ça se fait que les élites juives imposant partout en occident la marche forcée vers le babelisme, se retrouvent systématiquement être d'indécrottables soutiens d'Israël, qu'ils devraient pourtant conspuer en toute logique cohérente... Poser la question, c'est déjà y répondre..."

    Là c'est trop, franchement caricatural et décalé !
    Beaucoup sont intervenus pour vous dire à quel point vous vous enfermiez dans un raisonnement absurde mais aujourd’hui vous faites vraiment très fort.

    Que viennent donc faire le juifs dans votre démonstration ? Que viennent faire le retraités ?
    On a bien compris que vous avez une très grosse dent contre beaucoup de gens mais voilà il y a belle lurette que ça a tourné à la fixette pitoyable.

    On n'ose imaginer ce que vous pensez d'un retraité juif 68tard qui serait franc-maçon, babélien (?) et faisant partie de l'élite (re ?)...
    J'imagine mal tomber plus bas.
    Vous parlez de nation exemplaire, mais laquelle ? Le pays auquel vous faites allusion n'est pas une entité particulièrement exemplaire.
    Le fait de faire 3 longues années de service militaire n'est pas une garantie de solidité ; à mes yeux c'est même le contraire car cela montre que cette nation exemplaire a pour nécessité de conserver une force armée importante pour seulement exister.
    " le refus de la logique du divorce pour tous, à travers le faux féminisme dégénéré social traitre" Gné ??? C'est quoi ça ?
    Et ça ? "La logique nombriliste du bourgeois intellectuel parthouseur". MéouCkonva ???

    * il ne reste que quelques sujets sur le jardinage pompeusement nommés "autarcie", idée complètement absurde car la société repose sur le partage des compétences. Imaginer les maîtriser toutes c'est quand même un poil prétentieux, non ?
    Autarcie, s'auto suffire ; c'est Nessie et le yéti réunis, pour le moins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gros blabla dénigrant qui à part insulter ne répond à rien sur le fond...

      Bel effort d'enfumage mais peut mieux faire. 12/20. Doit faire ses preuves à l'examen...

      Supprimer
    2. anonyme (1er commentaire)n'a pas totalement tort,cette fixette sur les soixante huitards est un peu pénible et parce que l'auteur de ce blog ne fait partie de cette génération (il est vrai l'époque était un peu plus...enthousiasmante)il crache son venin à longueur de papiers,tous les soixantehuitards ne sont pas d'horribles rentiers plein de fric qui sucent le sang de notre belle jeunesse,quoiqu'il pense,quant aux raccourcis avec les juifs!!!!comprends pas

      Supprimer
    3. @ Anonyme 10:24
      Sur les 68-ards, je suis plutôt d'accord avec Tonio. Encore une fois, il ne faut confondre le particulier avec la masse. Individuellement, tous les 68-ards ne sont évidemment pas des jouisseurs suceurs de sang, mais considérés en groupe, ils le sont, c'est un fait. Et ca ne veut pas dire non plus que la jeunesse actuelle (en masse) soit seulement une victime qui n'ait rien à se reprocher...

      Supprimer
    4. Continue disco,
      T'es dans le vrai!
      Et on ne peut pas plaire à tout le monde.
      ...Surtout aux profiteurs jeteurs d'anathèmes, ne sachant rien faire de leurs 10 doigts. ;))

      haro sur la base.

      Supprimer
    5. Pareil que toi Tonio.

      On peut discuter à la marge, sur le mariage, sur le fait de mettre tous les juifs dans le même panier mais grosso modo, je te suis.

      De toutes façons, avec ce que les politiques et les médias essayent de nous faire gober, un peu d'excès dans l'autre sens, c'est presque de la modération.

      Supprimer
    6. Comme si critiquer Tonio pour ses diatribes allait changer quelque chose... Au fur et mesure que cette génération de 68 habituée à la sécurité, à recevoir plutôt qu'à donner, s'approchera de la mort, le régime des retraites fondra, et elle se rappelera tristement de ses parents, avec leur sens de la terre, du sacrifice, de la famille. Mais elle mourra seule.

      Supprimer
  2. La question de fond a avoir avec ce que l'on nomme TRADITION/TRANSMISSION:

    Le fait est que le MONDIALISME vise à erradiquer et homogeneiser ce qui constitue le socle/patrimoine culturel/cultuel des pays, ou qu'ils se trouvent, et quelque soit sa constitution traditionnelle.
    Le vehicule des idées "progressistes" repose d'un seul tenant sur les media, de toutes formes; ils agissent comme vecteurs pandémiques d'idées, de représentations, d'indices de réflexivité dans l'élaboration identitaire: les idées informelles et formelles sont les métastases du systeme "soft power" occidental. La force véritable de ces idees/representations est d'agir comme un comburant des instincts primaires - narcissisme, quete de puissance et d'affirmation de soi à travers l'image métamorphique renvoyée aux autres, sont les déterminants identitaires qui vous font acceder aux strates supérieures de la hiérarchie sociale dans un processus simultané d'intégration/desintégration. L'individus est livré à lui meme dans l'exercice d'un pseudo libre arbitre; il s'enfume et enfume les autres fruit de ses propres désirs insufflés par les medias substitutifs de la famille, chacun alors construisant son identité selon les références des autres, selon ses instincts et tout ceci n'étant, in fine, qu'un vaste théatre d'ombre (mythe de la caverne -Platon-).
    MASTER T

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part, c'est plutôt l'histoire de ce peuple juif qui m'intrigue.

    Ils se font détester et rejeter, depuis la nuit des temps, sur tous les continents sans se remettre en cause malgré ce fort potentiel d'apprentissage, cela relève d'un mystère ahurissant.

    Comme s'ils puisaient leurs forces dans la faiblesse. C'est un peuple malheureux au fond, en manque d'Amour et qui ont besoin d'une grande compassion. Ils ont plein de choses à nous apprendre, mais ont beaucoup de mal à partager.

    Ou c'est une bande de brigands et des manipulateurs hors normes qui se prennent pour les rois du monde et dans tel cas, il nous faudra les stopper d'une manière ou d'une autre.

    Drôle de culture. Ils forcent l'admiration et la méfiance. Ils sont d'une discrétion et font beaucoup de bruit. Ils passent leur temps à faire le grand écart à petits pas. Ils avancent à reculons et recule en avançant. Ils s'adaptent à tout, mais ne changent rien. Ils ont une flamme, mais pas de lueur. Ils ont plein de réponses, mais pas de questions. Ils veulent tous vivrent en paix et passent leur temps à faire la guerre.

    Ce peuple porte toutes les contradictions, ce n'est qu'un constat, et nous ne savons jamais sur quels pieds danser avec eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est normal,.. les braises sont sous tes pieds!

      Supprimer
    2. Je dirais qu'en termes de contradictions, le peuple français se pose là également...

      Supprimer
    3. "Je dirais qu'en termes de contradictions, le peuple français se pose là également..."

      Certainement, mais pas du même ordre… Vous trouvez des Bretons sur les quatre coins du globe, et jamais une histoire de rejets ou de malveillance de leurs parts comme celles de leurs hôtes.

      Il n'y a jamais de fumer sans feu, et je ne cherche pas à souffler sur les braises… surtout sous mes pieds.

      Supprimer
    4. Non mais être détesté ou contradictoire, ce n'est pas la même chose (l'un n'empêche pas l'autre néanmoins).

      Supprimer
  4. Vous avez mis dans le mille avec des mots sur ce que j'ai toujours ressenti et jamais su exprimer.

    A présent que vous avez fait le diagnostic, vous devez logiquement accepter l'idée qu'une guerre civile atroce aura lieu...et le gagnant sera Babel avec ses légions de divers muzzs et subsahariens.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'aimes pas sa musique? ;))

      Supprimer
  6. Réflexion pas inintéressante mais à fondement parano et surtout ; mâle. Pas sûr que les mâles soient adapté à un monde qui demandera toujours plus de tolérance et de recul.
    Les juifs, aucun mystère : résilients au-delà de l'imaginable parce qu'en voulant se mettre "au-dessus", ils se font cogner depuis le début. Et comme on ne leur a laissé que le verbe et le pognon pour bosser les voilà en position supérieure.
    Perso je suis juif, dans le sens ou je peux trouver aisément une ascendante juive du côté de ma mère... Bref comme tout le monde.
    Mais tout verbiage - comme celui-ci - fait dérisoire. Seule chose évidente : les rentiers occidentaux ont pris des habitudes dont ils devront se défaire rapidement. On ne peut vivre avec de pareils décalages dans un monde supposé s'équilibrer la moindre. .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > les rentiers occidentaux ont pris des habitudes dont ils devront se défaire rapidement. On ne peut vivre avec de pareils décalages
      Et pourquoi pas? la relative égalité du monde moderne est plutôt une exception dans l'histoire. Pourquoi une autocratie qui concentre richesse, pouvoir et autorité se ferait ennuyer par un peuple très majoritairement féminisé, paresseux et abêti?

      Supprimer
    2. Là on sent bien le ploutocrate, bien assis sur sa rente de fonctionnaire, que dis-je accroché à ses privilèges comme un morpion sur les couilles du pape.
      "La relative égalité du monde moderne est plutôt une exception dans l'histoire." Z'en avez d'autres des comme ça ?... Pensée de post colonialiste, engraissé sur la naiveté d'autres contrées, un peu à la BHL, ou les français...

      Supprimer
    3. Tu n'as pas bien compris: il ne s'agit pas d'une position morale (prétention au combien inutile), mais d'une question sur un rapport de force: qu'est ce qui pourrait provoquer un basculement des forces, vue la situation actuelle? Sauf preuve du contraire pas grand chose, ceux qui dominent aujourd'hui contrôlent parfaitement le jeu (richesse, pouvoir et autorité), C'est pas trois blogs et quelques milliers de rebelles sur clavier qui vont changer grand chose.

      Supprimer
    4. OK d'accord sur le mal compris. Mais trop aisé de se rallier à cette l'idée d'une hiérarchie intangible. Rien n'est stable ici bas. Pas question de basculement en l’occurrence, mais d'une inertie palpable. Un pouvoir qui s’appuie sur des valeurs droits de l'hommiste alors que la réalité économico-médiatique montre le contraire ne fait que saper sa base. Et comme je crois à l'effet papillon...

      Supprimer
  7. Ce blog est très intéressant. Il m'a beaucoup appris. Au début, au niveau économique, abandonné depuis un certain temps déjà. Maintenant, au niveau sociologique. C'est un témoignage vivant de ce qui se prépare. Ou comment un petit gars intelligent et pas méchant pour un sous se radicalise sous les coups de butoirs d'une classe politique coupée des réalités et qui mène droit à la catastrophe. C'est dur à lire, parce que des Tonio, il y en a plein, et on sent la catastrophe qui se prépare. Et on voit les responsabilités. Et on voit qu'on est pris au piège et qu'on ne peut pas faire grand chose. Je ne jette pas la pierre à Tonio, mais je pense que si au début son blog pouvait faire bouger les choses, maintenant ce n'est plus le cas, c'est juste un témoignage assez effrayant de ce qui se passe, et du désespoir des gens intelligents face à une situation qu'ils n'espèrent plus changer, et se radicalisent pour essayer de trouver un sens à ce qui se passe et se protéger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu viens de résumer ce qui se passe en temps de crise profonde.
      Remise en cause de toutes les valeurs, repli vers les repères forts.

      Supprimer
  8. A écouter l'émission de RMC (le fichier "7h à 8h"). A la 18eme minute, une reflexion de Paul Jorion sur la robotisation, le temps de travail et le partage de la richesse crée. C'est celui qui détient le robot qui aura le bénéfice. Lorsque dans les années 50 on pensait travailler seulement 2 jours par semaine en l'an 2000, ca aurait été possible si et seulement si les fruits de la croissance auraient été partagés. Il me semble que l'historienne Annie Lacroix Riz avait fait une video dans laquelle elle expliquait à peu près la même chose au XIXe s, à savoir qu'une oligarchie a capté la plupart de la création de richesse de la premiere révolution industrielle. Bref, les pauvres devraient s'unir pour s'approprier les biens de productions (les robots) pour devenir riches.
    Juste après Jorion, et pour raccrocher au sujet, la radio explique que le gouvernement et Hollande vont multiplier les actions pour rassurer l'opinion publique. Cette dernière croit bêtement que le gouvernement a choisi un camp dans le conflit en question, alors qu'en réalité M. Hollande a parfaitement impartial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écoutez aussi Henri Guillemin. Il ne dit pas autre chose que Annie Lacroix Riz (sans son côté communiste qui pour autant est respectable puisque de la vieille école). C'est très éclairant et l'on comprend que ce qui se passe de nos jours n'a rien de neuf. La lutte est la même...

      https://www.youtube.com/watch?v=aZUrDfsw3PE&list=PL3FE0F0801FEAED00

      Il y en a pour des dizaines d'heures. Je conseille "l'autre avant-guerre" et/ou "la commune" où l'on voit ce qu'aujourd'hui nous appellerions les "élites" vendre le pays à l'étranger pour se protéger du peuple et sauvegarder leurs bénéfices. Exactement ce que dit ALRiz pour la seconde guerre mondiale. On a les riches qu'on mérite... cela dit, rien ne sert de lutter ou de changer de l'intérieur ce monde pourri jusqu'à la moelle. A-t-on besoin d'eux ?

      De même, je ne sais pas si Jean Luc Cadiot a été "poussé" ici. Si ce n'est pas le cas, je le fais. Il y a un début de solution...

      https://www.youtube.com/watch?v=dz-r91_O5SY

      http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/14528-jai-visit%C3%A9-la-maison-autonome-de-jean-luc-cadiot/

      Supprimer
  9. personne ici ne connait le plan kalergi ? vous devriez voir ça de près...

    http://balder.org/judea/Richard-Nicolaus-Coudenhove-Kalergi-Idealisme-Pratique-Vienne-1925.php

    http://www.dailystormer.com/wp-content/uploads/2014/03/Coudenhove-kalergi-Richard-Praktischer-Idealismus-Adel-Technik-Pazifismus.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca expliquerait que l'historiographie allemande dépeignant la Wehrmacht comme supérieure à l'Armée Rouge, et terrassée uniquement par le nombre et les inepties décisionnelles d'Hitler ait fait si facilement florès.

      Au fond, le dominant naturel reste le dominant.
      Hein?
      Et fuck the Solidarity.

      Comme le disait Luis REGO : " être fasciste, c'est quand tout le monde doit être uni contre tous les autres ".

      Supprimer
  10. Le capital réel rare c est quoi au juste ?

    RépondreSupprimer
  11. Quelques precisions:
    -- les juifs de France ne sont pas representatifs des Israeliens. La grande majorite des juifs de France - qu'ils vivent en France ou en Israel -, sont d'extreme-droite dans l'echiquier politique israelien.
    Exemple: le depute Yoni Chetboun se veut le representant des juifs francophones en Israel; or, ce monsieur est membre du parti Bayit haYehudi, le parti d'extreme-droite, clairement en marge du gros de la societe israelienne.

    -- les horreurs a Gaza sont reelles et se soucier du sort des habitants de Gaza n'est pas du droit-de-l'hommisme. Ce qui est mauvais pour les Palestiniens est mauvais pour les Israeliens, et vice versa. Nous vivons ici dans un etat de tension qui devient difficile a supporter. Et ce, y compris a Jerusalem ou pourtant nous sommes tres peu touches par les roquettes. (nous n'avons eu que 3 sirenes en tout et pour tout).

    --tous les Israeliens ne font pas leur service militaire:
    ***** les Haredim (juifs ultra-orthodoxes) ne le font pas
    ***** les arabes israeliens musulmans, non plus
    ***** un certain nombre de laics se font reformer, en invoquant par exemple une fragilite psychologique
    ***** d'autres refusent en invoquant leur conscience, et preferent aller en prison plutot que de faire leur service
    *****enfin, parmis ceux qui font leur service, un certain nombre choisissent d'etre des "jobniks", c'est a dire d'etre dans des bureaux, souvent a Tel Aviv: certains, par facilite, d'autres, pour des raisons ideologiques.

    Je suis de gauche, j'aime mon pays, et je refuse que seuls les excites d'extreme-droite aient le droit de le representer. Non, Israel, ce n'est pas un mix de Klarsfeld et de BHL, et heureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après les refuznik les jobnik...
      Excellent !

      Seule l'humanisme exemplaire pourrait sauver Israël, mais combien peuvent le comprendre ? Uri Avnery constate les dégâts : http://www.france-palestine.org/Une-bonne-fois-pour-toutes

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.