vendredi 13 février 2015

Vomi écôlôgiste chez Bourdin

Nicolas Hulot était invité de Bourdin ce matin pour nous vendre son blabla écologiste. (c'est pas encore en ligne, je vous laisse chercher)

C'était l'horreur...

Déjà, Bourdin qui fait le malin et essaie d'expliquer que le réchauffement climatique c'est la destruction de la couche d'ozone...    ... Élite d'ignares... Ça me conforte dans l'idée que ces gens sont totalement incultes, et qu'ils ne sont là que parce qu'ils sont intégralement soumis à Babel. C'est tout ce qu'on leur demande...

Et là dessus, Hulot qui nous raconte n'importe quoi et pose bien tous les marqueurs de soumission à Babel...

   Progrès et modernité. Techno scientisme, Malthus c'est de la merde, la science va nous sauver,
   Le mot "bois" jamais prononcé,
   Les russes c'est des méchants,
   La démographie jamais évoquée,
   L'écologie, ça oblige à faire les États-Unis du monde,
   L'écologie, c'est pour lutter contre la précarité des pauvres. L'écologie, c'est le moyen d'avoir toujours plus de socialisme,
   Conclusion antiraciste qui va bien...

Et le pire, c'est qu'après tout ce blabla grotesque intégralement babelien, il déplore que l'écologie soit devenue l'apanage d'un camp politique, et pas le souci de tous...   

Le seul bon point, c'est quand il identifie la rénovation énergétique comme une priorité.

Mais tout le reste, en bref... DE - LA - MERDE !

Moi je vous dis comment on fait de l'écologie.

On se trouve un pavillon à la campagne, bien dimensionné (100m² pour 4 personnes), avec minimum 1000m² de terrain, à moins de 10km de son travail, des écoles et des magasins. On l'isole super bien. On achète deux vélos électriques en plus de la voiture. On installe une cheminée efficace. On se met une haie champêtre avec plein de petits fruitiers dedans. On fait un potager en bio sur 200m² minimum. On plante des fruitiers. On composte, on paille. On installe des nichoirs. On met un récupérateur d'eau. On cuisine. On bricole. On se coupe son bois. On consomme et on mange local. On a maximum deux paires de pompes en plus des bottes. Pour les plus motivés, poulailler, clapier, toilettes sèches et chauffe-eau solaire. On n'épargne pas dans le ponzi bancaire et de dette publique. Si les permis de chasse et de pêche n'étaient pas si chers, je dirais même chasse et pêche. Pour les beaux jours, on sort le barbecue, on apérote au bon vin, on s'installe une piscine auto-portante à 100€ et on invite les amis et la famille, plutôt que de partir à Bali. On s'enracine, on éteint la télé, on fait siennes les traditions de son terroir, on écoute les vieux. On se fait son réseau et on achète des bons produits directement chez le producteur. Et puis on est cohérent avec soi-même, et on est contre l'immigration et l'augmentation perpétuelle de la population par importation de miséreux assistés inassimilables.

Mais c'est sûr que ça, ça colle pas trop avec le vomi babelien totalitaire permanent...

16 commentaires:

  1. Je parlerai de villages autonomes avec une mutualisation de moyen comme l'épicerie, le boulanger, pharmacie ou un mini "marché", l'école primaire.

    Ces villages ne sont pas loin d'une ville, avec plus de mutualisation comme petit hôpital, collège, lycée. Possibilité du bus épicerie pour les villages trop petits ou maisons isolées

    Ces villes sont elles-mêmes satellites d'une grosse ville.

    On a ainsi un maillage complet du territoire qui permet une vie et production locale au plan micro et au plan macro, des échanges inter territoire, mutualisation des moyens lourd, centre de pouvoir...

    On revient au schéma d'un système nerveux. Reste la question du cortex à décentraliser et à réduire aux seules fonctions régaliennes (réduire les parlementaires; les ministres et les intrusions dans nos vies)

    Analogie possible avec le réseau autoroutier ou maillage liaison internet.

    Cf le contrarien
    http://www.lecontrarien.com/de-lexode-rural-a-lexode-urbain-les-precurseurs-13-02-2015-edito

    Nous débutons l'inversion de cycle : ça va prendre entre 10 et 20 ans pour commencer à être visible.

    RépondreSupprimer
  2. En vivant ainsi, je mise sur d'énormes économies sur le poste de la santé.

    RépondreSupprimer
  3. ba non l'objectif est de construire des logements gratuit pendant que d'autre les payes achat, impôt endettement en béton indestructible sauf par la maigre notion du temps et que seul les djihadistes pourront faire exploser quand ils en auront marre de vivre ensemble.

    RépondreSupprimer
  4. Ce programme de vie est plus subversif que toutes les analyses et discours écolo actuels.

    PS Cela fait 30 ans que nous l'avons mis en pratique , on est autonome à 70% et on les emmerde!

    RépondreSupprimer
  5. L'écologisme est l'enfant bâtard du gauchisme bobo, le plus puant, le plus sournois car il avance masqué.

    Et Nicolas Hulot est le BHL de cet enfant dégénéré : un pseudo rêveur, écouté par les puissants, sensible à l'attention qu'on lui donne, comme une starlette.

    Pourquoi se faire souffrir en l'écoutant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien que quelqu'un se coltine la déconstruction de leur loghorée grotesque.

      Et puis ça défoule...

      Supprimer
  6. Bref, vous décrivez au choix
    - une base autonome durable si vous êtes de droite,
    - une communauté de transition si vous êtes de gauche.

    Puisque vous vous êtes mis à plonger les mains dans l'humus, le reste du chemin n'est pas très difficile à imaginer.

    Sinon, 50% des gens ne vont plus voter parce qu'ils ont compris que ça ne servait plus à rien.
    Sur les 50% restants, bientôt 30% votent pour le FN pour exprimer qu'ils existent encore.
    Sur l'ensemble du corps électoral, ça ne laisse donc que 35% de votants pour soutenir le "système".

    Même sans coller complètement, cela correspond vraisemblablement au pourcentage de gens qui sont socio-économiquement insérés dans la mondialisation.
    Le discours politico-médiatique ne reflète que leurs aspirations et intérêts, ce qui vaut aussi pour l'écologie.
    Pour les 65% restants, il ne faut vraiment compter que sur soi et sur son réseau familial et social.

    En filant l'analogie, je dirai qu'on ne peut pas surfer une vague à contre-courant.
    Quand on a compris que la vague globale est désormais descendante, la seule chose intelligente à faire est de chercher comment suivre le mouvement en restant debout sur la planche pour éviter de se noyer dans les rouleaux.

    Ironiquement, il va arriver un moment où les 65% d'exclus de la mondialisation seront bien mieux placés pour ça, peut-être même plus tôt que ce qu'on pourrait croire.
    Pour ma part, parmi les 35% des mondialisés (mais non votant), pas facile de voir comment prendre la vague descendante.
    Il faudrait déjà trouver comment quitter l'IdF sans me retrouver au chômage, ce qui ramène au choix ci-dessus (pour ma part, ça sera plutôt la communauté de transition... en tous cas j'espère.)

    RépondreSupprimer
  7. deux vélo électriques, ça c'est de l'écolobobologie Hi-Tech militante ! le monde est sauvé !

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour pas trop faire peur aux faignants. Le vélo, moi, c'est pas électrique du tout, le plus bas de gamme possible, pour pédaler et suer un peu...

      Supprimer
  8. C'est très bien le vélo électrique. Il ne faut pas systématiquement l'opposer au vélo mais plutôt à la voiture. Quand la distance travail-maison dépasse les 10 km ce n'est pas forcément évident à vélo pour tout le monde. Après ca dépend aussi de ton travail.

    RépondreSupprimer
  9. Petite question: si tout le monde s'accordera sur le côté théorique et idéaliste de l'idéologie écologiste de monsieur Hulot (qui d'ailleurs en reste aux discours), pourquoi son symétrique, le retour à la campagne, à l'artisanal, au traditionnel, en reste lui aussi aux discours? (en particulier pour le taulier de ce blog).
    Quand sera-t-il le moment de mettre un terme à cette anomalie typiquement francaise qui consiste à s'étriper avec des idéologies, pour enfin prendre des décisions en fonction de la réalité?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiètes. Ça prend forme. J'y reviendrai en temps voulu.

      C'est juste que je veux garder un pied dans chaque monde. Tout lâcher n'est pas non plus la bonne option. D'ailleurs, je ne l'ai jamais préconisé. J'ai toujours réfléchi en terme d'un salaire au minimum. Comme tout pari extrême, je déconseille le saut de la foi.

      Supprimer
  10. Ah content de vous relire. Effectivement, pas besoin d'aller tres loin dans l'interview pour comprendre la soumission complète du pauvre Hulot aux totems progressistes et anti machins...quant à bourdin c'est un abruti bankable...les pires.

    RépondreSupprimer
  11. Je vous trouve génial...vous avez un bon sens salvateur...
    Que Dieu vous bénisse, vous et vos proches

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.