mercredi 2 juillet 2014

Pourquoi le génocide vendéen dérange tant le pouvoir

La maçonnerie au pouvoir n'a de cesse d'imposer un devoir de repentance généralisé à un peuple de souche, afin qu'il se soumette à l'agenda global dans lequel sa disparition dans un grand gloubi boulga informe est planifiée.

Cette réécriture de l'histoire suppose que c'est tout le peuple de souche qui est fautif et qu'il doit faire pénitence pour ses crimes passés.

Il faut donc que le méchant soit bien blanc catholique, et que le gentil opprimé soit juif, noir, arabe, etc etc...

Dans ce cadre là, le génocide vendéen est intolérable pour le pouvoir. Car avec un pouvoir maçonnique fraichement mis en place qui génocide des catholiques blancs insoumis du grand ouest, il fait tâche dans ce cadre sus-cité, et fait apparaître au grand jour la réalité qui se cache derrière tout ce barnum de la pénitence.

A savoir que ces horreurs n'ont pas été commises par le peuple, mais par une élite maçonnique républicaine, en place à l'époque et toujours au pouvoir aujourd'hui.

Ce barnum a deux raisons d'être :
   1) diluer la faute des coupables réels en la faisant porter sur tout un peuple,
   2) soumettre le sus-dit peuple afin de renforcer le pouvoir des fautifs réels, et afin qu'ils utilisent leurs propres crimes pour aller toujours plus loin dans leur agenda de déracinement de tout et de tous...

Jusqu'il y a peu, la très grande majorité des français étaient des paysans qui s'étaient rarement éloignés de plus de 50 km de leur village. Et la colonisation signifiait surtout pour eux des impôts à payer, et rien en retour, au contraire de toute l'élite groucho capitaliste d'alors qui en a indécemment profité, et dont les descendants sont aujourd'hui au pouvoir...

Ainsi on apprend via le dernier bouquin de Ratier que Valls a un oncle qui a fait des millions dans l'exploitation de l'or et du bois africains. Ainsi on sait que BHL est demi milliardaire de la vente de la Becob, société d'exploitation du bois précieux africain... Et ce sont ces mêmes, qui se sont bien gardés de rendre le pognon, qui passent leur temps à m'expliquer que je dois me repentir pour les crimes de mon peuple... etc etc...

Le barnum victimaire est une insulte à l'intelligence et à la mémoire de tout ce peuple. En respect de la mémoire de ma famille de gratte la terre miséreux jurassiens, je me dois de refuser de me soumettre à cette reconstruction de l'histoire.

1794 : Le génocide Vendéen
02/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le 23 décembre 1793, le Général de l'armée républicaine François-Joseph Westermann envoie ce message au Comité de salut public à l'issue de la Bataille de Savenay :
« Il n’y a plus de Vendée. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Plus de Vendée, citoyens républicains, je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay, suivants les ordres que vous m'avez donnés [...]. J’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher, j’ai tout exterminé [...] »

Tout bascule

L'armée Vendéenne défaite, la guerre aurait du s'arrêter là.

Il n'y avait alors plus aucune de raisons de s'en prendre à la population, la République aurait du tendre la main à cette dernière pour l'intégrer à la nation.

L'histoire fut bien différente, car comme on va le voir, l'extermination de la population Vendéenne avait été décidée dès la publication des décrets d'août et octobre 1793.

Nous sommes donc passé de la notion de simples (!) crimes de guerres à la notion de crimes contre l'humanité.

La mise en œuvre d'un génocide s'abat alors sur une population démilitarisée :

- terreur à Nantes

- colonnes infernales

- crimes contre l'humanité

2. LA TERREUR A NANTES

En 1794, à Nantes et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, le problème de l'extermination massive d'êtres humains a été posé.

C'est le sinistre Jean Baptiste Carrier qui tenta d'organiser cette extermination.

Les prisons de Nantes

Les célèbres prisons de Nantes sous le régime de la terreur montrent un avant gout précurseur des futurs camps de concentration nazis.

En plus des prisonniers faits à Savenay, la plupart des personnes enfermées étaient des Vendéens. Aucune discrimination n'étant faite pour les femmes, enfants ou vieillards.

Les civils raflés étaient entassés dans les geôles de la ville dans des conditions d'hygiène inexistantes, laissés sans soins et sans nourriture.

On commença par fusiller environ 2500 prisonniers mais le cout en munitions fut estimé trop important.

Les noyades dans la Loire

On eu ensuite recours aux fameuses noyades dans la Loire où des milliers de personnes périrent [5].

La plupart de ceux qui étaient enfermés dans ces véritables "camps de concentration Français" ne survécurent pas et furent victimes de maladies (typhus) et de malnutrition.

A titre d'exemple, dans la prison de l'Entrepôt des cafés, sur 8 000 à 9 000 hommes, femmes et enfants enfermés, quelques personnes seulement en sont ressorties vivantes [6].

Entrepot_des_cafes

3. LES COLONNES INFERNALES

L'idée des colonnes infernales revient au général Turreau nommé à la tête de l'armée de l'ouest le 27 novembre 1793.

Ce dernier proposa de scinder l'armée Républicaine en 12 colonnes qui vont sillonner la Vendée détruisant et exterminant tout ce qui vit sur son passage.

Les 735 communes de la Vendée militaire sont répertoriées afin que chacune d’entre elles reçoivent la "visite" d'une des colonnes.

Le 16 janvier, afin de se décharger de sa responsabilité, Turreau demande des ordres clairs sur le sort des femmes et des enfants, mais il n'obtient pas de réponse officielle de la Convention.

21 janvier 1794

C'est la première phase des exactions des colonnes infernales appelée "promenade militaire" qui exécutent chacune un plan d'action avec un itinéraire précis.

Les troupes républicaines se retrouvent face à des femmes, des enfants et des hommes désarmés.

Durant 5 mois, ce ne fut que meurtres, viols, tortures, pillages et destruction sur toute la Vendée. Les troupes Républicaines massacrèrent également les "patriotes" qui étaient cependant de leur coté, n'ayant d'autre tort que d'être Vendéens !

De nombreux villages sont brulés et les habitants froidement exterminés comme par exemple lors du massacres de Chanzeaux sous le commandement des généraux Cordelier et Crouzat.

La conséquence de ces actes barbares fut une nouvelle levée de troupes en Vendée avec à leur tête les généraux De Charette, De La Rochejacquelein et Stofflet. Cette fois, l'objectif était la survie de la population menacée d'extermination totale.

Toutes les personnes valides y compris femmes et enfants sont allées se battre.

Ces troupes contre-attaquèrent et harcelèrent les colonnes, réussissant même à en détruire une.

17 mai 1794

Les massacres se terminèrent avec la destitution de Turreau le 17 mai 1794.

Le nombre de tués parmi la population civile par les colonnes infernales est estimé à plusieurs dizaines de milliers.

4. CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ

Parmi les exactions commises par les agents de la République en 1793-94, on trouve des actes dignes de ceux commis par les nazis 2 siècles plus tard.

Certains actes ont déjà été évoqués plus haut, ceux qui suivent ne représentent qu'une partie infime de l'ensemble des atrocités réalisées.

Massacre Des Lucs-sur-Boulogne : 110 enfants âgés de moins de 7 ans

Le 28 février 1794, aux Lucs sur Boulogne, 564 personnes dont 110 enfants âgés de moins de 7 ans sont massacrés par la colonne infernale du général Cordelier, le plus jeune enfant était âgé de 15 jours.

(Extrait de l’ouvrage du Père Marie Auguste Huchet de 1983 intitulé : "Le massacre des Lucs-sur-Boulogne et le martyrologue du curé Barbedette".)

Le curé Charles Vincent Barbedette a recensé la liste des enfants massacrés :

Marie-Modeste AIRIAU, de la Ricoulière, 5 ans et 7mois,

Thomas AIRIAU, de Villeneuve, 10 mois,

Joseph ARCHAMBAUD, de Puyberne, 20 mois,

Agathe ARNAUD de Belleville (tuée au Lucs ) 4 ans et demi,

Etienne BERIAU, de l’Erzandière.15 jours,

...

La suite de la liste ici

Ce massacre perpétré par des Français sur des Français est beaucoup moins connu que celui d'Oradour Sur Glane, sauf...en Vendée !

Les fours crématoires où l'on jetait les femmes vivantes

Témoignages des Commissaires républicains Morel et Carpenty à la Convention le 24 mars 1794 :

« A Montournais, aux Epesses el dans plusieurs autres lieux, le général Amey fait allumer les fours et, lorsqu'ils sont bien chauffés, il y jette les femmes et les enfants. » (Jean Dumont, Pourquoi nous ne célébrerons pas 1789, Editions Argé 1987, p7 I). A qui ose le lui reprocher, il répond que « c'est ainsi que la République veut cuire son pain ».

Tanneries de peaux humaines

La pièce no 262 des Extraits des délibérations et dépositions d'Angers qui relate le témoignage de Claude Jean Humeau au tribunal d'Angers le 26 août 1795 :

« que Pecquel chirurgien au 4è bataillon des Ardennes écorcha 32 de ces cadavres, les fit porter chez Lemonnier, tanneur au Ponts-Libres (actuels Ponts-de-Cé), pour les tanner, que le particulier s y refusa, qu'il sait que les peaux sont déposées chez Prud'homme, manchonnier à Angers »

(Archives départementales d'Anger ILI/27/3 et Historia N°624, page 53) [8].

Référence [12].

Les fonderies de graisse humaine

(page 157 du « Charrette -Chevalier de Légende », de Julien Rousseau, Ed Beauchesne en 1963. :

« C'est là encore à Clisson, que le 6 avril suivant, sur le bord de la rivière, on aurait fait fondre, dans un four improvisé, cent cinquante femmes pour en obtenir de la graisse: dix barils en furent expédiés à Nantes... ».


A la lecture de ce genre de lignes, on comprend que le grand œil du Sens de l'Histoire, du Progrès et de la Modernité se DOIVE absolument de faire disparaître de l'histoire officielle cette réalité historique...

16 commentaires:

  1. Si c'était le seul épisode ...
    la réécriture de l'histoire est devenu la norme, et se fait maintenant en direct live ... (cf 1984)
    Et c'est très difficile d'y échapper.
    On ne peut même plus en parler puisque c'est devenu illégal.
    Mais on peut rajouter la Commune de Paris, même logique de vente/trahison de son propre peuple au nom des intérêts supérieurs.
    Et d'autres ...
    D'ou le succès d'une certaine quenelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "la réécriture de l'histoire est devenu la norme, et se fait maintenant en direct live ... (cf 1984)"

      Exactement.

      Repris sur un forum après le match Algérie/Allemagne à propose des incidents bon-enfant qui n'existent pas :

      "J'ai les vrais chiffres des "incidents" à Lyon par un officiel que je connais.
      Donc 36 voitures brulées dans Lyon intra muros, 10 bagnoles de polices endommagées, 7 flics à l'hôpital, Une vingtaine de véhicules de pompiers endommagées, consigne à été donné aux flics de privilégier la surveillance de l'extreme droite, car "elle risque de faire des ratonnades".
      Ces chiffres ne doivent pas être divulgués pour ne pas "effrayer inutilement les français".

      et

      "Le mec qui m'a dit ça à un poste d'élu et pense comme nous, mais ne le dit pas publiquement.
      Le coup des ratonnades , c'est ce qu'on lui a sorti à la préfecture .
      Demain j'aurai les vrais chiffres pour la soirée d'hier ."

      Donc plus la diversitude fera tout cramer et plus on mettra les FDS qui essayent de se défendre et de s'organiser en tôle. De manière préventive s'il le faut : "crime-pensée". Nous sommes livrés en pâture pieds et poings liés par l'élite fasciste à son lumpen. Et le plus beau est que cette même élite nous traite de... fascistes. Pas mal. Pas mal... Elles sont déjà là les colonnes infernales du XXIè s.

      Supprimer
  2. Les camps de concentration et les goulags tu peux les rajouter à la liste oui tout cela sent nauséabond.

    RépondreSupprimer
  3. En effet, on réécrit l'Histoire !
    La Vendée voulait une amélioration de son niveau de vie (pitoyable).
    Déçus des résultats de la Révolution, les Chouans ont été récupérés par l'extrême droite locale (les propriétaires terriens, qui ont magnifiquement manoeuvré en termes de manipulation de l'opinion).

    Résultat : Robespierre a passé par le fil de la guillotine les traîtres à la Révolution. Ca se discute (bien que d'aucuns aient fait pire en la matière) mais ça a eu l'effet collatéral de mettre les gueux dans le camp des nobles (qui pourtant leur chiaient dessus).

    Ce qui est hallucinant, c'est que les séquelles déformées persistent encore, presque 3 siècles après. A croire que c'est vrai, les gens sont des poissons rouges.

    RépondreSupprimer
  4. @ZTong: l'école de la République vous a trompé, cher ami: "les gueux et les nobles ne se chiaient pas de dessus entre eux" en 1790.
    - d'abord parce que la mobilité sociale était beaucoup plus importante à cette époque que maintenant, contrairement à une opinion largement partagée, mais complètement fausse;
    - ensuite les nobles et les autres vivaient souvent de la même manière: les nobles étaient largement fauchés dans ces régions, leur statut les obligeait au service militaire et leur interdisait le négoce (seules quelques grands familles s'en sont sorties par le jeu des actions dans des compagnies type celle des Indes. Mais généralement, les nobles ne commerçaient pas, ou alors ils étaient déchu de leur rang, ce que certains ont choisi pour ne pas vivre pauvrement),
    - lisez de vrais historiens sur le sujet, vous verrez que la fille du noble dansait avec les garçons du village à la noce du savetier du coin: c'est quelque chose que vous ne verrez pas aujourd'hui. Thomas Fabius, Jean Sarkozy ne vont pas danser avec Josette!

    En conclusion: on se trompe si on prête à ces gens nos mentalités d'envieux lutteurs de classe. Ils s'entendaient beaucoup trop bien pour accepter le diktat venu de Paris et des grandes villes. On les a donc exterminé.
    Quand ce régime vermoulu se sera écroulé, les mémoires seront toujours là. L'histoire s'écrira un jour ou l'autre. Tout finit par se savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A-t-on vu de Villiers, ou n'importe quel membre de sa famille, danser au Puy du Fou avec les gueux ?
      Allons allons, balayons devant notre porte...

      Mais j'écoute avec intérêt vos arguments.
      Si je vous suis bien, le problème aurait été que les révolutionnaires aient été jugés trop "mous", trop "collabos" avec une noblesse jugée trop complice ?
      En ces temps troublés où le manichéisme est de mise, votre hypothèse n'a rien de fantaisiste.

      Elle expliquerait même fort bien le pourquoi et le comment de cette opération de purge.

      Je range donc volontiers mon interprétation des événements au profit de la vôtre, tout en aboutissant au même résultat : la purge est le moyen radical et direct d'aboutir à sa fin, mais il est inhumain.
      Cela étant, reconnaissons que la Convention n'avait ni le temps ni les moyens d'agir à l'Américaine, à savoir : soudoyer et convertir à son profit l'élite locale.

      Ce que je trouve en revanche dommageable, c'est d'entretenir sans fin cette histoire (dramatique, mais notre pays en a eu plus qu'à son compte) qui revient, en définitive, à saper la cohésion nationale (j'entends encore les Vendéens en parler, et ça ne les rend pas plus Français, bien au contraire).

      A quoi ressasser les mauvais souvenirs ?

      Pourquoi ne pas se réconcilier pour aller de l'avant ?

      Supprimer
  5. semble aussi que cela faisait parti d'une politique de dépopulation pour
    ajuster la population aux possibilités de "bonheur" sur la surface du pays
    avec égalité de possession de terre et autres biens

    RépondreSupprimer
  6. La Révolution fut un renversement de la France catholique et royaliste par la France maçonnique et républicaine.
    Et le génocide vendéen la réponse républicaine dans le sang à une contre-révolution.

    L'ennui est qu'à l'école, on apprend que la Révolution est un mouvement de libération du peuple, pauvre, contre le méchant roi riche et la toute puissante église sous l'influence des formidables intellectuels des Lumières.

    Pendant des années on s'habitue sur les bancs d'école à ce poster de la déclaration des droits de l'homme. Et 20 ans plus tard on remarque sur cette affiche, un détail, trois fois rien : un triangle avec un oeil et un ange avec des ailes noires. Ca fait un choc ! :)
    Mais pourquoi il a les ailes noires ce put*** d'ange ? Ah ben, tout le secret du schmilblick est là...

    RépondreSupprimer
  7. Hallucinant aussi de lire tous les commentaires des jeunes d'origine algérienne sur le net à l'occasion des débordements des supporters.
    Ils ont parfaitement intégré le discours des médias : Les français sont un peuple de colons et de collabos sans les africains "la France ne serait rien".
    Même s'il faut reconnaître le rôle d'un certain nombre de leurs ancêtres au cours des 2 guerres mondiales et de la reconstruction, il faut revenir à la raison.

    RépondreSupprimer
  8. C'est une interprétation de la guerre de Vendée.

    Mais il existe d'autres interprétations, écrites par d'autres historiens.

    Un seul exemple : tous les livres de l'historien Jean-Clément Martin disent des choses TRES différentes de l'article ci-dessus.

    Lisez cet article de Jean-Clément Martin (et si ça vous intéresse, lisez tous les livres qu'il a écrit sur la guerre de Vendée) :

    GUERRE DE VENDEE : EST-CE UN GENOCIDE ?

    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=32&cad=rja&uact=8&ved=0CCcQFjABOB4&url=http%3A%2F%2Fwww.histoire.presse.fr%2Factualite%2Finfos%2Fguerre-vendee-est-ce-genocide-13-11-2011-38306&ei=8zC0U5KGKbGV0QXv64HADA&usg=AFQjCNHA2xz21F4BMeWcbT13wJNkpHRCeQ&sig2=UcH69B-AOnHtpq4te7JAPA&bvm=bv.70138588,d.d2k

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Clément Martin est classé "robespierriste" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Clément_Martin). Permettez-moi de douter fortement de l'objectivité historique de ses écrits. Sur le thème des guerres de Vendée et des massacres causés par les armées républicaines, je vous conseille plutôt les ouvrages de Reynald Secher (http://fr.wikipedia.org/wiki/Reynald_Secher). C'est peut être dommage mais c'est bien la république qui a initié le premier "populicide" de l'histoire moderne: http://www.lelitteraire.com/?p=3948

      En 2014, les moyens diffèrent mais le but est toujours le même: éradiquez le passé pour construire un homme nouveau..

      Supprimer
  9. Marrant que tu parle du génocide vendéen, je revient du puy du fou dont le thème en est les fondations et je recherchais quelque texte dessus. Je me trompe pas en supposant que tu aime bien tous se qui est médiéval et plus généralement l'histoire tonio et je t'invite si tu a l'occasion un jour d'aller voir ce park à thème. Je suis pas trop porté sur ce genre de truc (perdu mon temps a usaland aqua eurodysney et me suis ennuyé au parc asterix) mais pas mal de gens connaissant mes gout m'on poussé à y allé, constat : énorme. tant Sur le fond et sur la forme. Sur la forme, spectacle grandiose, organisation impeccable et carré (impensable en France en 2014), ponctualité et organisation des représentation précis a la minute, combat et spectacle épique, cerise sur le gâteau : le parc se vante d'avoir 0 euros de subvention. Phillipe de villier a commencé la cinéscénie avec des deudeuche en guise projecteur et des tuyaux d'arrosage en guise de jet d'eau en 1978, en 2012 meilleur parc du monde celons un jury américain, un prix "green" également (parc repsectant l'environement). Sur le fonds : un antifa en ferait une crise cardiaque. Mise a l'honneur de La Fontaine, Lully, bach mozart, de la grande histoire de france des gaulois à 1945 en passant par l'empire romain, François 1er, jeanne d'arc, les viking, de l'art de la fauconerie. Des vois off de Depardieu, Delon, Laurent Deutsh et autre. Discour de soljenitsyne pour l'inauguration du mémorial de la Vendée: http://vendeoblog.hautetfort.com/archive/2008/08/07/le-discours-de-soljenitsyne-au-memorial-des-lucs-vendee.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sceptique quand même, même si je ne rejette pas complétement son point de vue. Quand tu commence a trucidé des gamins des femmes et des veillards de maniere plutot coordoné, ça devient difficile de parlé de massacre. Ou commence le génocide ou s'arrête le crime de guerre en somme? Un officiel de front de gauche conseil de lire l'auteur membre d'ailleurs de la Société des études robespierristes (tu m'étonne qu'il va dire que la Vendée : pas de génocide) , sachant la défiance que m'inspire la gauche moderne ...

      Supprimer
  10. Attention. Les gens de bien savent que :
    -l'histoire est réécrite, car elle est un enjeu de pouvoir
    -l'histoire est ponctuée de massacres, c'est une constance depuis que l'homme est homme
    -la Révolution française, pour ne parler que de celle là, ne fut pas jolie

    ... Mais ne tombons pas dans le piège du "rétroviseur".

    Si on se perd en débats sans fin sur les "génocides" au fil des siècles, alors pendant ce temps là le Système continue ses embrouilles et ses saloperies MAINTENANT.

    Et surtout DEMAIN.

    Les gens sont en effet, en général (sauf nous ! ;-) ) des poissons rouges.

    Voilà pourquoi le "temps de cerveau" est une ressource précieuse.

    Aussi il faut concentrer le tir MAINTENANT, sur les salopards d'AUJOURD'HUI.

    Désolé Tonio, mais le général Turreau, il y a 200 ans, de ce point de vue, est hors sujet.

    RépondreSupprimer
  11. L'anonyme de 21h47 écrit ci-dessus : "Quand tu commence a trucidé des gamins des femmes et des veillards de maniere plutot coordoné, ça devient difficile de parlé de massacre."

    Non.

    Ce n'était pas de manière plutôt coordonnée, puisque le gouvernement français avait donné l'ordre de NE PAS trucider des gamins, des femmes, et des vieillards.

    Autrement dit : les ordres du gouvernement français étaient EXACTEMENT LE CONTRAIRE de ce qu'écrivent les historiens qui soutiennent la thèse du "génocide vendéen".

    En haut, à Paris, il y avait les ordres qui venaient du gouvernement français.
    En bas, sur le terrain, il y avait les actes commis en Vendée, et qui NE respectaient PAS les ordres du gouvernement.

    Un seul exemple :

    En haut, à Paris, le 1er août 1793, le gouvernement français donne des ordres. Il publie un arrêté pour la guerre de Vendée (que vous pouvez lire encore aujourd'hui car il est aux Archives Nationales) :

    Arrêté du 1er août 1793 concernant la Vendée :

    Article 8 : les femmes, les enfants et les vieillards seront conduits dans l'intérieur ; il sera pourvu à leur subsistance et à leur sécurité avec tous les égards dus à leur humanité.

    (Cet arrêté du gouvernement français est aux Archives Nationales, il a été publié par Jean-Clément Martin dans "Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée", édition Découvertes Gallimard, page 134.)

    En bas, sur le terrain, de nombreux soldats français NE respectent PAS ces ordres du gouvernement. Ils se livrent à des atrocités. Ils commettent des crimes de guerre.

    Rien à voir avec un génocide.

    RépondreSupprimer
  12. Reynald Secher a démontré sans appel et définitivement que le génocide en Vendée fut légal, donc que la responsabilité de la république est légalement entière, totale, car voulue, froidement votée et ordonnée, abominable, infecte et pour tout dire infernale.

    Mais d'ailleurs, même Gracchus Babeuf le reconnait et Carrier, cette ordure démoniaque, s'en vantait devant les "représentants" de la nation.

    Il est donc inutile de tenter de dédouaner la république, en disant que c'était pas de sa faute et patati et patata, non, la république française plonge ses fondations dans un horrible génocide populaire, un point et c'est tout.

    Qui a tanné de la peau humaine aux Ponts-de-Cé ? Pour en faire des lampes de chevet et des pantalons de cheval, les pantalons faits avec la peau des hommes étant plus solides que ceux faits avec la peau des femmes ? C'est la république, pas le roi.

    Qui pourra jamais pardonner ce crime imprescriptible contre une humanité innocente et sans défense ?

    Personne, jamais.

    Non, la république française est maudite, voilà la vérité.





    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.