vendredi 16 janvier 2015

La loi de la rareté

Une des lois essentielles de l'économie, la substance même de l'économie, c'est la gestion de la rareté. Le fait qu'il n'y aie pas une infinité de tout pour tout le monde.

Les marchés et la monnaie ne sont que ça d'ailleurs : un moyen d'attribuer les richesses et de gérer la rareté. En URSS ils avaient nié la rareté, et celle-ci s'est juste manifesté autrement : par des queues immenses devant des magasins vides.

Le problème avec la gôche, c'est qu'elle nie cette loi.

Elle veut aider tout le monde.

Or gouverner c'est choisir.

Quand on choisit de donner à quelqu'un, c'est autant de moins qu'on a à donner à d'autres.

Prenez les délinquants étrangers qu'on ne peut plus renvoyez chez eux. J'étais l'autre jour à Paris, à la goutte d'or. Des tas de gars, visiblement immigrés, avec des têtes de demi tueurs, y tiennent les murs. On nous dit, c'est l'humanisme, il faut que ces gens restent là.

Moi je dis, chacun de ces types coute 20 000€ par an.

En choisissant d'allouer l'argent à eux, vous ne pouvez pas l'allouer à d'autres.

Et pour citer Bastiat, il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas.

Reprenons mon exemple des 200 vélos par immigré chez nous. Parmi ces 200 familles qui n'auront jamais le vélo, imaginez le nombre d'enfants qui vont mourir du fait que leur famille n'aie jamais eu ne serait-ce qu'un vélo pour tenter de les sortir de leur situation de misère totale.

Je répète. Gouverner c'est choisir.

4 commentaires:

  1. Les traîtres.

    En France, il y a toujours eu des traîtres.

    Durant la Guerre des Gaules, la plupart des tribus gauloises ont résisté aux envahisseurs romains. La plupart des tribus gauloises ont rejoint Vercingétorix. Elles ont choisi la Résistance.

    Mais quelques tribus gauloises n'ont pas choisi de défendre la Gaule. Elles ont pris parti pour les envahisseurs romains. Elles ont choisi la Collaboration. Exemple : la tribu des Rèmes. Autre exemple : la tribu des Lingons.

    A propos des citoyens français qui trahissent la France, lisez ce dialogue entre Charles de Gaulle et Alain Peyrefitte :

    Général de Gaulle : On ne peut pas laisser gouverner les partis. Les partis sont anti-France, automatiquement.

    Alain Peyrefitte : C’est antérieur ! Condé [passé au service de l’Espagne en 1652], c’était avant les partis !

    Général de Gaulle : Bien sûr. Condé s’alliait avec l’étranger. La Ligue allait chercher les Espagnols. Les protestants allaient chercher l’Empire. Les Vendéens allaient chercher les Anglais. Et du temps de Vercingétorix, des tribus gauloises trahissaient déjà au profit de César. C’est un vice national.

    Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 2, Fayard, page 194.

    En janvier 2015, ça continue.

    En janvier 2015, il y a des milliers de traîtres en France.

    Tous ces traîtres forment une Cinquième colonne.

    - Deux citoyens français, Chérif Kouachi et Saïd Kouachi, ont dit qu'ils étaient envoyés par Al Qaïda au Yémen.

    - Un autre citoyen français, Amedy Coulibaly, s'est revendiqué de Daech (= l'Etat islamique en Irak et au Levant).

    - Deux autres citoyens français, Mehdi Belhoucine et Mohamed Belhoucine, viennent de rejoindre les rangs de Daech en Syrie. ILS ETAIENT ANIMATEURS JEUNESSE AVEC LES ENFANTS DES ECOLES D'AULNAY-SOUS-BOIS !

    Attentats : les frères Belhoucine, recherchés, étaient animateurs jeunesse à Aulnay.

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/attentats-les-freres-belhoucine-recherches-etaient-animateurs-jeunesse-a-aulnay-15-01-2015-4449911.php

    Oui, il existe une Cinquième colonne, ici, chez nous.

    Les traîtres sont parmi nous.

    RépondreSupprimer
  2. Ils ont déjà choisi :

    Le point sur la dette publique

    La dette des administrations publiques a augmenté de 7,8 milliards d’euros au troisième trimestre 2014 pour culminer à 2031,5 Md€. Dans sa note du 23 décembre dernier, l’INSEE précise que la dette publique représente 95,2 % du PIB, soit une hausse de 0,1 point par rapport au trimestre précédent. L’évolution de la dette de l’Etat est en léger repli - de 4,8 Md€ - pour s’établir à 1607,7 Md€, en raison principalement de la baisse du montant de la dette négociable à long terme. En revanche, la dette des administrations publiques locales (+0,5 Md€) et surtout celle des administrations de sécurité sociale (+12 Md€) sont en augmentation. Cette dernière est principalement imputable à l’Acoss dont l’endettement s’est alourdi de 9,3 Md€. Par rapport au 3eme trimestre 2013, la dette publique a ainsi augmenté de 96 Md€ représentant une part du PIB évoluant de 91,8 % à 95,2 %.

    La Fuite... jusqu'au mur.

    RépondreSupprimer
  3. Et ensuite ?

    On fait quoi ?

    Tu as voté pour qui en 1988, 1995, 2002, 2007, 2012 ?

    Lorsqu'on identifie une "cinquième colonne", c'est quoi le plus grave ? Le fait qu'elle existe ? Ou le fait que nous, les Français, ont tout fait depuis 40 ans, avec une constance stupéfiante, un esprit de suite ahurissant... pour la créer ?

    On ne peut pas reprocher aux musulmans fanatiques de vouloir nous convertir, tuer les blasphémateurs, imposer la charia en France : dans leur système de pensée, ils sont parfaitement rationnels et cohérents. ILS FONT LEUR BOULOT.

    D'un autre côté, notre responsabilité est énorme, directe, cinglante.

    Ces millions de musulmans, français ou pas, qui sont sur notre territoire et qui mécaniquement, logiquement produisent, sécrètent du djihadisme.... ils ne sont pas apparus par magie en janvier 2015 !

    Alors ?

    Tu proposes quoi ? Guerre civile pour détruire ces mauvais ou faux Français ?

    La vérité est qu'il n'y a pas de solution. La guerre est déjà perdue. Elle fut démographique, politique, et elle est DEJA finie.

    Ce n'est pas en 2015 "JeSuisCharlie" que l'on peut prétendre se réveiller et changer les choses.

    Alors, c'est là où Houellebecq révèle son génie visionnaire.

    La soumission, les Français au fond la souhaitent. Avec ardeur. Car elle sera plus confortable, au fond.

    Raspail eut la même fulgurance en 1973 quand il décrivit un choc de civilisation... mais tout en douceur. Dans la paix. Une implosion soft.

    Les Français méritent la soumission. Et la conversion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement.
      La solution pacifique c'était il y a 30 ans.
      La solution violente ... ce serait maintenant, mais comme elle n'aura pas lieu, comme tu dis, on déjà perdu.
      Il est trop tard, le pays est tombé, foutu, il faudra des générations entières pour le rebâtir, sachant que tous les jours le niveau d'éducation/instruction/culture G diminue, et que tu ne peux plus rien faire de ces gens pour le reste de leur vie (récupérer le retard alors qu'ils rament avec job et gosses ? lol)
      Tout ces gens ne comprennent rien à ce qui se passent et ne peuvent même pas comprendre ou sont les solutions.

      C'est bien joli de réfléchir a des solutions comme si tout le monde allait écouter/comprendre/agir ...

      Personne ne veut prendre de risque, ni sacrifier quoi que ce soit.
      Ceux qu'on des gosses ne bougeront pas. Les vieux non plus. Reste les jeunes ... lobotomisés !

      Autant dire qu'on est LOOOOOIIIIINNNNN de pouvoir s'en sortir, et si jamais on se réveillait, on ferait quoi au juste parce que la démographie, le temps, joue contre nous, tous les jours ?

      Il est déjà trop tard.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.