samedi 5 juillet 2014

France-Allemagne et Brésil-Colombie : misère du projet babelien et de la post modernité

Le contraste entre les deux matchs était vraiment saisissant et révélateur...

Tout d'abord, un match France Allemagne sans énergie, sans ferveur, de fonctionnaires du ballon qui ne se donnent même pas la peine de courir. La France prétend avoir tout donné, mais ils finissent le match tout secs, à peine humides de sueur.

Vient ensuite Brésil Colombie. Et là on voit deux ferveurs à l’œuvre. Des joueurs qui mouillent le maillot. En fin de première mi temps, bien que peu adepte de foot, c'en était du délire tant ça courait, ça fusait de partout, et des deux côtés.

Les joueurs chantent l'hymne la main sur le cœur, se signent, se mettent en danger, courent comme des dératés, vont au bout de leurs limites. Les joueurs font des belles choses comme de moins belles, mais ils rayonnent. Ils finissent le match rincés, et ça se voit. Et la défaite comme la victoire leur importe viscéralement.

Ce télescopage entre ces deux visions est extrêmement révélateur.

D'un côté une vision d'un monde babelien, dont la chape de plomb règne sur l'Europe. Vision post moderne, post démocratique, post nationale... Bref post peuple. Où même les joueurs de football sont devenus des technocrates. Un truc sans âme, dans lequel personne ne se reconnaît. Plus personne ne veut mouiller le maillot. Il ne reste que des individualités, les joueurs se disant que ce n'est pas la peine de prendre des risques pour une "patrie" qui ne signifie plus rien, multi culturalisme oblige, surtout pour des gains pécuniers sans commune mesure avec ce qu'ils gagnent dans leurs clubs. Ils ne vont quand même pas risquer la blessure ou de se fatiguer...

Et de l'autre, une réalité qui était la notre il y a encore 30 ans, et qui est celle de 80% de la planète, où les joueurs sont infiniment fiers de porter les couleurs de tout un peuple (mais pour ça, encore faut-il que ce mot aie un sens).

D'un côté des nations qui ne sont plus que des bidules administratifs, des bilans comptables en faillite au râtelier duquel chaque individu, névrosé, déraciné, expatrié (même pour les natifs), essaie de consommer gratuit sur le dos des autres. De l'autre, des peuples pauvres, mais résilients, et qui ont au moins au cœur la chaleur de se savoir faire peuple.

Après avoir vu ces deux matchs, et ces deux visions du monde se télescoper, qui peut croire que c'est le premier des deux matchs qui est porteur de sens, de résilience, d'avenir ? Surtout quand on sait ce qui attend l'Europe, et surtout la France, en terme de niveau de vie...

33 commentaires:

  1. Quelques joueurs français pleuraient tout de même à la fin...ou étaient extrêmement déçus.
    Il y a des individualités impliqués dans le collectif, le pays, la nation (je pense à Valbuena, Pogba par exemple) et certain qui ne chante même pas La Marseillaise...

    RépondreSupprimer
  2. A mon avis tu es HS en cherchant trop de symboles à partir d un match de foot.
    L explication principale est qu un match avait lieu à 13h et l autre à 18 d où la différence d agressivité et d énergie entre les 2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu rigoles, j'espère?
      Et pourquoi pas un repas trop copieux...

      Haro sur la base

      Supprimer
  3. Dégoûté par la victoire de nos amis les casques à pointe...
    :(
    Le reste ne m'intéresse pas.

    RépondreSupprimer
  4. Tu as oublié le petit discours anti-raciste lu avant le match:) Pourquoi CE match, entre deux nations dont la démographie est catastrophique particulièrement l'allemagne dont Baroin dit qu'elle aura disparu dans 2 siècles ?

    Le match, il n y a pas grand chose à dire. 5 matchs complets pour Benzema, normal qu'il soit cuit. Matuidi et Valbuena, les pièces maitresses ont aussi beaucoup trop joué. DD-la-créatine a peut-être surestimé l'effort de cette compétition sur les organismes. Irrationnel de ne pas faire jouer au moins une mi-temps Remy à la place de Bz contre l'équateur, idem pour Mavuba...etc.
    On avait 1% de chance de se faire éliminer, 10% de finir deuxième et de se taper l'Argentine. Mais on aurait eu des joueurs frais. C'est un mauvais calcul.

    RépondreSupprimer
  5. En 1982, il y a 30 ans, j'étais à la coupe du monde en Espagne. Tu délires, Tonio, aucun joueur français ne chantait la Marseillaise, et aucun Allemand le Deutschlandlied (encore bien connoté à l'époque). En 2014, au Brésil, des pays - non babéliens - comme l'Iran ou le Nigéria ont eu un jeu on ne peut plus aseptisé, alors que la Belgique - horreur, siège du Diable - a joué jeune, vif et coloré. Il ne faut pas s'enfermer dans le manichéisme, pour rien au monde je ne reviendrais il y a 30 ans, ou 50 ans, dans une société bof bof, à la fois déjà hédoniste, et horriblement coincée, pour ne pas dire emmerdante. Bientôt ce sera la faute des technocrates de Bruxelles (je ne les aime pas plus que toi) s'il pleut ou s'il grêle.

    RépondreSupprimer
  6. Je rêve du grain de sable qui viendrait enrayer cette machine, enfin, c'est qu'un rêve parce que avant que les moutons réalisent ce qui leur arrive, c'est pas encore pour demain vu comment ils ont cru en cette équipe.
    A mon avis, le foot sert de stress test, pour mesurer l'amplitude d'acceptation de l'ovin d'europe au plan
    http://www.rose-croix.org/Documents/propheties-des-rose-croix-02-2013.pdf

    RépondreSupprimer
  7. Donner une telle importance à de simples matchs de football quand on prétend analyser les problèmes de manière globale est proprement pathétique.
    Transposer les crises et les problématiques d´aujourd´hui alors que 22 joueurs courent après un ballon et que nous sommes assez couillons pour suivre ce cirque est juste ridicule, c´est excitant certes...mais cela reste du cirque, point barre.
    Quand les latins trichent honteusement comme pour le match d´ouverture, et à tant d´autres d´occasions, ou offrent un jeu manifestement dur et viril...tu ne t´insurges pas contre ce qui constitue manifestement de l´anti jeu, et tu préfères alors t´insurger contre l´arbitrage...ou une théorie de complot économique. Tu sembles y voir juste ce que tu veux y voir quand cela rejoint tes obsessions.

    RépondreSupprimer
  8. Caricaturale ta vision Tonio. Tu pourrais aussi parler de l'arbitrage maison qui a permis à ces brêles de Brésiliens d'arriver à ce stade de la compét'... Tu as vu leurs premiers matches ? c'étaient même pas des fonctionnaires, plutôt de vieux sénateurs qui jouaient à 2 km/h, sans aucune créativité.

    On serait pas au Brésil, ils auraient été sortis dès les poules.

    RépondreSupprimer
  9. Pas totalement mal vu, mais trop partialement imprégné de la vision du Tonio local. Dami1 a raison par exemple. Mais le ré équilibrage occident - brics est bien réel, en cours... Nous tomberons de haut, du haut de nos habitudes débiles (consommation inutile, système social hypertrophié et aveugle, déplacements en voiture comme si on pissait un coup... La transition est en marche

    RépondreSupprimer
  10. Tout ce que je sais c'est que dans mon immeuble les gens gueulaient davantage pour le Brésil / Colombie

    Perso je n'ai regardé aucun des deux matches.

    Mais une chose est sûre : je suis heureux que l'équipe français se soit prise une taule et doive rentrer la queue basse.

    Pour une raison et une seule (puisque vous l'aurez compris, le foute c'est pas mon truc) : la crapule Hollande ne pourra pas nous faire le coup de Chirac en 1998 suintant, dégoulinant de moraline et de "vivre ensemble" et de "la france qui gagne", et tout le torrent de vomis de propagande qui aurait déferlé sur le pays en cas de victoire.

    Voilà. Donc extrême joie.

    La mondial c'est pour distraire le bétail.

    Là le bétail il va être obligé de revenir au Réel : chômage, difficultés pour boucler les fins de mois, violences (la prof poignardée par une rachida bien entendu "folle") etc.

    Rien ne vaut le réel. Terminus tout le monde descend.

    Certes juillet et août vont faire encore un peu illusion (vacances soleil)... Mais il faut commencer à préparer septembre. Ca va être saignant.

    Jusqu'à la lie.

    Le pays doit tomber tout au fond du trou.

    Une défaite au Mondial participe donc de cette nécessité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'accord avec toi: le "black-blanc-beur" amoureux de soi est rentré à la maison la queue entre les jambes...

      Supprimer
  11. Lorsque l on est mené 1-0 Et que l on joue la défense cela me fait penser qu' en général il faut faire l inverse et ce n est qu à la 85 ème minute que là France réagit curieux non ?

    RépondreSupprimer
  12. J'ai regardé les deux matchs en spectateur neutre (c'est aujourd'hui, pour les Diables Rouges, que je vais mettre mon uniforme de supporter). C'est drôle comme on voit des choses différentes en fonction de son état d'esprit ...

    Le premier match m'a semblé engagé mais correct, avec de la sportivité, une saine agressivité. Un bon match.

    Le second m'a semblé être ultra-agressif, à la limite (et même au-delà) souvent, et avec un arbitre oubliant curieusement ses cartons et même de siffler des fautes évidentes ...

    Le premier m'a plu, le second beaucoup moins.

    Un sud-américain vaincra, sois-en certain, la Fifa (un bel exemple de bazar babélien au passage) fera ce qu'il faut !

    RépondreSupprimer
  13. Le foot est la synthèse parfaite, exemplaire, de toutes les caractéristiques du système. Et remporte donc le même succès.

    RépondreSupprimer
  14. Je suis d'accord avec cet article.

    RépondreSupprimer
  15. Tout à fait d'accord que les évênements de type Coupe du Monde ou Jeux Olympiques sont de parfaits jouets récupérés par le système mondialisé.
    Cependant, paradoxalement, c'est un des rares évènements ou les peuples peuvent manifester leur patriotisme, l'ennemi du système. Vous vous imaginez supporter une équipe européenne unifiée avec des drapeaux bleus aux étoiles d'or à la coupe du monde 2022 ? C'est un gros problème pour eux.

    RépondreSupprimer
  16. Tout ceci est truqué Tonio, vous pensez vraiment que le Brésil a claqué des milliards pour se faire éliminer si tot ?

    Faut arreter deux secondes de croire a toutes ces conneries, regarder c'est cautionner ce grand n'importe quoi.
    Le sport pro est une erreur, c'est la porte ouverte sur toutes les magouilles, les triches et aucune valeurs, c'est l'opposé même de l'esprit sportif.
    Regardez plutôt du catch au moins on sait qu'ils trichent, et ils en jouent, c'est plus amusant et on est pas déçu/cocu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que c'est truqué. Bien sûr que tout dégueule le babelisme dans ces grandes messes mondialistes. Mais ça n'empêche qu'il y a de vrais morceaux de réel qui se laissent à voir dans ces événements. Notamment sur ce que ça dit des peuples (ou de ce qu'il en reste).

      Supprimer
    2. Le 7 à 1 de ce soir, c´était truqué aussi ? De quel coté était Babel ???

      Vous voyez vraiment que ce que vous ne voulez voir...vos théories complotistes sont ridicules.

      Supprimer
    3. Et le 7 á 1 de ce soir, c´etait un complot...encore?

      De quel coté était Babel ?

      Supprimer
  17. Et voyez le tennis.
    A Wimbledon c'est l'ordre immuable, celui qui réconforte le pouvoir feignant, résidu du colonialisme occidental. Un ordre qui représente à sa manière, pour combien de temps ? Le top du système financier international. Le bon côté du manche de la planète.

    RépondreSupprimer
  18. une question:qu'est ce qui fait qu'un match de foot(un jeu)a pris tant d'importance au point de monopoliser l'attention de tout un pays.Tiens ça me fait penser quand Lady Diana est morte,toute la planete était émue,pourquoi?sommes nous envoutés par les médias?

    RépondreSupprimer
  19. Le nain analyse le monde en regardant les matchs de foot, comme le ferait Madame Irma en regardant dans son marc de café.
    Ça vaut ce que ça vaut.

    RépondreSupprimer
  20. Tous ces footeux sont des mercenaires, qu'ils soient européenns ou sud-amer ils jouent dans les mêmes clubs avec les mêmess salaires et le même état d'esprit de mercenaires bourrés de fric et mondialisés, aseptisés... alors distinguer les uns des autres, bof....

    RépondreSupprimer
  21. Hahaha vous critiquez tous le "babelisme", mais vous avez quasi tous regardés chaque match de cette grande messe officielle.

    Et maintenant ça dicerte même de la couleur du sexe des anges.

    Vous vous voyez pas les gars, hahaha, de grand pourfendeurs du système. De salon (avec la bière à la main).

    Franchement...

    J'ai bien ri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Benzéma à plat après 5 matches...Il n'est pas prêt pour le Tour de France...Papy Voigt, hier ,les a fait en une étape...

      Supprimer
  22. Aïe aïe aïe !

    Je dois vous dire la vérité : vous êtes aveuglé.

    Vous voyez partout les signes de ce que vous voulez voir. Je crois que le moment est venu d'aller rencontrer un psychiatre, sans rire.

    On vous croirait prête lisant dans les viscères, observant les messages des dieux dans ce qui se passe autour de vous.
    Beaucoup sont intervenus ici en vous disant la même chose mais de manière plus cool sauf que...
    - "Le nain analyse le monde en regardant les matchs de foot, comme le ferait Madame Irma en regardant dans son marc de café."
    - "Caricaturale ta vision Tonio."
    - "Donner une telle importance à de simples matchs de football quand on prétend analyser les problèmes de manière globale est proprement pathétique.
    Transposer les crises et les problématiques d´aujourd´hui alors que 22 joueurs courent après un ballon et que nous sommes assez couillons pour suivre ce cirque est juste ridicule"
    - "A mon avis tu es HS en cherchant trop de symboles à partir d un match de foot."

    Ouais, décalé et pathétique. Rien à ajouter votre honneur.

    RépondreSupprimer
  23. Au moins au tennis il y a Federer, un homme de classe.

    RépondreSupprimer
  24. Le figaro donne raison à disco 200 supporteurs a la rentrée de france 100000 pour la colombie.


    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/06/PHO431d74b8-050f-11e4-ab61-47e064495d52-805x453.jpg

    De rien.

    J'ai remarqué pour ma part une certaine embellie des papyboomers s'etaient bien les seuls, surement le syndrome de la queue de bougie.

    RépondreSupprimer
  25. J'avais loupé cette pépite il a une belle écriture le mr :
    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/06/PHO4d250084-050f-11e4-ab61-47e064495d52-805x453.jpg

    RépondreSupprimer
  26. C'est le jeu qui est différent, et c'est surtout là-dessus qu'il faut insister... Plus que sur les différences culturelles, qui sont de toutes façons une évidence, elles sont simplement le reflet de mentalités et modes de vie différents. Et c'est ça la beauté d'une Coupe du monde ! Il ne faut pas croire que tel ou tel pays se donne plus que d'autres.

    Le jeu français n'a jamais été spectaculaire, il est assez lent, "léché", oserais-je dire élégant ? Oui. Ce n'est pas pour autant qu'il faille en tirer des conclusions hâtives.

    Ne mélangeons pas tout :)

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  27. Vous vous êtes bien planté avec votre analyse type lecture dans les viscères d'un rat...

    Vous écriviez : "Tout d'abord, un match France Allemagne sans énergie, sans ferveur, de fonctionnaires du ballon qui ne se donnent même pas la peine de courir."

    Ce soir 8 juillet nous avons vu et même plutôt bien vu.

    - Une équipe brésilienne se faire mettre la pâtée et comme il faut, net et sans bavure 7 à 1.
    - La même équipe tricher pour tenter d'obtenir un pénalty : minable.
    - Personne sur les plages à hurler sa joie (et pour cause)
    - Les brésiliens ont dépensé des sommes folles pour cette coupe du monde (d'après vos publications)

    * au total ça fait très cher la fessée...

    hihihi j'en rit encore.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.