lundi 24 novembre 2014

La police US, symbole de la transformation de la république en Empire

Un simple tour sur google images, à "USA militarized police" suffit à comprendre l'enjeu. Comme d'hab, les USA, ont 10 ans d'avance. Tant sur la mise en place de l'Empire que sur la décivilisation.

Une police ultra violente et méprisante, en guerre contre son peuple, pour faire tenir le bousin multi culturel avec distribution d'argent gratuit de plus en plus rare à une plèbe impériale abrutie, indécente et déresponsabilisée sous tittytainement...



Parce que c'est un tout.

Et tout ça va se coupler à des lois de criminalisation de tout ce qui conteste le status quo, dans le même temps que le système va tolérer de plus en plus, faute de moyens, la criminalité de tous les jours (s'apparentant de plus en plus à une guerre civile de basse intensité).



Dans les deux images, y a pas que les flics qui ont changé...

5 commentaires:

  1. Comment faire pour sortir de cet empire ?
    Le contrarien parle ce matin d'un plan secret de l'Allemagne pour sortir de l'euro. Par effet de ricochet, tout l'édifice s'effondrerait. Franchement on aimerait bien y croire mais vu le zèle de Merckel, l'accélération de la mise en place du Tafta et le retour ces derniers temps d'éventuels euro-bonds rendent peu crédible cette idée.

    RépondreSupprimer
  2. Un noir est tué par la police toute les 28 heures aux USA.
    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201411/25/01-4822205-un-noir-tue-par-la-police-toutes-les-28-heures.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4822129_article_POS2

    RépondreSupprimer
  3. Aujourd'hui, les bulles boursières continuent à gonfler.

    Les bulles des dettes publiques continuent à gonfler.

    Les bulles des dettes privées continuent à gonfler.

    En réalité, toute l'économie mondiale repose sur …
    … des bulles de dettes.

    Et ce sont les banques centrales qui continuent à gonfler toutes ces bulles.

    Dernier exemple en date : la BCE vient d'annoncer qu'elle va injecter 1000 milliards d'euros supplémentaires dans le système.

    Malheureusement, les bulles boursières ne peuvent pas gonfler jusqu'au ciel.

    Malheureusement, les bulles des dettes publiques ne peuvent pas gonfler jusqu'au ciel.

    Malheureusement, les bulles des dettes privées ne peuvent pas gonfler jusqu'au ciel.

    Préparez-vous au grand « Plop ! »

    L’International Center for Monetary Banking (ICMB) a additionné trois dettes :
    dette publique + dette des ménages + dette des entreprises.

    Le vainqueur de la coupe du monde est l'Irlande.

    1- Médaille d'or : Irlande.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 442 % du PIB.

    2- Médaille d'argent : Japon.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 411 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 379 % du PIB.

    4- Belgique : 350 % du PIB.

    5- Grèce : 304 % du PIB.

    6- Espagne : 300 % du PIB.

    7- Pays-Bas : 294 % du PIB.

    8- Suède : 293 % du PIB.

    9- Canada : 284 % du PIB.

    10- Royaume-Uni : 276 % du PIB.

    11- Etats-Unis : 264 % du PIB.

    12- Italie : 258 % du PIB.

    13- France : 254 % du PIB.

    14- Finlande : 242 % du PIB.

    15- Autriche : 235 % du PIB.

    16- Corée du Sud : 232 % du PIB.

    17- Hongrie : 223 % du PIB.

    18- Chine : 217 % du PIB.

    19- Australie : 209 % du PIB.

    20- Allemagne : 193 % du PIB.

    (Pour info : Russie : 43 % du PIB)

    Source : page 12 et page 60.

    http://cimb.ch/ICMB/Publications_files/Geneva16_2.pdf

    RépondreSupprimer
  4. Pourtant il me semble que des instituts économiques ont publier des graphiques ou on voit la dettes des pays industrialisés grimper à 180%, 200%, 250% en 2030 et au delà. Ca ne dérange personne apparemment.

    A ne pas rater, Charles Sannat sur BFM, avec un débat épique sur la robotisation et ou on apprend que la fabuleuse croissance chinoise à presque deux chiffres s'accompagne aussi d'une dette en très forte croissance.

    RépondreSupprimer
  5. Tout ça repose sur l'absurde politique dite de la "vitre brisée", ce fantasme de droiteux aussi destructeur que l'angélisme des gauchos. Politique que la droite s'efforce d'importer au forceps depuis 20 ans.

    Si jamais tu as le temps, lis freakonomics de Stephen Levitt : http://freakonomics.com/

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.