samedi 15 novembre 2014

Un nouveau Baghdad Bahn

Le Canard Boiteux Regarde Passer La Caravane De La Route De La Soie Par Pepe Escobar
via Le blog à Lupus, 15/11/2014 (en Français texte en français )
→ lien

Photo de famille à la réunion de l’APEC, du 10 au 12 novembre 2014

Regardez les photos officielles de plus près. La position de chacun en dit long, surtout en Chine, où la signification symbolique a une importance capitale. Regardez qui se retrouve à la place d’honneur, juste à côté du président Xi Jinping. Regardez maintenant où on a relégué le canard boiteux chef d’État de la nation indispensable. C’est vrai que les Chinois sont aussi passés maîtres dans l’art d’envoyer un message universel.

Tout converge de nouveau vers l’offensive plurinationale la plus spectaculaire, ambitieuse et généralisée encore jamais menée en matière d’infrastructure : la mise en place de nouvelles et multiples Routes de la soie, qui forment un réseau complexe de trains à grande vitesse, de pipelines, de ports, de câbles à fibres optiques et d’équipement de télécommunication ultramoderne que la Chine est déjà en train de construire dans les pays de l’Asie centrale et dont les ramifications s’étendront à la Russie, à l’Iran, à la Turquie, à l’océan Indien et même jusqu’à Venise et Berlin, en Europe.



2014 / 1914...

Je vous renvoie au Baghdad Bahn, qui comme l'explique Pierre Hillard, est une raison beaucoup plus sérieuse à la première guerre mondiale que l'assassinat d'un obscur archiduc dans les balkans.

Chemin de fer Berlin-Bagdad
Wikipedia, 15/11/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Dans la Première Guerre mondiale

Le chemin de fer de Bagdad joue un rôle prédominant dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale. À partir de 1910, l'Allemagne doit faire face à un manque de capitaux pour le maintien des positions économiques obtenues précédemment. À la fin de 1912, alors que le tronçon Andaliya- Mossoul est en construction, l'Allemagne n'a plus les moyens financiers de l'achever, ce qui est palpable à la fin de 1913, alors le gouvernement turc se tourne vers la France et la Grande-Bretagne.

À ce titre, le chemin de fer de Bagdad joue un rôle majeur dans la stratégie allemande, car il lui permet de s’affranchir des importations de pétrole américain et de s’approvisionner malgré le blocus maritime. Il est encore plus important pour l’Empire Ottoman, car il lui permet de maintenir la liaison entre les différents fronts, lors de l’offensive de 1915 contre le canal de Suez, puis des différentes opérations en Arabie, Mésopotamie et Syrie-Palestine. Le harcèlement de la ligne par la guérilla arabe est une des causes de la débâcle ottomane de 1918.

Le pétrole devenait la ressource montante, notamment pour la marine, alors que le charbon devenait trop rare pour les besoins de tous.

L'affrontement à venir, même si il n'aura pas les mêmes formes (cf l'utilisation du monopole de la tuyauterie financière, ou de révolutions colorées "démocratiques" et Soriosiennes par l'Empire de le Bien), aura les mêmes raisons :
   le grand retour de Malthus dans l'histoire.
   la question éternelle du tribut et de l'esclavage : à savoir qui travaille et sue gratuitement pour qui.

Et qui supporte le niveau de vie luxueux de quelle oligarchie/bureaucratie/populace inutile et improductive. Car pour sortir de la dialectique gôchiste, il ne s'agit pas que de l'establishment parasitaire bancaire, maître des symboles. Il faut bien appréhender également qu'un RMIste professionnel français vit 3 fois mieux qu'un ouvrier chinois bossant 50h par semaine (et je vous parle même pas d'une ouvrière du textile au Bangladesh). Je rappelle qu'au vu du déficit commercial français, chaque français consomme pour 100€ par mois de produits importés (au prix importé, pas en magasin) qu'on fait semblant de payer.



Et on voit bien que le centre du monde, là où se situe le cœur de la masse ouvrieuse, culturellement cohérente, ayant la dynamique pour elle, et aux valeurs solides et à l'endroit (cf confucianisme) n'est plus du tout dans un occident socialisé, multi-culturalisé, faignant, ayant oublié toutes les valeurs qui ont fait sa force (cf les killer apps de Niall Ferguson). L'occident apparaît d'ailleurs de plus en plus au reste du monde comme le décor de carton pâte en phase de putréfaction avancée qu'il est, allant même jusqu'à perdre ses derniers avantages technologiques, par utilisation de ces derniers comme moyens de flicage et de répression mondiaux (finance, Internet, etc etc).

La situation n'est pas sans rappeler la situation de l'Empire britannique en 1914, complètement dépassé par l'industrie allemande, qui imposait son libre-échange à coups de canons, et était capable de saloperies intégrales comme le règlement du déficit de la balance commerciale avec la Chine par la drogue et la guerre de l'Opium (sortie de l'histoire imposée aux chinois que ces derniers ne sont pas près de pardonner d'ailleurs, à raison)...

Pour reprendre une dialectique très soralienne, il s'agit une fois encore pour la thalassocratie groucho-bancaire et nomade, maîtresse des symboles, du paraître et du mensonge (vous savez... l'économie "politique" du ponzi généralisé), de s'imposer à l'économie productive, industrielle, terrienne, faite de réel, d'investissement, et de sueur, qui émerge en Asie.

Le combat qui se passe en Europe pour faire plier l'Allemagne aux conceptions thalassocratiques, notamment à la BCE, est à placer dans le même rapport de force, quasi religieux.

Là où je ne comprends pas l'Empire de le Bien du $, c'est pourquoi ils ont chassé la Russie dans les bras de la Chine, plutôt que d'essayer de la mettre de leur côté. Il y a surement quelque chose de l'ordre de l'hybris et de la dynamique d'auto-destruction absurde telle qu'explicitée par De Defensa.

4 commentaires:

  1. "pourquoi ils ont chassé la Russie"

    Regarde les reportages de Russia Today sur le conflit israélo-palestinien, c'est peut-être un indice.

    Non pas que la situation soit binaire, car la Russie sait ménager la chèvre et le choux et Israël aussi. Par contre les sionistes américains étant plus sionistes que les Israéliens eux-même, toute liberté de la Russie la classe parmi les ennemies du nouvel ordre mondial américain.

    On voit bien cette complexité chez Attali qui étant un vrai mondialiste (biblique) n'a aucun problème à supporter la Russie, à la différence de BHL qui lui est un sioniste pur jus US.

    Ne doutez pas que ce qui domine le monde politico-médiatique en France, c'est ce sionisme US intégriste qui choque même une partie des Israéliens et c'est une exception en Europe.

    RépondreSupprimer
  2. Une des raisons qui à mon avis peut expliquer l'expulsion de la Russie: son peuple. Couper pendant 70 ans de leur religion et tradition, la fin du bolchévisme leur a permis un retour au source. Venir leur dire dans les années 90 de les abandonné à nouveau leur semblait impossible, il faudra le double voir le triple de temps pour asservir le peuple russe au même niveau que le peuple francais fut asservis (abandon religieux, traditionnel, moral,étique, collectif, d'indépendance, de souvaireneté, de valorisation du travail etc....) un bon siècle la ou la France fut soumise en moins de 40 ans. L'asie (ré)émergent, le calendrier ne le peut pas.
    Ceci dit l'option d'une révolution orange en Russie est surement toujours dans les tuyaux, le problème elle ne trouve que peut d'écho en Russie, l'armée et une partie non négligeable du peuple russe sont du coté de Poutine. Le coté binaire anglo saxon sera leur perte, "Si vous êtes pas avec nous vous êtes contre nous", une Russie neutre aurait mieux valu vu se qu'il se passe actuellement pour eux. Le fait qu'ils haussent les slaves n'y est peut être pas pour rien non plus.

    RépondreSupprimer
  3. Pour info, rares sont ceux qui ont à l'esprit cet épisode du train Germano/Ottoman qui aurait pu changer l'histoire.

    http://youtu.be/QRTBEJtQFxc?list=UUBx_2HkT0w8ESW58_NrB-1w

    RépondreSupprimer
  4. La Russie est un peu comme l'Iran, un épouvantail surmédiatisé mais qui pèse en fait assez peu sur le l'Occident.

    La vraie menace pour la suprématie américaine est la Chine, dont l'intelligente stratégie consiste à construire une alternative par petits pas de sorte qu'aucune de ses décisions soit assez provocante pour obliger les américains à réagir. C'est une stratégie d'étranglement qui est:
    - lente, en s'étendant sur plusieurs décennies (commencée à la fin des 70)
    - globale: des alliance et partenariats sont méthodiquement construits dans tous les continentes, dernièrement avec le Canada et l'Australie)
    - complète: d'abord économique, puis diplomatique aujourd'hui avec les BRICS, puis plus tard militaire.

    Vue la pénétration déjà réelle de cette stratégie, l'apathie américaine peut surprendre. Une ébauche d'explication est qu'il est erronnée d'avoir une lecture par pays. Ceux qui enchainent les victoires et gains, ce sont les oligarches de tous bords, les "Jack Ma" sont très solubles dans ce Wall Street mangeur de pauvres.

    Mais un doute apparait: l´élite de la Chine matérialiste et capitaliste est-elle de mèche avec ses homologues occidentales, ou s'agit-il d'un énorme leurre, pour finir par pendre Wall Street avec la corde qu'il a acheté à la Chine qui elle, travaille méthodiquement à s'imposer.

    Vous aurez vu il y a peu via Cash Investigation le "scandale" des enfants Chinois travaillant comme des esclaves dans des fabriques de smartphones. Des esclaves? Ne seraient-ce pas plutot des soldats, réquisitionnés pour se sacrifier et travailler à la victoire de la Chine? Les questionnements éthiques des classes moyennes occidentalles scotchées à leur smartphones pendant que leurs certitudes se font ronger progressivement n'en sont que plus ridicules.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.