samedi 16 août 2014

Robolution + Peak Everything = ?

Une vidéo à voir absolument sur la robolution, via le blog de yoananda, et ce qui s'annonce en terme de carnage de l'emploi et de nouveau luddisme.


Ce qu'il s'y dit est fondamental. Et surtout, l'analogie avec le premier ordinateur des années 80 est juste. Pour suivre les avancées depuis 5 ans, effectivement, je vois bien l'évolution. Il y a 5 ans encore, la robolution ça faisait juste rigoler. Aujourd'hui, on parle de voitures sans conducteur, de serveurs automatisés, etc etc...

Une grosse partie des emplois va disparaître. Surtout les moins qualifiés. Alors on me dira qu'on réduira juste le temps de travail et on se partagera les jobs très qualifiés qui resteront. Mais j'objecterai que tout le monde n'a pas les capacités pour faire un job très qualifié, voire peu de monde en fait.

Dans le même temps, une autre force de fond, contraire, est à l’œuvre. Le peak everything, pointe vers une raréfaction de l'énergie et des matières premières, une démographie explosive et une forte dégradation de l'environnement.


L'énergie, ce sont les glucides de l'organisme monde, et les matières premières les protéines. S'il n'y a pas les protéines, il y aura un problème pour construire tous ces robots et moins de matières à transformer pour produire des biens. S'il n'y a pas les glucides, il y aura un problème pour fournir l'énergie permettant le retravail du monde, c'est à dire la transformation de la matière en autre chose. Le peak everything lui pousse vers plus de travail humain pour compenser une énergie et des ressources devenant de plus en plus chères (on pense à l'agriculture par exemple).

Difficile d'imaginer vers quel avenir ces deux tendances de fond contradictoires vont pousser.

Quoi qu'il en soit, le niveau de dignité humaine est intrinsèquement lié à son utilité dans le système. On pense au citoyen soldat de l'antiquité d'un côté, et à la plèbe occidentale informe, débilitée consciencieusement et en démocratie d'opérette de l'autre.

Et ces questions sont fondamentales. L'infrastructure conditionne la superstructure. C'est la base de l'évolution du monde, et le reste, c'est à peine plus que du bruit médiatique.

Et c'est difficile d'imaginer un humain maintenu dans sa dignité par le système, dans un monde où il est devenu totalement inutile et un poids mort intégral.

Comment la religion de la modernité et du progrès, qui n'est en réalité qu'un utilitarisme forcené servant le profit, va t'elle retomber sur ses pieds ?

Je ne peux m'empêcher de repenser à cette page de la BD de la guerre éternelle, où on le voit revenir sur terre dans le futur. L'Humanité est poussée à l'homosexualité pour limiter les naissances, il y a un chômage organisé et en gros une forte rareté des ressources réelles, les gens étant condamnés grosso modo à s'abrutir devant la télé dans leurs appartements en béton plastique, les soins de santé sont limités passés 60 ans selon l'utilité de la personne, etc etc...



Face aux contraintes quasiment insurmontables qui s'annoncent, il me semble de plus en plus évident que les pires totalitarismes sont devant nous... Et que ce qui est décrit dans la guerre éternelle est peut-être encore ce qu'on peut espérer de mieux...

Les Georgia Guidestones, aux dernières nouvelles :


Tout est dans cette image... Et je ne saurais dire qui a raison...

35 commentaires:

  1. comme d'habitude ça ne prend pas en compte la recherche spatial, on va ramener des produits de l'espace, ni l'optimisation des cultures sans utiliser de champs mais des ultra-ogm sur lusieurs étages comme des étagère et non plsu sur un champs 2d, l'optimisation par internet du système de santé médicale, l'amélioration par thérapie génétique de tous ces autismes qui nous coûtent actuellement 800euros par jour dans des hôptitaux de jour, on est effectivement dans une révolution mais pas forcément dans un scénario catastrophe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super commentaire, merci, juste pour rire en parlant du système de santé z'avez vu passer un énième bb oublié dans la voiture par son papa, médecin cette fois, en nouvelle calédonie. Les produits extra-terrestres sont arrivés trop tard. Ah et fouyaya 800E d'autisme par jour, c'est beaucoup ? A troll troll et demi, Merci pour ce billet M. Tonio, changez rien il vous dirait que c'est trop long ;)

      Supprimer
  2. Bon retour parmi nous, Tonio !
    Sur l'article je suis d'accord, et je vais m'acheter la BD pour voir ce que l'avenir nous réserve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour info : il y a 3 BD sur "La Guerre Éternelle". Elles sont une (très bonne) adaptation du roman de Joe Haldeman.

      Supprimer
  3. la 2eme vidéo est totalement manichéenne c'est n'importe quoi.
    la gentille nature qui tue des millions d'enfant avec le paludisme véhiculé par les moustiques
    quand un ours blanc rencontre un campeur et bien c'est bisous de la nature: il tue le campeur

    http://www.maxisciences.com/ours-polaire/norvege-un-ours-polaire-tue-un-touriste-britannique-de-17-ans_art16192.html
    http://www.rtl.be/info/monde/international/1021221/quebec-un-randonneur-endormi-attaque-par-un-ours-polaire
    ...

    RépondreSupprimer
  4. La guerre éternelle c'est avant tout un excellent bouquin de SF d'un ancien vétéran du vietnam.

    Quand au commentaire sur l'ours blanc, les touristes feraient bien de rester chez eux les ours sont obligés de bouger a cause des pollutions et invasion massives des humains....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste de ces vérités inconfortables, mais belles et bien réelles... L'Homme (et sa Fiancée) est de la viande pour les prédateurs. Certes l'égo, l'intelligence, la supériorité technologique, et tout et tout, mais de la viande quand même. On oublie ces choses là dans les grands espaces de nos villes si confortables.

      Lorsqu'un vert Nono oublie ces vérités fondamentales, beeeennn... il fini en paté pour ours.

      Je serais pour un service civil obligatoire : pour tout adulte en santé et en âge de production, son droit de manger/consommer de la viande serait lié à une semaine par an à travailler dans les abattoirs et autres "usines de transformation". Certes, c'est un tantinet facho, mais d'un autre côté, ça remettrait un petit peu de réel dans la vie de plusieurs Bobos déconnectés...

      Supprimer
  5. On arrive en 2015, et il faut bien reconnaitre que les prophètes de l'apocalypse (Delamarche, LEAP, Jovanovic, Lupus, Faber, Berruyer, PSG, etc.) qui annoncaient la fin du monde depuis 2007 se sont bien plantés (et doivent maintenant inventer d'autres sujets pour maintenir leur temps d'antenne). Ca ne veut pas dire que les béats de la croissance cyclique et éternelle ont eu raison, mais ca veut dire que les évolutions sont très lentes, qu'il n'y a pas de mur de la dette, que les US sont encore largement supérieurs à leurs concurrents (pour maintenir le dollar, attirer les investissements, maintenir les taux bas, contenir le chomage), qu'il n'y a pas d'alternative (tous les mouvements d'opposition au système ont été inutiles, parce que fondamentalement ce système rend la vie de milliards assez facile).

    La suite? Sans doute la continuation de ce que l'on voit déjà: inégalités en hausse, une hyperclasse globale complice, des Etats et services publics en déchéance, une minorité globalisée, éduquée et riche qui surfe sur la vague, des pauvres dont le quotidien s'améliore un peu, et une classe moyenne massivement déclassée. Mais pas la peste noire du XIVème siècle.

    On arrive maintenant sur la question de la robolution et le peak everything. Et rebelote. Comme en 2007, des discours alarmistes basés sur des idées d'apocalyse scotchent le public. Vous avez vu les caissiers éliminés par les machines? Non, ces machines sont là en plus à coté des vieilles caisses, avec un caissier qui s'en occupe car elles marchent mal sans support, et qui parfois servent à augmenter les horaires d'ouverture à moindre cout (ce qui permettra d'ouvrir d'autres boutiques, d'employer, etc.)

    Les voitures automatiques, c'est joli en prototype sur une piste sous contrôle, mais c'est pas demain la veille qu'on verra nos vieilles voitures remplacées par des IA capables de controler le verglas, les noeuds de poule, les bords de route irréguliers, les aggressivités aux ronds-points, etc. La tendance c'est plutot la Dacia bricolable par beaucoup que la Tesla pilotée par Siri...

    Les robots hotesse d'accueil ou serveur? Amusant 5 minutes mais absolument incapable de générer une conversation humaine acceptable, un humain est encore ce qu'il y a de mieux pour cela et est compétitif en prix pour cela. Donc oui les robots transforment certaines industries, mais il y a aussi un développement de nouveaux emplois, services, etc. Emplois souvent mal payés et précaires, mais emplois quand même, pas un apocalypse avec 50% de chomage vie.

    Quand aux peaks. On en parle, on en parle, et pendant ce temps les humains achètent par milliards des voitures, des smartphones de moins en moins chers qu'ils renouvellent tout le temps, le commerce international ne fait qu'augmenter. Bien sûr que des matières premières deviendront rares, que les habitudes changeront (on présentera cela comme étant à la mode de manger des steaks faits d'insectes), mais là aussi il y a une marge énorme, et cette transition prendra des décennies.

    Piero San Giorgio a fait son beurre avec son bouquin, tant mieux pour lui. Mais j'espère que peu ont été les gogos qui sont allés s'enfermer dans une ferme en pleine forêt avec une pétoire et des boites de conserve: ceux-là n'auront réussi qu'à perdre leur famiille et un futur plus confortable.

    C'est bien d'être lucides sur les défis qui nous attendent, c'est bien de faire du sport, du jardinage ou du bricolage, mais sachons rester l'écart des bonimenteurs qui font leur beurre de l'apocalypse, et réfléchissons aux évolutions de nos vies d'une manière réaliste et intelligente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre tempérance est bien compréhensible. mais finalement vous proposez juste de ne rien changer, de suivre la vague, de consommer la confiture qu'on balance aux cochons, et demain est un autre jour... Vous êtes heureux de l'évolution du monde tout en reconnaissant à demi-mots qu'il ira de pire en pire. L'effondrement sera dans 20 ans ? Alors dansons maintenant. Mentalité compréhensible que je ne critiquerai en aucun cas mais qui personnellement ne me sied pas.
      Votre utilisation finale du mot "défi" a résonné comme une ode à Jacques Ellul qui a analysé dans le "bluff technologique" la manipulation de la société pour laquelle tout devient constamment "enjeu","défi" et "pari" afin de justifier l'installation de l'évolution technique et le détachement du passé.
      Quand à la "marge énorme" dont dispose l'humanité, soit vous avez des infos à nous révéler, soit vous avez des échelles de temps différentes des miennes ce qui explique que pour vous "demain c'est loin".

      Supprimer
    2. Totalement d'accord avec Anonyme de 18 août 2014 de 19:56 !

      Avant les Delamarche, LEAP, Jovanovic, Lupus, Berruyer, etc, il y avait les Chroniques Agora, Dedefensa (fatiguant dans ses obsessions antiamericaine) et d'autres, que je lisais déjà il y a 15 ans et qui annoncait déjà le krack mondial total et la fin du monde imminente.
      Sans oublier l'excellent Loic Abadie qui était une des références de la thématique et qui est maintenant passé à autre chose, se contentant de publier des conseils d'achats et ventes d'actions.

      La fin du monde... je n'y crois plus. Au pire ça ressemblera à la Russie de Eltsine. Et quand ça aura purgé, dans une ambiance de merde, peut être sous la direction d'une équipe FN, comme à l'époque l'AKP en Turquie.

      Ensuite quand le psychodrame aura passé, avec ou sans l'euro, ca repartira, et c'est tout.

      Supprimer
    3. @YL
      > L'effondrement sera dans 20 ans
      Non, l'idée c'est qu'il n'y aura pas d'effondrement, juste un long glissement. Oui des crises violentes sporadiques (guerres, catastrophes naturelles), mais business as usual quoi.

      > Quand à la "marge énorme" dont dispose l'humanité, soit vous avez des infos à nous révéler
      Je pense par exemple aux 40% de production alimentaire en Europe qui sont jetés (avant ou après la vente).

      > Alors dansons maintenant.
      D'une manière générale il me semble que l'usage du "nous" est innaproprié dans cette situation. Les structures collectives sont inopérantes pour gérer un changement (les entreprises qui ne s'adaptent pas feront faillite, les gouvernements sont un cirque depuis longtemps, les syndicats inutiles voire nuisibles). La plupart des gens ne comprennent rien ni d'ont intéret pour tout cela, rien ne sert de perdre du temps ici. (Sauf si comme PSG, Berruyer, Jova etc, on cherche non pas à préparer le futur mais à faire son beurre aujourd'hui en attirant du monde en jouant sur la peur et en vendant des livres). On peut réfléchir à des solutions entre personnes concernées (ce blog est idéal pour cela), mais l'application des solutions sera forcément personnelle, donc pas de révolution ni de décroissance comme idéologie, mais oui à l'émigration ou se mettre à des cours de close combat si on craint des débordements près de chez soi.

      Supprimer
  6. La robolution va amener du chômage ?!

    C'est sur. Il parait que l'invention de la roue avait affamé des millions de gens et fait retourner l'humanité dans la préhistoire.

    Pour ce qui ne comprennent pas ce qu'est le progrès économique et les bienfaits qu'apportent les avancées techniques à l'humanité, je conseille la lecture de sophismes économiques de Frédéric Bastiat.

    http://bastiat.org/fr/obstacle_cause.html

    Car les angoissés du progrès confondent l'obstacle et l'abondance. Il commettent l'erreur marxiste de croire que les besoins de l'homme sont finis.
    Au contraire, les besoins sont infinis.

    Et quand bien même seraient-ils finis; que m'importerait de n'avoir rien à faire si je ne manquais de rien !

    Rassurez vous, ils est impossible de ne manquer de rien, il est donc impossible de n'avoir rien à faire.

    SJA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le genre "sophisme économique", vous semblez pourtant en commettre un énorme qui porte à croire que vous avez oublié cette célébre formule :« Celui qui croit qu'une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »
      Oui, l'homme a beau avoir des besoins infinis (enfin c'est ce que nous fait croire la publicité), le monde est lui bien fini, dé-fini-tivement.

      Supprimer
    2. @YL
      Ah bon? L'univers n'est pas infiniment grand, et le microscopique infiniment petit?
      L'homme aura toujours des idées pour exploiter de nouvelles matières pour de nouveaux usages et avec de nouvelles manières. Et nous savons bien que les technologies sont pour beaucoup déjà prêtes.
      La question n'est pas celle de l'abondance vs finitude, la question est de connaître le coût que l'humanité devra payer avant de retrouver une nouvelle prospérité. En terme de réduction de la population (par guerres, épidémies, désastres naturels), et de pauvreté physique et mentale.
      Au moyen age la Peste Noire a éliminé en 20 ans la moitié de la population européenne. S'en est suivi une ère de prospérité. Mis à notre échelle actuelle et globale, 4,5 milliards de mort pourraient par exemple n'être qu'une étape avant une nouvelle prospérité. Tu penses que la réduction du salaire minimum, d'allocs ou de la consommation en essence c'est du pipi de chat à côté.

      Supprimer
    3. L'homme a des besoins infini car il aspire à la toute puissance éternelle. Rien à voir avec la publicité.
      Et le progrès économique, c'est (comme son nom l'indique) "avoir plus en faisant moins". Et non pas "faire plus" comme se l'imaginent les keynésiens et autres marxistes.

      Pour en revenir à l'invention de la roue. Le chemin est fini, la quantité transportable est fini et pourtant la roue permet la croissance économique. La finitude du monde n'a aucune influence sur la croissance économique.
      La seule chose qui en a, c'est le progrès technique au sens large qui permet à l'homme de franchir de nouveaux obstacles.

      SJA

      Supprimer
    4. Avant de nous réciter ta bible du petit lib-lib, il faudrait déjà la lire : Bastiat dit exactement la même chose que dans le reportage

      "Pour dire que le travail humain finira par manquer d'emploi, il faudrait prouver que l'humanité cessera de rencontrer des obstacles. — Alors le travail ne serait pas seulement impossible, il serait superflu."

      En 1850, ce n'était qu'un concept, aujourd'hui, on voit très bien à quoi ça peut ressembler. D'ailleurs, avec une énergie infinie et gratuite, on y serait déjà.

      Et bien sûr que sans ce dopant débile qu'est la pub, de nombreuses activités nuisibles seraient évité et de nombreux travailleurs supplémentaires seraient sans emplois.

      Si on résout le problème de l’énergie et des matières premières (c'est pas gagné), il n'y a aucune raison que le travailleur lambda ne deviennent pas aussi inutile que le cheval a son époque.

      Supprimer
    5. Et combien le progrès technique a-t-il créé d'obstacles qui rendent plus incertain que jamais l'avenir du monde, quand les aléas des saisons et des disettes ne nécessitaient qu'un peu de connaissance pour être dépassés ?

      Supprimer
    6. @YL: Et oui! l'être humain doit ses réussites dans l'amélioration de sa qualité de vie à de la prise de risque! Enfin, historiquement, car c'est sur que pour certains pays où une population âgée a peur de tout et refuse de bouger, on ne peut attendre que du recul...

      Supprimer
    7. En venant de lire ça je me suis senti obligé de l'écrire : "Il s'est produit une inversion radicale entre le temps de l'usage et le temps de l'élimination.[...] Les produits de la technique sont incapables de s'insérer dans les rythmes propres à l'homme, au monde naturel et à sa possibilité d'avenir. Enfin nous avons l'habitude rappeler qu'il ne peut pas y avoir de croissance infinie dans un monde fini : ceci concerne l'espace. Mais il faut prendre conscience que cette même impossibilité concerne le temps.[...] Si on considère la quantité des innovations techniques depuis 20 ans c'est une courbe "surexponentielle", de croissance infinie dans un temps fini qui vient s'aplatir impitoyablement sur l'asymptote verticale. Je pense que cette mutation complexe de la relation au temps qui n'est pas encore ressentie produira des désordres psychiques s'inscrivant dans la désagrégation des sociétés." Jacques Ellul 1988

      Supprimer
    8. Pourquoi n'est il pas possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini ?

      La question est très sérieuse, et il va falloir aller au delà de la citation de personnes connues pour convaincre.

      Pour répondre à cette question il y a un pré requis : comprendre ce qu'est la croissance.

      En essayant de répondre à cette question par vous même vous devriez assez vite vous rendre compte que vous comparez des choses très différentes et qu'il est tout à fait possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini.

      Merci à Anonyme d'éveiller les esprits.

      Supprimer
  7. Concernant la deuxieme video, ce qui est desolant, c'est que meme quand quelqu'un comme Krishnamurti aborde le probleme des conflits a la racine, personne ne semble interesse.
    Les individus se perdent dans de l'hyperconceptualisation du monde esperant pouvoir amener un changement en dehors d'eux meme, comme si les 7 milliards d'individus ne constituaient pas le probleme dans chacune de ses individualites.

    Pendant ce temps la, on parle de technologie, de politique, de religion, de quantites de domaines ou l'espoir pour un monde meilleur reside encore. Et on ne voit pas que ce meme espoir n'est qu'un autre instrument de controle, visant a perpetuer le chaos.

    Bref, a quand un article sur J. Krishnamurti Tonio ? Tu perdrais beaucoup de monde, mais je ne vois jusqu'a present sur ce blog que des contraintes et aucune porte de sortie que l'avenement d'un quelconque systeme pourrait garantir.

    Loveyall

    RépondreSupprimer
  8. combat robt Vs humain ?
    avant qu'un robot ait la puissance d'adaptation et la souplesse d'un humain ...
    le vaiqueur sera humain. c'est juste une affaire de motivation. et la motivation ça peut être un ideal (ceux qui bossaient sur le programme Concorde était portés par un idéal et leur passion), ça peut être un flingue sur la tempe et ça peut être une pression de type chômage. quand on a faim on bosse aussi bien qu'un robot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > quand on a faim on bosse aussi bien qu'un robot
      Oui mais plus cher, et on a besoin de dormir, on peut tomber malade, etc. Pour tous ces cas, le robot sera plus compétitif: la personne alors rendue économiquement inutile aura-t-elle non la motivation mais les capacités pour retrouver un travail pour lequelle elle sera plus compétitive que le robot? Si c'est le cas, pour quel salaire?

      Supprimer
  9. http://www.lefigaro.fr/voyages/2010/09/25/03007-20100925ARTFIG00002-j-ai-vecu-six-mois-en-ermite-au-bord-du-lac-baikal.php

    RépondreSupprimer
  10. Jeudi 21 août 2014 :

    Changement climatique : il faut se préparer au pire, selon les météorologues.

    Les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météo des prochaines décennies lors d'un congrès international, qui s'est conclu jeudi à Montréal. Au programme : sécheresses, inondations et élévations du niveau des océans.

    Turbulences aériennes accrues, épisodes polaires et caniculaires toujours plus extrêmes, vagues géantes dans les océans : les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météorologie des prochaines décennies lors d'un congrès international qui s'est conclu jeudi 21 août à Montréal (Canada).

    http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/changement-climatique-il-faut-se-preparer-au-pire-selon-les-meteorologues_674829.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont surtout occupés à essayer de comprendre pourquoi le réchauffement s'est arrêté.

      http://www.lepoint.fr/environnement/l-atlantique-responsable-de-la-pause-du-rechauffement-climatique-22-08-2014-1855724_1927.php

      Supprimer
  11. En 2025, il y aura un point négatif : nous n'aurons plus d'emploi parce que les robots feront le travail à notre place.

    Mais il y aura un point positif ( ! ) : nous baiserons avec notre « sexbot » !

    Lisez cet article hilarant :

    En 2025, nous aurons tous un « sexbot », et ce sera une bonne chose, car une grande partie d'entre nous n'auront plus d'emploi.

    D’ici 2025 - dans à peine 10 ans - les partenaires sexuels robotiques - ou sexbots - seront devenus monnaie courante. C’est la conclusion d’un rapport de 66 pages publié par Pew Research, intitulé «AI, Robotics, and the Future of Jobs ». Les chercheurs ont spéculé sur la part que les robots pourraient prendre dans nos vies quotidiennes compte tenu du rythme des progrès que nous enregistrons actuellement.

    Selon Stowe Boyd de GigaOM « Les partenaires sexuels robotiques seront monnaie courante, même s’ils continueront à être des objets de mépris et de division, un peu comme certains critiques aujourd'hui déplorent les selfies qu’ils considèrent être un indicateur de ce qui ne va pas dans notre monde. »

    Ces robots sexuels n’auront pas nécessairement une intelligence humaine, mais ils ressembleront beaucoup à des humains, et ils bougeront et se déplaceront comme de véritables humains. Globalement, ils présenteront suffisamment de similitudes avec les hommes pour satisfaire leurs besoins sexuels les plus urgents.

    On peut également imaginer qu’ils auront un impact certain sur l'industrie du sexe, et qu’ils pourraient ravir les emplois d’un certain nombre de travailleurs du sexe. Si Lovotics – l'étude des relations entre les humains et les robots – accomplit des progrès significatifs et que les gens se mettent à tomber amoureux de leurs sexbots, les répercussions pourraient être encore plus importantes.

    http://www.express.be/business/fr/economy/en-2025-nous-aurons-tous-un-sexbot-et-ce-sera-une-bonne-chose-car-une-grande-partie-dentre-nous-nauront-plus-demploi2/207267.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent BA !

      Au fait, tu commence à comprendre pourquoi les gars se foutent de toi quand tu nous annonces depuis 5 ans qu'on va droit (mais lentement ?) dans le mur ?

      Supprimer
    2. Depuis 5 ans ?

      Comment ça, depuis 5 ans ?

      Le peuple français a choisi de foncer vers le mur depuis mai 1974, quand il a élu l'européiste Valery Giscard d'Estaing.

      Depuis mai 1974, le peuple français vote toujours pour des européistes du centre, pour des européistes de droite, pour des européistes de gauche.

      Avec un tel élan (40 ans), l'impact n'en sera que plus ... explosif.

      Supprimer
    3. Je ne suis pas immortel, si le mur, c'est dans 150 ans (50 ? Oui 50 aussi), je pense qu'on peut s'occuper d'autre chose.

      Le problème n'est pas tellement quand va-t-on sortir de cette escroquerie, le problème c'est qu'on y a toujours été et qu'ils maîtrisent maintenant très bien la bête.

      Tout ce que tu dis serait parfaitement exact si un minimum de règles étaient respectées mais aucune ne le sont. État de droit ? Mon cul ! Enfin, si pour toi et quand ça les arrange.

      Supprimer
    4. "le problème c'est qu'on y a toujours été et qu'ils maîtrisent maintenant très bien la bête."

      J'éclate de rire !

      Tout est sous contrôle !

      Ecroulé de rire !

      En réalité, le système est devenu tellement complexe que plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

      Supprimer
  12. Cher Tonio, nous espérons que ton été aura été fructueux. Traditionnellement ta rentrée s'accompagne d'idées nouvelles, nous sommes curieux de savoir comment ces projets et analyses progressent, et pour un certain nombre impatients que la dynamique du blog redémarre!
    A très bientôt espérons...

    RépondreSupprimer
  13. Un vassal des Etats-Unis peut être recruté dans les partis politiques de droite, mais il peut aussi être recruté à gauche.

    Par exemple, Najat Vallaud-Belkacem est une "Young Leader".

    Young Leaders français recrutés à gauche : Frédérique Bredin, François Hollande, Anne Lauvergeon, Bruno Le Roux, Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle, Pierre Moscovici, Alain Richard, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, ...

    Young Leaders français recrutés à droite : Nicolas Bazire, Jérôme Chartier, Yves Censi, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Léotard, Emmanuelle Mignon, Eric Raoult, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, ...

    Young Leaders dans les médias : Alexandre Bompard, Hedwige Chevrillon, Jérôme Clément, Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Emmanuel Chain, Matthieu Croissandeau, Louis Dreyfus, David Fontaine, François Dufour, Stéphane Fouks, Bernard Guetta, Sylvie Kauffmann, Yves de Kerdrel, David Kessler, Laurent Joffrin, Philippe Manière, Dominique Nora, Olivier Nora, Christine Ockrent, Denis Olivennes, Pascal Riché, Thierry Pfister, Mathieu Pigasse, ...

    Young Leaders économistes : Philippe Askenazy, Guy Sorman, ...

    Young Leaders dans la finance : Bertrand Badré, Henri de Castries, Hakim El Karoui, Pierre Mariani, Alain Minc, Mathieu Pigasse, ...

    Young Leaders dans l'université : Eric Fassin, Jean-Noël Jeanneney, Yves Lichtenberger, ...

    http://fr.scribd.com/doc/92211778/Fondation-franco-americaine-liste-des-Young-Leaders-francais-depuis-1981-French-american-foundation

    Emmanuel Macron est le nouveau ministre de l'Economie.

    Emmanuel Macron est un banquier d'affaires, qui travaillait à la banque Rothschild.

    « Début 2012, il est nommé gérant et pilote l'une des plus grosses négociations de l'année (le rachat par Nestlé d'une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de 9 milliards d'euros lui permet de devenir millionnaire. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron

    Du 29 mai au 1er juin 2014, à Copenhague, Emmanuel Macron était un des participants au groupe Bilderberg.

    Mais il y avait à cette réunion du groupe Bilderberg 2014 une autre socialiste : Fleur Pellerin.

    Fleur Pellerin vient d'être nommée ministre de la Culture et de la Communication.

    http://www.bilderbergmeetings.org/participants.html

    Emmanuel Macron et Fleur Pellerin seront les ministres de Manuel Valls, qui lui avait participé à la réunion du groupe Bilderberg 2008.

    A la réunion du groupe Bilderberg 2008, Manuel Valls était accompagné d'autres socialistes : Hubert Védrine, Christine Ockrent, ... et Jean-Pierre Jouyet, qui est aujourd'hui secrétaire général de la présidence de la République.

    Lisez cet article écrit par Bruno Fay :

    Le président du Bilderberg a confiance en Manuel Valls.

    http://www.reporterre.net/spip.php?article2518

    RépondreSupprimer
  14. Inaptocratie :

    http://www.wikiberal.org/wiki/Inaptocratie

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.