mardi 1 juillet 2014

DéPIBification : bien vivre avec un SMIC en étant proprio d'une propriété bien placée à la campagne

Imaginez que vous ayez bossé 20 ans, bien dans le système, et que vous ayez à force d'en chier (et/ou d'héritages) 200 000€ de patrimoine.

Vous êtes un couple robuste, avec un ou deux enfants, et peu de moyens.

Avec ça, vous achetez une maison sur 3000m² à moins de 5 km d'une bourgade avec toutes les commodités.

L'un des deux du couple se retrouve un boulot au SMIC, et l'autre, déPIBifie et reste à travailler à la maison. Voire chacun bosse à mi-temps et chacun travaille à mi-temps à la maison...

Petit exemple de budget...

Avec le SMIC, vous payez (et je compte généreusement) :
   habillement : 100 €
   frais enfants : 100 €
   EDF : 50 €
   voiture : 200 €
   nourriture : 100 €
   équipement : 100 €
   santé : 50 €
   impôts fonciers : 100 €
   Internet / portable : 50 €
   assurance : 30 €
   divers: 100 €
   sorties : 100 €

J'arrive à 1080€. Soit moins que les 1091€ d'un SMIC net.

Là dessus, pour compléter, le travail à la maison fournit :
   200€ avec le potager,
   100€ avec le poulailler/clapier,
   100€ de chauffage en coupant son bois,
   100€ d'équipement de la maison en bricolant,
   20€ de coiffeur.

Et y a surement moyen d'en rajouter, parce que la liste là, ça n'occupe pas 8h par jour (7h de travail salarié + les trajets).

Je me rends compte qu'avec un tel mode de vie, en étant proprio de sa maison, le couple, avec un SMIC, vit grosso merdo aussi bien que moi et ma femme en ville, locataires avec 4000€ net par mois à nous deux...

Ça questionne sérieusement...

45 commentaires:

  1. Oui, certes, mais ça ne prend pas en compte plusieurs points:
    et à la retraite ? Avec un SMIC ça va pas chercher loin et la "valeur ajoutée" du travail à la "ferme" devient difficile à appliquer avec l'âge.
    Et 100€ de nourriture à 3 ou 4, c'est quand même pas beaucoup (même si on ajoute les 300€ économisés par le travail agricole).
    Et quand la voiture tombe en panne, on fait comment ?

    Ceci dit, l'idée générale est bonne => il vaut mieux vivre à la campagne avec un petit salaire que dans une grosse ville avec un gros salaire. Enfin, disons que ça revient au même sauf que la qualité de vie grimpe en flèche...

    Maintenant, si on prend le même calcul avec en plus 500 € de dividendes, ça devient tout de suite plus jouable.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a un paquet de gens qui fonctionnent comme ca, sans même avoir besoin de baisser son niveau de vie comme un survivaliste, un célèbre étant MMM:
    http://www.mrmoneymustache.com/2014/01/12/exposed-the-mmm-familys-2013-spending/
    Il a économisé quand il était employé, maintenant sa famille vit bien en dépensant intelligemment.

    RépondreSupprimer
  3. alors 4000 nets à la campagne ! imagine :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'en donne 2500 à l'état c'est déjà moins cool

      Supprimer
  4. Il te reste plus qu'a faire lire ton blog à ta femme ...
    et convaincre les gamins que les plouc de la cambrousse c'est cool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le terrain que j'ai acheté à la cambrousse n'intéressait pas les enfants de l'ancien propriétaire. Ils vendaient aussi leur maison (enfin, ils essayent depuis des années sans baisser le prix énorme lol). Ils pensent qu'aller s'installer dans la ville à 30 Km de là avec le chômage et la diversité-la-chance sera mieux pour eux. Chacun voit midi à sa porte effectivement... Mais nous étions d'accord avec l'ancien proprio que les enfants le regretteraient un jour. (combien de temps durera l'illusion ?)

      Cela-dit, Yoananda, tu soulèves un vrai point important. Sans même parler d'un couple déjà formé comme celui de Tonio. Vivre à la cambrousse n'a pas que des bons côtés. Il y a parfois énormément de solitude finalement. Il faut aimer.

      L'idéal c'est de rencontrer sa moitié à l'endroit où on a acheter son terrain et qu'elle ait un projet de vie identique de retour à la terre... Alors... Attendez... J'ai déjà la botte de foin... Avez-vous une aiguille ?

      Sur M**tic : "smicard qui aime la cambrousse et le survivalisme recherche femme acceptant de rester à la maison pour s'occuper de nos douze futurs enfants, couper le bois et faire la vaisselle. S'identifier à Caroline Ingalls serait un plus." :sifflote:

      Supprimer
    2. Bah, vivre comme ça, ce truc de renfermement sur soi, c'est bien joli et très sexy, mais au bout d'un moment, va juste pas falloir que sa femme rencontre un autre mec qui la fait rêver avec autre chose...

      C'est bien connu, les jeunes paysans perdus dans la campagne, ca fait rêver les femmes.

      Désolé, mais une femme c'est pour la rendre heureuse, pas pour lui imposer une vie de punition, recluse et fauchée.

      A la limite, certaines trouveront peut être ca drôle au début. Au début seulement.

      Supprimer
    3. On parle pas de s'isoler totalement. 3000m² à 200 000€ dans une bourgade vivante, ça se trouve... Sinon, j'aurais parlé de maison à 120 000€...

      Supprimer
  5. Le seul problème c'est qu'en reprenant ton scénario tu n'as aucune marge, ni droit à l'erreur (mauvaise récolte, attaque de nuisibles, été pourri...) ni extra, ni....
    Mais bon, ok pour la démarche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour ou te blesse en faisant ton bois, la, tu te souviens que le système tout pourri que tu conchies te donne l’hôpital gratos et la retraite et le chômage ...
      C'est clair qu'il y a une part de fantasme dans le retour à la cambrousse, et que si on a inventé tout ce bousin étatique, c'est pas pour rien, parce que c'est justement pour sortir de la cambrousse qu'on l'a fait !

      Je dis ça, mais je suis d'accord avec le fait de lui couper les vivres.

      Supprimer
  6. Et le fuel/gaz ? (avec 50 euros d'EDF tu ne comptes pas tout couvrir quand même) Et la taxe d'habitation ? et l'impôt sur le revenu ? et les études des enfants ? (coût + éloignement des centres estudiantins) etc.

    RépondreSupprimer
  7. Bon et bien revient dans 10ans ou 6mois

    PS a ton âge! le papyboomer te survivra
    Ps2 oubli le budget, vie comme le peuple de remplaçant sauf l'emplacement l'emplacement l'emplacement.... évidement.

    RépondreSupprimer
  8. 4000 euros de revenus nets pour ton foyer ?
    Tu fais partie, d'après tes propres sources, des 5% les plus riches du pays ?!?
    Et tu penses sincèrement que tes raisonnements sont applicables à la majorité du pays...
    Tu es donc prêt pour faire de la politique, à l'Ump, au Ps, au Fn ou au Fdg : comme quasiment tous leurs élus, tu gagnes largement plus que le reste de la population, mais comme tu as bien réfléchi à leur situation et que tu es capable de te mettre à leur place (sans jamais l'avoir vécue), tu as forcément trouvé la formule magique qui conviendra à tous les plus pauvres que toi !

    Bis repetita.placent, on prend les mêmes et on recommence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4000€ pour le foyer, ça nous met dans les 25% les plus aisés.

      Et sinon, je partage des idées. Je n'oblige personne...

      Supprimer
    2. Je sais bien qu'en se basant sur le niveau de vie par unité du ménage, tu peux te donner le sentiment de te situer vers les 25% (P.65 http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C249.pdf , document très intéressant par ailleurs), mais la réalité des revenus de chaque ménage, sans prendre en compte la composition du ménage, qui pour moi signifie plus le revenu disponible pour le ménage et les arbitrages possibles au niveau individuel, montre que tu es dans les 10%.
      Sans parler du fait que tu fasses partie de l'élite intellectuelle (bouh, quel vilain mot ! Mais qui désigne une réalité).
      Crois-tu vraiment que tous ces éléments te permettent de jauger le vécu quotidien de beaucoup de gens ? De leur souffrance au jour le jour (dans le pdf, P.122, mal de tête ou de dos par décile de niveau de vie), qui influe sur la capacité à changer positivement sa vie ?

      Supprimer
  9. 100 € par mois de nourriture pour un couple et 2 enfants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'imagines pas l'économie sur ce poste quand ton enfant n'est plus influencé par la pub à la télé, sans parler de l'économie sur le poste vestimentaire quand il sera extrait du milieu social "fashion victim" urbain.

      Supprimer
  10. pour les études c'est déjà abordé : CAP menuisier

    RépondreSupprimer
  11. Situation vécue pendant 13 ans dont 7 en couple avec 2 salaires, super qualité de vie, puis prison dorée affective, puis divorce avec garde des enfants revenant à la mère, appauvrissement général et fonte du capital après déménagement en ville pour 6 ans, (maintenant expatrié dans la capitale allemande). Galère...
    45 ans...( mais pas un kopeck!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par curiosité, pourquoi fonte du capital après un déménagement en ville ?

      Supprimer
    2. Et voila !
      Pourquoi les gens quittent ou ont fui la campagne ? pour trouver un conjoint et du boulot.
      Mais a voir, si avec le net et les imprimantes 3D ça va changer à terme ...

      Supprimer
    3. Je ne concois la necessite de changer de vie qu'à la mesure d'un diagnostique pesé en amont. Si l'on concoit que le systeme dans lequel nous vivons depuis notre naissance est en obsollescence programmée par la nature (loi thermodynamique - cf Rodier....) et que la chaine sociale pyramidale qui sous-tend nos sociétés est amené à etre boulversée, il convient alors d'agir en amont du chaos qui s'annonce.
      Il y a certes un degrés, inhérent à toute projection plus ou moins élevée, d'incertitude mais celle-ci s'efface par une quasi certitude que le systeme contient en lui meme toute l'inertie de sa propre destruction; hors, nous sommes les fruits culturels de cette matrice et il convient de nous réadapter aux nombreux boulversements en devenir.
      La radicalité des évenements futurs commande, en retour, une radicalité adaptative, il ne s'agit pas de fuir dans le dénis de réalité, ni meme d'etre l'objet d'une dissonance cognitive conduisant à l'immobilisme mais bien d'opérer le "saut quantique" qui nous permettra tout autant de retrouver le chemin des dignes valeurs Humaines auprès duquel la Nature communiquera ses bienfaits. C'est donc tout autant par philosophie que par necessité adaptative que la grande convergence s'opère et ouvre par la meme des perspectives positives.... dans un monde en voie d'effondrement! -faut-il le rappeler!!.

      Posé ce rappel oblige à évaluer ce qu'une indépendance recherchée, vis à vis du systeme, amène comme paramétrage: L'ENERGIE, L'EAU, Les RESEAUX SOCIAUX (Piero san gorgio) pour l'essentiel.
      L'energie étant ce qui a un cout substanciel pour un budget on reccherchera des procédés "émergents", cela va du moteur Pantone à l'usage de la technique développee par Dumas (energie sur-unitaire) ou bien encore les dispositifs prometteurs de Focardi.
      L'eau nous étant indispensable et malgré tout couteux, on recherchera une source dans le jardin (les sourciers vous donneront profondeur et débit) et en appoint des récupérateurs d'eau de pluie dispersés aux differents coins des batisses.
      Le potager implique du temps de travail (intrant energétique) et des connaissances pointues: electro culture, permaculture...
      Les réseaux sociaux seront basés sur les relations proximales ou l'entraide est d'autant rendus possible qu'il s'avèrera necessaire.

      master t

      Supprimer
  12. Partiellement vrai car il se pose le problème des déplacements surtout quand les enfants grandissent, d'accepter de les mettre en pension, très dur quand ils ont une douzaine d'année. Problème aussi du chauffage à moins d'avoir les moyens de rénover et d'isoler convenablement, parce que le feu de cheminé c'est sympa un moment. J'ai été contraint de me rapprocher de la ville pour toutes ces raisons, mon épouse a du reprendre un travail, on a un peu la nostalgie de la campagne mais il faut bien trouver un compromis.

    RépondreSupprimer
  13. 2010 : en province justement, gagner 43.850 euros suffit à se situer dans la catégorie des plus hauts 10% des foyers.
    Cherche des données précises, pour les revenus des ménages par décile (pas facile à trouver, d'ailleurs), tu seras surpris du résultat. La société est beaucoup plus inégalitaire que tu ne le penses, et tu fais partie des très favorisés, même si tu as l'impression de devoir faire très attention pour boucler les fins de mois. Tu n'imagines même pas la galère quotidienne pour la majorité de la population...

    Partager ses idées, c'est déjà essayer d'influencer les autres. Donc dire que tu n'obliges personne, c'est un peu limite comme défense : pourquoi rendre public tes réflexions, sinon ? N'es-tu pas au clair avec tes motivations ?
    Je te renvoie à la définition au sens large de la politique.
    Mais ne vois pas mes commentaires comme une attaque de tes idées ou de ton blog, stp. Mon idée est plutôt de te faire prendre du recul, parce que j'ai l'impression (personnelle, donc) que tu commences à prendre les mêmes travers que ceux qui nous dirigent et que tu critiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas pourquoi ce commentaire ne s'est pas placé en réponse à 2 juillet 2014 09:01...

      Supprimer
  14. Bravo pour la démarche ... mais ... 300 euros de revenus nets de frais par mois avec le poulailler, le clapier et le potager, ça me paraît quand même un brin optimiste.

    Pour ma part, avec 1/2 are de potager, 8 m² de serres, des groseillers et des framboisiers, un noyer et un verger de 8 pommiers et 4 pruniers, je dois générer un profit de +/- 75 euros par mois (mais c'est vrai que je ne vis pas dans une zone géographique climatiquement optimale pour ce genre d'activité).

    Quant aux volailles, mes 15 canards et 15 poulets sur un parcours herbeux de 5 ares génèrent en tout et pour tout 2 à 3 euros de profits PAR BETE et encore, en comparant les prix avec des volailles fermières labellisées (et tout ça sans tenir compte de l'investissement de départ : clôture, mangeoire, abreuvoirs, lampes chauffantes,...)

    Avec un climat favorable et en doublant la surface de potager et le nombre d'animaux, oui, il y a peut-être moyen d'y arriver mais ça suppose l'absence de tout accident climatique ou d'invasion de nuisible.

    RépondreSupprimer
  15. Le poste voiture / déplacement me paraît complètement sous-évalué.
    Sauf si femme et enfant partagent l'idée de sacrifice social sur l'autel de l'écologie.

    RépondreSupprimer
  16. 4 personnes x 2 repas x 365 jours = 2920 repas + 4 personnes x 365 jours = 1460 petits dej

    Je ne crois pas que cela soit possible de caler ça avec juste un potager et un poulailler/clapier, même avec :
    nourriture : 100 € en complément

    100€ de chauffage en coupant son bois, là je comprend pas comment tu vois le truc

    "à 1080€. Soit moins que les 1091€ d'un SMIC net"
    pour moi ça représente la misère, contrairement aux idées reçues, il faut pas mal d'argent pour vivre à la campagne, en tous cas pour y vivre bien, même en se faisant pas mal de trucs soit même.

    RépondreSupprimer
  17. Tonio me parait un brin optimiste, et je ne suis pas le seul au vu des commentaires. Néanmoins, là où il a raison (et les autres commentateurs semblent passer à côté de ce point important) il n'y a pas de dichotomie grande ville vs fin fond de la Creuse. Je vis dans le Nord-Pas-de-Calais, on peut avoir une maison et un terrain de plus de 1000 m2 tout en étant à moins de 30/35 mn de Lille (c'est de la grande ville) tout en habitant à côté d'une petite ville. Le gars qui habite Hazebrouck où la banlieue de Douai (entre autres) a l'essentiel des avantages de la grande ville sans les inconvénients : universités à portée de voiture pour les enfants, sorties culturelles occasionnelles, assez facile de trouver des artisans pour gros travaux, de trouver des médecins / hopitaux, etc., tout en vivant à la campagne.

    Bon, OK, niveau climat / beauté des paysages c'est pas optimal mais on doit pouvoir trouver d'autres régions où c'est possible. Ça coûte cher une maison à 20 bornes de Clermont-Ferrand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le probleme des grandes villes, c'est qu'en tant de crise paroxystique, les villes tombent dans le chaos, il s'opère alors des problemes de logistique du type problème d'acheminement des denrées, de l'energie, augmentation des vols avec violence... etre à proximité des grandes villes en étant à la campagne ne vous protège pas des grandes virées nocturnes de nos barbares modernes.

      Supprimer
    2. À 30km d'une grande ville, on commence à être tranquille vis-à-vis des troubles "modérés". Et en cas de guerre civile ou pire, il ne faut pas rêver, la gentille petite famille dans la campagne profonde ne sera pas à l'abri. Surtout avec 200 m2 de potager.

      Supprimer
  18. Qques valeurs pour ordre d'idée :
    revenu par ménage (2011) :
    - moyenne 35980 ou 2998/mois
    - médiane (c'est plus réaliste) 29010 ou 2417/mois
    salaire médian : 1712 /mois
    rémunération minimale des 10% les plus payés : 3400.
    source : http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/10-chiffres-cles-sur-les-salaires-et-l-emploi-en-france_1358410.html
    et je conseille à tous de consulter le site Insee page sur le niveau de vie par décile.
    Tonio, tes 4000 euros à 2 (je ne compte pas les enfants) ne te placent surtout pas dans les 5 ou 10 % les plus riches. tu es sur le décile 7 voire à peine sur le 8, typiquement "classe moyenne".
    Mais on est en France et dès qu'on parle d'argent ça fait fantasmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, le niveau de vie, ce n'est pas le revenu. Et ça ne représente pas le revenu des ménages par décile, car ça le pondère par la composition du foyer. Ce qui peut servir dans certains raisonnements, mais ne permet pas de situer le niveau de revenu de son foyer par rapport aux autres foyers.
      Oui, en France, il y a une telle gêne à parler d'argent, que les gens finissent par fantasmer dessus : va voir le document indiqué au 2 juillet 2014 11:12 , qui montre la difficulté de se représenter sa position dans la pyramide des revenus. Le fantasme est exactement à l'inverse de ce que tu penses.

      Supprimer
  19. Selon mon point de vue, si tu as fini de payer ta maison, ce scénario est idéal en mode survivaliste pour un temps et permet de s'en sortir mieux que les autres. Pas bien, mais mieux car on n'est pas autonome à l'échelle d'une famille...

    Mais bon de la à se priver de confort (en visant 1 SMIC seulement... ) ainsi que sa famille pour précipiter une faillite que ne manquera pas d'arriver de toutes manières...... J'ai mieux à faire !
    L'heure des privations arrivera bien assez tôt.

    RépondreSupprimer
  20. 100 euros de nourriture, euh... tu manges pas tous les jours ?

    RépondreSupprimer
  21. Lamentable...A croire que vivre à la campagne c'est l'utopie...Je ne vois même pas l'intérêt d'argumenter avec des rabats joie...Il faut foncer...Vite se tirer à la campagne...

    RépondreSupprimer
  22. le concept de Tonio est viable ... au moins en temps de crise.
    en 41 tous les jardins d'agrément d'ile de France se sont transformés fite fait en potager.
    par temps calme il faut certainement trouver un équilibre entre un mode quasi suvivaliste et une vie avec un peu de confort "facile".
    pour rappel les petits paysans jusque la libération avaient une double activité, agri-petit elevage et un travail à l'usine. sans cela la misère noire.
    mais 100 % d'acord avec plus d'autonomie via potager et poulailler.

    RépondreSupprimer
  23. Ok j'entends toutes vos critiques. Notamment sur les chiffres qui vont semblent déraisonnables. Mais même en doublant, avec 2000€ par mois, ça reste moitié moins que ce qu'on gagne.

    On pourrait vivre aussi bien avec juste deux mi-temps avec ma femme, au lieu de courir partout et d'aller bosser 5 jours par semaine...

    Je suis désolé, moi qui me lève pour aller bosser, ça m'interpelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La grande question est : qu'attends-tu pour franchir le pas ? La réponse te donnera une partie de la liste des inconvénients du retour partiel à la campagne.

      Supprimer
  24. "Un couple robuste"… pas trop pour madame, tout de même. On a déjà manqué les 30 glorieuses, les bagnoles correctes, on va pas se taper les moches en plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En passant dans l'amour est dans le pré, il y a peut-être une chance...

      Supprimer
  25. Il ne faut pas oublier qu'une maison demande de l'entretien et engendre des frais; il y a toujours des menues réparations à faire ou à faire faire par un artisan. Ce qui est beaucoup moins le cas pour un locataire.

    RépondreSupprimer
  26. Du grand n'importe quoi ! Que faire des petits ou grand incident de la vie ! Entretien du bâti, changement réparation de véhicule, électroménager, arrêt de maladie, etc. Doux rêveur !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.